Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Début aout 550] La flêche d'or

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message [Début aout 550] La flêche d'or   Mar 2 Aoû - 22:00
La montée des douze temples m'avait rarement parue aussi longue et fastidieuse. Bien qu'à vrai dire je n'avais entamer cette ascension qu'en de rares occasions, dont une lors de mon ancienne vie.
Je risquais gros je le savais, mais le jeu en valait la chandelle.
Tout nouveau chevalier d'or, paré d'une réputation peu reluisante, j'étais porteur d'une annonce concernant le leader d'une autre faction. Certes, il s'agissait là d'une simple manoeuvre diplomatique, dans l’intérêt des miens, mais depuis ma confrontation avec Childéric, je craignais que la moindre de mes actions ne soit vue comme une menace potentielle.
Fort heureusement, je ne comptais pas me laisser décourager, et ce fut avec un sourire bienveillant que je demandais aux gardes en poste devant le palais du Grand Pope d'annoncer Orion du Sagittaire.
Après de longues minutes d'attente, ces derniers finirent par me libérer le passage et je m'avançais le long d'un très long couloir de marbre. Le bruit métallique de mes pas sur le sol froid résonnèrent, annonçant ainsi mon arrivée imminente.
Une double porte d'airain s'ouvrit devant moi, me laissant pénétrer sur le somptueux tapis rouge menant au trône du Grand Pope.
La salle était comme dans mes souvenirs: immuable, grandiose, emplie d'une sérénité ambiante et de gravité. Combien de nobles chevaliers avaient-ils défilés ici au fil des siècles passés et à venir ?
Je m'avançais donc pour venir me placer devant les quelques marches menant au saint des saints et m'agenouillais humblement.

Vénéré Grand Pope, moi Orion du Sagittaire, je vous présente mes respects.

J'attendis quelques instants, le visage baissé avant de relever le regard et d'annoncer le but de ma visite.

Je vous annonce que Cinead, le Légat de Poséidon se trouve aux portes du Sanctuaire et attend la permission de traverser les douze temples pour venir se présenter à vous. Nimue de la Sirène Maléfique, ancienne Sainte des Poissons l'accompagne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
AkritesavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
356/356  (356/356)
Message Re: [Début aout 550] La flêche d'or   Ven 5 Aoû - 14:34
Prémices


Afféré à ses affaires, le Pope entendit un garde le prévenir que le Chevalier d'or du Sagittaire l'attendait derrière les portes du Grand Hall. Il lui ordonnait d'aller ouvrir dans quelques minutes le temps de finir sa recherche sur un point particulier de la défense du Sanctuaire. Quelques temps plus tard, il se dirigeait vers son trône en se demandant bien ce que le "protégé" de Bélisaire lui voulait pour demander une audience aussi urgente. Il était clair qu'il n'avait jamais rencontrer celui qui traînait son lot de casseroles à travers les mois passés. Enfant du futur, il n'avait rien fait pour l'instant pour mériter le respect du nouveau Pope...

Il le vit donc entrer dans sa demeure et s'agenouiller devant lui. Il avait bien changé depuis la dernière fois qu'il l'avait vu, il avait un regard moins violent qu'autrefois... Levant la tête à la suite de son énoncé, Akritès fut surpris d'apprendre que le Légat suivait de peu la visite de l'un de ses Généraux et se demandait bien ce que cela voulait dire ! D'un signe de la main, il invitait le chevalier d'or à se relever avant de prendre la parole afin de lui répondre.

- Heureux de te connaître Chevalier, j'ai entendu parler de toi à de nombreuses reprises et pas qu'en bien.... Explosant de rire devant la tête d'Orion devant cette boutade enfantine. Faudra que l'on parle un jour de ton "passé", je veux que tu me racontes tout personnellement et par le détail. Bélisaire n'a pas souhaité s'y intéresser mais ce n'est pas mon cas, j'aime savoir qui sont les personnes sous mes ordres ! Enfin, ce n'est pas le propos actuellement...

Craquant légèrement la nuque, Akritès continuait de trouver étrange ces visites des Marinas. Il n'avait reçu aucun mandat ni courrier l'informant d'une telle visite et ce n'était pas le genre de Liao à ce qu'il pouvait savoir. Cinead ? Légat ? Comme un éclair dans sa tête de linotte, il fermait ses réflexions stériles mais quelque chose clochait mais dur de dire quoi... Et puis, Nimue des Poissons. Un nom qu'il ne s'attendait pas à entendre si tôt, si vite. Voilà que la disciple de son disciple entrait par la grande porte sans crier gare, faisant fi de son passé récent à ce qu'il voyait par cette attitude.

- Cinead ? Nimue des Poissons ? Enfin de la Sirène Maléfique à ce que tu viens de me dire... Je ne pensais pas la voir aussi rapidement... Pas plus mal, je ne souhaite pas que tout le monde s'entretienne de cela, donc je veillerai à ce que ce débat soit limité à toi, ce Cinead et Nimue des Poissons. Sache que les Corona Saints assureront notre sécurité lors de cette discussion. Fais les entrer !


Manifestement, il regrettait de ne pas pouvoir gérer cela avec Apophiose mais il n'avait guère le choix vu que Liao n'était plus le Légat à ce qu'il venait d'apprendre. La question du pourquoi et du comment n'allait pas tarder à venir...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t890-akrites-salonikas-gran
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Re: [Début aout 550] La flêche d'or   Sam 6 Aoû - 10:14
Je constatais rapidement, non sans soulagement, que le nouveau Grand Pope n'avait rien à voir avec l'ancien. Certes, je devais à Belisaire ma libération et je lui en restais gré malgré l’intérêt certain de cette visée, mais son comportement calculateur et froid me mettait mal à l'aise.
Son successeur préféra m'accueillir avec une boutade qui me fit rougir avant que je ne me reprenne rapidement. Je me relevais donc et l'observais tout en l'écoutant avec la plus grande attention.

Je serais ravi de vous conter mon parcours, Grand Pope. Croyez bien que désormais, je n'ai rien à cacher.

Une pure vérité. J'avais longtemps eu des scrupules à évoquer mon passé, mais j'avais fini par comprendre que le mystère ne pouvait que rendre les choses d'autant plus sombres. De toute manière, je n'avais nul moyen de modifier mes actes passés. Autant me contenter de faire le bien pour compenser.
Ainsi donc le Grand Pope préférait que l'entrevue reste discrète. Cela restait logique même si la mention des Corona Saints me fit légèrement sourire. Non de moquerie ou d'ironie. Mais d'amusement pur.
Je n'avais nulle inquiétude concernant les intentions de Nimue ou de Cinead mais la précaution restait logique et sage, ne serait-ce que pour imposer un sentiment de grandeur ou de pression pouvant jouer sur les négociations à venir. En outre, cela me faisait étrange de me sentir protéger alors que mon rôle de chevalier d'or m'imposait plutôt le contraire.

Il en sera fait selon vos souhaits.

Je m'inclinais respectueusement avant de quitter la salle du trône. Je gagnais alors le promontoire rocheux menant aux marches descendant vers la maison du poissons. De là, je disposais d'un point de vue grandiose sur tout le Sanctuaire. Lentement, je sortis l'arc du Sagittaire et une fléche de cosmos y apparut comme par enchantement. Je bandais l'arme avant de libérer le projectile qui fusa, tel un météore de lumière pour venir se ficher entre Cinead et Lesath. La flèche explosa alors en une multitude de plumes d'or qui volèrent lentement vers la maison du bélier avant de s'y engouffrer.
La voie était désormais ouverte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
AnamayaavatarArmure :
Chevelure de Bérénice

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message Re: [Début aout 550] La flêche d'or   Sam 6 Aoû - 14:19
Je viens d'ici

Filer contre la marche du soleil fut un véritable soulagement. Rien ne pouvait en cet instant lui faire oublier le plaisir tout simple de sentir la caresse de l'astre divin sur sa peau et le sentiment de liberté qui faisait battre son cœur. Loin de Constantinople, Anamaya se sentait même revivre en traversant une à une les différentes maisons du Zodiaque et leurs innombrables colonnes antiques. Bien sûr, elles étaient différentes de celles de son enfance mais lui plaisaient quand même. L'art grec et romain s'étaient entremêlés à l'antique art égyptien suite aux vagues de conquêtes et elle avait eu tout le temps d'apprendre à les apprécier. Ainsi allaient les choses. Tout ne faisait qu'évoluer vers ce qu'elle espérait devenir le mieux.

Une à une, les volées de marches se succédèrent jusqu'à ce qu'elle lève la tête, intriguée par l'arc lumineux d'une flèche traversant le ciel. S'arrêtant juste le temps de déterminer sa destination, elle ne put s'empêcher de passer sa main sur son front, se demandant à quoi pouvait jouer le Sagittaire pour s'abaisser à ce genre de démonstration.

~ A quoi cela rime-t-il ? Je ne comprends pas... A moins que... ~

Serrant les mâchoires, elle se retourna de nouveau vers le temple du Grand Pope avant de reprendre sa route au plus vite. Cet Orion semblait vraiment lié aux marinas d'une façon ou d'une autre tout en éveillant paradoxalement la méfiance de ses pairs. Il avait suffi de voir l'entrée en matière de Lesath du Scorpion pour en apprécier l'ampleur. Diviser les forces du Sanctuaire serait toujours un péril. La cohésion des armées était vitale et ce genre de tension ne devait pas être négligée.

Sentant cela, Anamaya ne pouvait pourtant en parler à quiconque. C'était tôt bien trop tôt. Il fallait en savoir bien plus et apprendre à connaître les autres saints. En tout cas, elle se sentait troublée par les actes d'Orion. S'il commençait à appuyer par ses propres agissements les dires de Lesath...

Ce fut avec ce genre de pensées qu'elle parvint sur le seuil du temple d'Akritès. Aussitôt, elle en avertit les gardes qui la menèrent aussitôt devant celui qu'elle était chargée de protéger de toutes ses forces. Croisant au passage Orion qui tenait encore son arc, la sainte releva la tête. Un instant, elle s'arrêta devant lui, sentant que quelque chose se passait. L’Uræus qu'elle portait le plus souvent avec discrétion accroché à son casque venait de se manifester. C'était une chose qu'elle ne pouvait négliger même si elle n'en saisissait pas forcément le sens. C'était une partie de son armure liée directement à ses origines qui vibrait selon un rythme qui lui était propre.

" Ravie de te revoir aussi vite, Orion du Sagittaire... "

Puis avançant vers Akritès, elle s'inclina devant lui avant de poser un genou à terre.

" Anamaya, Corona sainte de la Chevelure de Bérénice, mes respects, grand Pope Akritès. Puis, relevant la tête, elle ajouta. Selon la voie que m'a tracée la grande Isis-Athéna, je vais rester à vos côtés. Je serai le bouclier qui vous protège autant de sa magie que de sa force pure. Seigneur Akritès, je demeurerai toujours à vos côtés. "

Sur ces mots, elle se tut, attendant la réponse du Grand Pope avant de prendre la place qui était la sienne à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1245-anamaya
AkritesavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
356/356  (356/356)
Message Re: [Début aout 550] La flêche d'or   Sam 27 Aoû - 11:05
Attente


Akritès observait la demoiselle qui venait d'au delà de la Mare Nostrum, son type de langage ne faisait pas mystère de ses accointances avec les mythes de l'ancienne terre de Geb. Un sourire ourlait ses lèvres alors qu'il sentit la présence des forces de Poséidon qui progressait dans les temples du Zodiaque, d'une légère inflexion de son cosmos, il donnait les ordres relatifs au droit de passage de ces invités pour le moins imprévus récemment. La discussion avec Ariane avait amené à des interrogations complémentaires mais il n'était pas venu le temps de les aborder, du moins pas avant qu'il est toutes les cartes en main.

- Enchanté de te voir séant Dame aux longs cheveux d'or, telle la fille de Sobek, vous venez ici même nous apporter le réconfort de votre protection. Soyez assurer de ma bénédiction. Posant un silence. Chevaliers, d'ici quelques minutes, les représentants de Poséidon vont venir ici pour discuter des nouvelles modalités de l'armistice que mon prédécesseur avait mis en place. Il est vital que ce dernier soit maintenu et même renforcé dans le bon sens.

Nimue des Poissons.... enfin de la Sirène Maléfique... était de retour. Etonnante perspective que voilà après tout, la disciple de son disciple revenait après quelques mois dans les fonds marins. Le Pope se doutait bien que la discussion pourrait vite s'emporter si on n'y prenait pas garde. D'un geste de la main, il invitait la jeune femme à se mettre à sa gauche, la droite étant pour le chef des Corona Saints. Les choses allaient prendre une tournure intéressante et il aimait le jeu qui allait se mettre en place.

- Nous allons donc voir le jeu de nos "adversaires", essayons de nous amuser un peu sans en prendre ombrage.

L'humeur du Pope était badine. Il n'avait qu'à attendre d'une certaine façon, pas bien de choix étaient possible en attendant...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t890-akrites-salonikas-gran
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Début aout 550] La flêche d'or   Mer 31 Aoû - 10:11
Avenir

Les gardes ouvrirent directement les portes à leur arrivée, sans un mot, à peine un regard suspicieux. Le Légat lui les remercia avant de continuer sa marche pour pénétrer, enfin, dans la finalité de ce voyage : le Temple du Grand Pope. Il avançait aux côtés de Nimuë, plus proche que jamais de leur but, de leur idéal : paix, entraide, sécurité. Pourtant rien ne serait facile, chaque marches avaient su le démontrer, chaque temple l'avait hurlé. Ils n'étaient pas les bienvenus, lui le Légat, elle la renégat. Et pourtant nule agression ni agressivité, juste un mal latent, bouillonnant mais muselé... Les prémices de la guerre, de la mort qui avait frappé ce lieu. Le Sanctuaire était terne trouvait l'envoyé de Poséidon, loin de la radiance dont les écrits lui avaient fait part. Il était temps de contribuer à inverser cela.

Il observait souvent sa Générale, inquiet à son sujet comme jamais, sentait son cœur hurler de repartir en arrière, de rentrer chez eux loin de tout cela. Et pourtant elle était là, après tout ce qu'ils avaient traversé il aurait été idiot de renoncer et pourtant ce n'était pas seulement pour cela qu'elle était encore avec lui. Elle croyait en lui, en cet espoir qu'il voyait, qu'il voulait atteindre... En cela il voyait ce qu'il désirait, une preuve de confiance infaillible et cela suffisait à laver ses doutes, ses remords. Oh ils étaient présents, le seraient toujours... Infliger un tel supplice à celle qui fut Sainte, avoir cru et espéré rencontrer des Chevaliers prestigieux, penser être idéaliste, idiot... Mais pourtant, oui, malgré tout cela, elle aussi était présente. Plus forte que ces ressentiment, elle agissait sur le Cinabre.

Ils n'étaient plus loin de la salle où leur rencontre allait avoir lieu car déjà ils pouvaient appercevoir deux grandes portes finement décorées et imposantes. Nul doute que derrière se trouvait la Voix d'Athéna, assis et prêt pour cette "bataille" que le Légat, lui, espérait simple et calme. Oh il se préparait cependant à subir les foudres, les attaques, les piques. Mais il était là, avec la Sirène Maléfique pour montrer leurs intentions pures, simples. Apaiser cette tension qui devait exister, qu'il avait ressenti face à chaque Chevalier d'Or. Nul doute que la décision d'un seul homme ne suffirait pas à effacer, mais c'était là un premier pas, ou un second étant donné que les deux Atlantes avaient fait le premier contre toute attente. Cinead s'arrêta alors avant de poser délicatement sa main sur l'épaule de l'Oriflamme.

    - Merci, Nimuë.

Un dernier regard, empli de sincérité envers elle, Oriflamme, lui insuffler pour un court instant ce sentiment qu'il ressentait. Mélange de fierté, de joie et de confiance. Je n'aurais pu aller aussi loin sans toi. Cette pensée était paradoxale, mais véritable pourtant. Un dernier sourire et il repris la marche, laissant les gardes pousser les portes pour eux. Les Marinas se trouvaient alors dans la salle, au fond il pouvait les voir, trois personnes au service d'Athéna. Il reconnaissait déjà Orion, paré de son armure d'or aux superbes ailes pliées. Cela eut le mérite de lui faire bomber le torse, observer là un Chevalier d'Or, véritable. Son regard se porta ensuite sur la Sainte de la Chevelure de Bérénice qui se trouvait au plus proche de la personne qu'ils étaient venus voir : Le Grand Pope, Akrites. Que faisait la jeune femme ici ? Là était la question, nul doute qu'elle lui offrait certainement protection, son homologue le lui dirait certainement. Inutile de cacher les choses entre eux. Nimuë et Cinead agacèrent jusqu'à être proches du trône, quelques mètres, juste assez pour montrer leur respect et se faire entendre. Le Légat s'inclina alors légèrement avant de commencer à parler.

    - Grand Pope Akrites, merci de nous recevoir en ton palais. Je suis Cinead Atlas, Légat de Poséidon et porteur de l'écaille de Polyphème. A mes côtés se trouve Nimuë O'Bannon, Générale de la Sirène Maléfique, ma garde personnelle. Je me doute que notre arrivée soudaine soulève beaucoup de questions, surtout en ces temps troubles. Aussi permets moi d'annoncer les choses clairement : Notre Dieu a été libéré avec l'aide de la Sage Déesse, lui comme Atlantis tout entier en sont reconnaissants, nous voilà donc ici pour exprimer notre gratitude dans un premier temps, et construire la suite logique dans un second : forger ce en quoi Athéna a cru à offrant cette jarre. Aller plus loin, ensemble.

Ses paroles étaient emplies de conviction, d'une croyance pure en chacun de ses mots, de ses pensées. En son Dieu, en cette générale, en lui même. Il voulait avancer, œuvrer pour le bien, pour les siens. Faire ce à quoi il était destiné, ce qu'il désirait plus que tout au monde. Éphémère, oui, mais sa trace serait laissée, celui du Purificateur. Pourtant il s'attendait déjà au retour de bâton, aux questions, aux doutes, à la méfiance... Et puis la question qu'il redoutait le plus allait arriver... oui. Il était conscient que la présence de Nimuë pourrait être interprétée de bien des manières, lui était persuadé que c'était là la seule manière de montrer qu'aucun ressentiment n'existait : montrer patte blanche.

    - Ma démarche peut paraître cavalière j'en suis conscient, d'autant plus en venant ici accompagné de celle qui fut des vôtres. J'espère que tu prendras cet acte pour ce qu'il est, une volonté de clarté et de paix, et non une provocation.





Dernière édition par Cinead le Jeu 1 Sep - 7:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Début aout 550] La flêche d'or   Mer 31 Aoû - 21:16
Incertain







La jeune femme progressait. Toujours enveloppée dans son éternel silence. Qu'il était assourdissant pour elle. Bientôt, elle ne supporterait plus sa musicalité. Sa splendeur, lourde, implacable. Soudain la main du Légat la tira de ses rêveries tandis que les portes s'ouvraient devant eux. Avant de s'y engouffrer. Dans la tanière du nouveau Pope. Mais déjà, elle pouvait sentir les effluves d'un parfum qu'elle reconnaîtrait entre mille. Sa tête se contenta de s'affaisser légèrement pour toute réponse. Cela la touchait, bien évidemment et elle restait coi, incapable d'échanger quelque chose avec Cinead. Trop perdue trop touchée, à fleur de peau pourrait-on dire.

Elle n'avait qu'une hâte, c'était que tout ceci se termine. Un maigre sourire forcé pour tenter d'apaiser un tant soi peu ce nouveau Légat probablement tout aussi éreinté et perplexe qu'elle, et la belle suivit le mouvement. Jouant son rôle à la perfection. Du moins tentait-elle de s'en persuader et d'en afficher l'attitude adéquate. Son devoir de soldat. Un peu en retrait par rapport à son supérieur, Nimuë esquissa un vague mouvement de la tête avant de véritablement détailler les lieux et les personnes présentes.

Pour mieux laisser la Voix de Poséidon s'exprimer avec celle d'Athéna. Beaucoup de choses allaient se jouer dans les prochaines minutes et la rousse estimait que le mieux à faire pour elle était de se taire et de laisser les rênes au Cinabre. Son regard pers se porta vers Orion. La jeune Capitaine le gratifia d'un petit sourire plus prononcé, plus naturel. Allant ensuite à la Sainte aux côtés d'Akritès qu'elle détailla un moment, assez étonnée de voir comment le nouveau Pope considérait les femmes chevaliers par rapport à Bélisaire. En son temps, elle était presque persuadée qu'aucunes dames n'auraient eu le droit d'entrer dans sa garde personnelle. Auquel cas, il aurait fait appel à « elles ». Là encore un simple mouvement de la tête pour la saluer et c'était tout.

Figée, attentive et inquiète face à cet homme qui portait sur lui la fragrance si particulière de celle des Poissons. Une ombre fugace passa devant ses prunelles. Plus prononcé quand Cinead expliqua la raison de sa présence à ses côtés. Un mot l'avait fait cependant tiquer. Qu'elle ne manqua pas de faire remarquer par voie de la pensée, au jeune rouquin :

Ta garde personnelle hein ? Rien que ça. Très bien, je peux le rajouter à mon « titre ». Nimuë de la Sirène Maléfique, gardienne personnelle du Légat. Ouais, j'avoue que ça en jette !

Elle se retint de rire. Preuve évidente qu'au fond, l'attention l'atteignait tout particulièrement.

Tu as confiance en moi plus que j'ai confiance en ma propre personne. Je dois dire que c'est assez beau. Merci, Légat.

Nimuë glissa un coup d’œil à ce dernier, légèrement brillant, changé. Fière sans doute de l'égard qu'il lui portait. Sa vision de lui s'affirmait de plus en plus. Et de la meilleure des façons. Une échappatoire pour ses songes obscurs.

La lumière d'un Phare. Le Berger qu'il représentait.

Purificateur.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
AkritesavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
356/356  (356/356)
Message Re: [Début aout 550] La flêche d'or   Jeu 1 Sep - 0:10
Memories In The Rain


La mémoire était une chose factuelle. Elle ne retenait que les mauvais moments bien souvent malgré les bons aspects de la vie. Cette cruauté psychologique taraudait l'âme comme un long poison tout le long. Quelques minutes auparavant, il avait fait face à un des autres Généraux de Poséidon, une âme en peine et perdue dans les méandres de ses propres choix à venir. Akrites espérait lui avoir donner un chemin mais elle était la seule décisionnaire de l'acte suprême à accomplir, il n'y aurait pas de retour en arrière d'une manière ou d'une autre. Cette pensée se retirait à la vue des deux représentants de Poséidon sous ses yeux.

Une même singularité permettait de les reconnaître immédiatement, la couleur particulière de leurs cheveux. La coude droit posé nonchalamment sur l'accoudoir afin de soutenir la main qui tenait la joue droite, la mine souriante, le Grand Pope laissait ses pupilles ambrées passées de l'un à l'autre sans se départir d'une fausse candeur qui le caractérisait en permanence. D'un geste de la main, il fit signe aux deux personnes d'approcher de lui. Puis, d'un simple regard, il demandait à Orion et Anamaya de rester en retrait près de son trône. Prudence ? Oui certainement, il avait devant lui deux Marinas qu'il ne connaissait que trop bien et en même temps, pas du tout.

Son regard se détournait vers celui qui se prétendait Légat. Ce n'était donc plus Liao... Voilà une nouvelle situation qui n'était pas pour lui déplaire, il était vrai que Bélisaire lui avait mentionné que l'ancien Légat n'était pas un homme facile à appréhender, tout en mystères. Ce qui n'était pas du tout le cas de celui qui lui avait succéder et, paradoxalement, il ne s'en cachait même pas devant un éventuel ennemi. Les Marinas et les Saints étaient en armistice et non pas en période de paix, cet accord de haute lutte avait été signé avec la remise de Poséidon aux siens. Mais là... Akritès, dissimulant ses émotions, les regardait et voyait sous ses yeux une faiblesse mentale qui ressemblait à des sortes d'excuses sans fondements.

- Salutations ! Je suis Akritès Salonikas O', Grand Pope du Sanctuaire et Voix d'Athéna de par ce Monde. Etrange façon de se présenter il est vrai... Vous êtes bien jeune, ou peut-être naïf, mais je ne le crois pas...

Non pas que le Grand Pope s'en offusquait mais le tutoiement des les premiers mots l'avait fait sourire. Ce jeune homme venait ici en compagnie d'une traîtresse pour faire une paix officielle, voire même une alliance, que les Saints n'avaient pas demandé pour l'instant. Quelque chose pouvait clocher mais le Persan ne pensait pas à une quelconque duplicité de son interlocuteur. Ils n'étaient pas du tout de la même trempe, de la même pensée politique. Les secondes s'écoulèrent avant qu'il ne reprenne le fil de ses pensées.

- Evidemment que je suis favorable à une Alliance puisque c'est le mot. Que vous n'osiez pas le dire franchement est louable, mais quand on prétends appeler un chat un chat... Un sourire espiègle et malicieux transparaissait de plus en plus dans le regard du Pope. Pour le reste, cette jeune femme va devoir s'expliquer de par son attitude. Elle a trahi les siens. C'est une évidence et je n'ai pas la clémence de mon prédecesseur, surtout que je suis moi même le Maître de Lucius des Poissons, Maître de votre "garde personnelle". Veuillez donc comprendre ma surprise de la voir présente par devers moi pour vous assister, que les miens aient pu mal prendre votre arrivée ne me surprendraient guère...

Levant la main en signe de silence avant toute réponse.

- Mais je ne suis pas là pour cela, le temps des explications arrivera dans quelques minutes en audience privée. Ma "disciple" ne serait me la refuser. Pour en revenir à la politique, vous avez toute mon attention, qu'est ce que vous pouvez nous offrir, et, à contrario, que pouvons nous vous apporter ?

La pièce de théâtre venait de commencer. La première scène se terminait enfin pour ouvrir le second acte de l'arrivée de cette ambassade atlante.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t890-akrites-salonikas-gran
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Re: [Début aout 550] La flêche d'or   Jeu 1 Sep - 10:47
Ils étaient enfin là, prêts à parler, à négocier le devenir de nos deux factions.
Observateur muet, je me contentais de conserver le sérieux et la gravité due à mon rang, aux cotés de la Chevelure de Bérénice, protectrice du Grand Pope. Ces négociations me plongèrent dans de sinueuses réflexions, moi, le témoin du futur.
Étaient-elles prévues ? Où avais-je provoquer par mes actes ou ma présence, cette rencontre ? Comment le futur allait-il en être modifié ? Tant de questions à jamais muettes. J'étais désormais pleinement un membre de cette ère, et cette armure d'or en était témoin.
Une alliance pouvait donc être conclue... Ce n'était certainement pas un fait ou une proposition creuse. Le Grand Pope eut tôt fait d'approuver cette idée, évitant ainsi une angoisse chez l nouveau leader des marinas. Ayant parler un peu avec Cinead, je me doutais qu'il serait sensible à ce geste. Du peu que j'en avais vu, le Légat était un homme bon, bien bienveillant et soucieux du bien être de son peuple dans un esprit pacifique. Comme j'aurais aimé connaître un tel homme, au lieu de cette vieille baderne de Jack O'Bannon...
Mais la suite des évènements me coupa dans le fil de ces réflexions.
Akritès était donc le maître du mentor de Nimue ?! Encore et toujours la constellation des poissons... Cette dernière semblait poursuivre de ses assiduités les femmes O'Bannon. Bon sang, la malheureuse allait avoir fort à faire pour expliquer son revirement et changement d'allégeance face à un tel homme. Le jugement n'en serait que plus sévère et douloureux et elle n'avait vraiment pas besoin de cela. Mais que pouvait y faire ? Je ne connaissais pas encore assez le Grand Pope pour oser intervenir d'une façon ou d'une autre. Je me contentais donc d'attendre, légèrement nerveux, la suite des négociations.
Les propos de Cinead seraient déterminants, surtout au vu des talents politiques de l'actuel Grand Pope.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
AnamayaavatarArmure :
Chevelure de Bérénice

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message Re: [Début aout 550] La flêche d'or   Dim 4 Sep - 9:08
" Je vous remercie de votre accueil, vénéré grand pope. Il est vrai que je viens du Sud lointain, de la splendide Philae baignée par les eaux du Nil et c'est avec joie que je reçois votre bénédiction. Puisse la lumière dissiper les voiles des intrigues et autres illusions. Quels que soient vos ordres, je me tiendrai à vos côtés. "

Ces mots avaient dit avec une telle ferveur qu'on ne pouvait douter de sa sincérité. Au plus profond d'elle-même Anamaya voulait y croire. Croire que le Sanctuaire d'Athéna n'avait pas orchestré les événements de Philae, que cela venait d'ailleurs. Même si ça rencontre avec Narsès l'avait poussée à avancer dans ce sens, elle n'avait aucune certitude sinon que son éloignement et celui de son maître lors de cette fameuse tragédie n'avait pas été anodin.

Elle aurait voulu confier ses doutes à Akritès, lui conter tout ce qu'elle savait mais les temps n'étaient pas venus.

Le chef suprême du domaine sacré venait de le confirmer en quelques mots, le temps n'était pas venu. Se résignant à porter encore seule son fardeau, la Corona sainte retint les mots qui désiraient tant forcer le passage de ses lèvres closes. Elle avait été éduquée par un saint retiré sur les terres anciennes mais qui n'avait rien oublié de son éducation militaire.

~ Apprendre à se contrôler... ~

Anamaya pouvait même entendre le son de sa voix résonner en sa tête.

Un instant s'écoula ainsi avant qu'elle ne repousse les démons du passé et d'un geste aussi silencieux que gracieux ne se lève. Sans hâte ni agressivité, elle s'avança vers la place que lui avait désigné le Grand Pope. A ses côtés, elle assisterait à l'ambassade qui ne tarderait plus à débuter. La paix avec Poséidon devait être faite. Elle en était parfaitement consciente.

~ Un temps pour tout...

Puisse-t-il ne pas venir trop tard pour moi. ~


Faire passer le devoir avant son propre bien. Elle avait été formée à cela, formée par un mentor venant de ce même Sanctuaire.

~ La Fortitude... ~

Elle l'entendait encore lui murmurer ce mot quand l'ambassade pénétra en ce temple. Son silence venait de changer. Délaissant son fort intérieur et les tempêtes qui l'agitaient, la Corona de la Chevelure de Bérénice se tourna alors uniquement vers l'assemblée, sentant la chaleur d'une larme lui piquer un instant le coin de l’œil.

~ L'heure n'est pas encore venue... ~

Puis, vint enfin le temps des confrontations. Pacifiques, Anamaya l'espérait. C'était visiblement le but de leur visite. Les présentations passées, le légat de Poséidon en vint en effet à l'essentiel, la paix avec le Sanctuaire. Toujours silencieuse, la jeune égyptienne se tenait immobile, offrant le spectacle d'une véritable statue vivante. Ayant troqué sa perruque sombre contre une autre aux longs cheveux blonds, elle devait paraître aussi lumineuse que les ombres pesant ce lieu. Quelque chose faisait réagir l’Uræus. C'était trop diffus mais le serpent était aux aguets, vibrant si délicatement qu'elle seule le ressentait. A moins que cela ne fut que le reflet des tensions que tant de traîtrise pouvait produire en ce genre de circonstances. Après tout, ils étaient en présence d'une ancienne sainte devenue marina et d'un ancien juge devenu berserker puis devenu saint. De quoi en troubler plus d'un...

~ Attendons...

Tel Bastet, ayons la patience légendaire des félins et attendons de voir ce qu'il en ressortira. ~


D'un geste fugace, elle fit comprendre à Akritès qu'elle suivait encore et encore...


Aucun détail sur le physique d'Anamaya n'apparaît dans ses rps. Sa véritable apparence est inconnue de tous.

- " Paroles " - ~ Pensées ~ - * transmissions de Pensées * -

- " Lydia et Alaïs " - ~ Pensées Lydia et Alaïs ~ -


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1245-anamaya
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Début aout 550] La flêche d'or   Mar 6 Sep - 8:11
Tendre la main

Naïf, ce n'était pas la première fois qu'une personne le targuait d'un tel titre, un de ses propre Général l'avait fait lors de leur première rencontre. Oh c'était peut être le cas sur certaine chose, oui, cette volonté de découvrir un monde inconnu d'un œil nouveau et attentif. Bienveillant. Il était conscient qu'exprimer ses volontés aussi clairement ne faisait pas parti du "jeu" de la politique et pourrait le desservir grandement, pourtant il tentait de maîtriser ses paroles, ses gestes, ses pensées pour que cette paix, cette entraide souhaitée puisse voir le jour. Sans clarté elle ne serait pas possible.

Nimuë le lui rappela en un sens, surprenant légèrement le Légat qui ne laissa rien trahir de son étonnement suite à ses pensées, si ce n'est un court regard croisé avec un Nimuë qui en fit de même, il put alors voir un lueur dans ses yeux qui lui insuffla, accompagnée de ses mots, un regain de confiance et de sureté. Jamais il n'aurait cru entendre cela d'elle... La Sirène Maléfique était surprenante et en cet instant, malgré les doutes énoncés par le Grand Pope, Cinead était plus sûr que jamais que son choix fut le bon, de l'avoir à ces côtés, soutient et protection. Le Cinabre se prit alors à noter quelques bribes d'informations assez étonnantes venant de la part de la Voix d'Athéna, comme le fait qu'il était indirectement le maître de Nimuë... Ne sachant pas vraiment si cela pouvait être une bonne chose ou non. Même si la question de clémence était floue, tant celle de son prédécesseur que la sienne. En effet lui non plus n'avait rien tenté contre elle, pour le moment, aussi était-ce pour cela qu'il avait décidé qu'elle l'accompagnerait. Et puis savoir Atlantis en sécurité, gardée par la fière Atlas, son propre sang, le rassurait.

    - En effet, mais qui mieux qu'elle pourra en parler ? Venir traiter d'une alliance sans Nimuë me paraissait... inutile. Un manque de confiance, ce qui serait à coup sûr un frein dans la démarche tu en conviendras. Je sais qu'elle n'a rien envers le Sanctuaire, bien au contraire. Mais elle t'en parlera elle même, oui, ce n'est pas à moi de le faire.

Sans trahir sa bonne humeur il regardait d'un air sérieux le représentant d'Athéna qui lui semblait étrange. On voyait là une homme d'expérience avec une attitude nonchalante et pourtant se dégageait de lui, au delà du parfum prononcé, une certaine aura, un charisme peut être. Puissance. La Voix d'Athéna n'était pas n'importe qui et cachait certainement son jeu lui aussi, attendant le bon moment pour placer ces cartes. Comme l'eut fait Endymion face à Cinead.

    - Je ne suis pas un politicien, Grand Pope, tout comme tu n'en es pas un, mais un militant. Nous œuvrons comme des défenseurs envers nos valeurs, nos aspirations et notre devoir. Ce que l'on peut s'apporter ? Hum... Le trouble nous guète tous au dehors, le Sanctuaire tout comme Atlantis subissent des assauts, directs ou indirects. Attaques. Disparitions. Enlèvements. Les forces en mouvement ne sont pas clémentes, le nord gronde lentement, entouré de mystère. Nous sommes donc là, au milieu, à subir et tenter d'avancer pour un Rêve, pour une Cité. Je ne crois pas que cela soit incompatible, bien au contraire. Ce que nous pouvons nous offrir est un soutient, tant militaire que logistique. Éviter que des dirigeants tombent, que d'autres Chevaliers disparaissent, protéger les innocents sous notre coupe. Atlantis est prête à fournir de l'Orichalque pour l'armée d'Athéna ou même les défenses du Sanctuaire, en quantité plus que raisonnable. A fournir une aide presque immédiate en cas de besoin, nous sommes liés par bien des choses et tu le sais.

Le Cap Sounion, oui, possédait un portail reliant Atlantis à une distance raisonnable du Sanctuaire, pouvait sans conteste être décisif dans cette paix et cette Alliance qui se mettait en place. Mais quand le Légat parlait de lien il ne se limitait pas aux distances, non. Il y avait Avalon, sous la protection des deux Divinités, les Marinas œuvraient pour sa défense, pour son développement ils le savaient tous deux.

    - Dans l'autre sens... Il est évident que la même chose soit, une aide similaire. Je suis le protecteur d'Atlantis, descendant de son fondateur et premier Roi. La vie de chaque Atlante m'est précieuse et au delà de toute chose j'aspire à leur sécurité. Mon rôle est là. Les ombres s'approchent pourtant de ma cité, certainement les mêmes qui assaillent le Sanctuaire. Combinons nos forces, prêtons nous assistance dans la défense de nos valeurs.

Instinctivement le Légat fit quelques pas, trois tout au plus pour se rapprocher du trône sans pour autant en être irrespecteux laissant de la distance entre les deux hommes. Il avait tendu la main vers le Grand Pope, laissant parler sa sincérité et son désir profond de nouer l'Alliance en laquelle il croyait, en laquelle Athéna avait cru en remettant Poséidon aux Atlantes. Cinead était plus décidé que jamais, soulevé par ses espoirs, par la présence de la Générale non loin de lui. Rien ne pouvait lui arriver, rien ne pourrait l'arrêter.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Début aout 550] La flêche d'or   Mer 7 Sep - 12:32
Tempête







La « cérémonie » s'ouvrait enfin par les présentations d'usage, les quelques politesses pour tout prélude à ces jeux politiques dont elle n'entendait rien. Ou presque rien. Par manque d'intérêt ? Ce n'était pas tout à fait ça. Le sang des O'Bannon était des plus chauds, pas forcément dénué d'une forme de duplicité que Nimuë se refusait encore à adopter. Son futur lui apprendrait cet art… d'une toute autre manière. Ils étaient des pirates, des conquérants mais des protecteurs aussi. Il y avait tant de choses qu'elle ignorait. Sa famille saurait très vite se rappeler à elle. La Sirène Maléfique, adoptant une posture assez similaire que celle de la Sainte, écouta sans ciller. Sans bouger. Oubliant de respirer quand son passé ressurgit, d'un coup, sans crier gare. Comme à chaque fois. Toute pantoise, son regard pers s'accrocha sur la silhouette altière du nouveau Pope, ne dissimulant que peu sa surprise. Lucius lui avait menti.

Et cette donnée ébranla l'ancienne Sainte des Poissons qui chercha une prise à laquelle se raccrocher. Son Légat s'avança de quelques pas, elle, faillit bien le suivre par automatisme, telle une créature de la nuit attirée par la clarté du Feu. Nimuë dut fournir un effort surhumain pour ne rien laisser transparaître. Le masque qu'arborait la Chevelure du Bérénice lui rappela à quel point le sien fut fort pratique en de nombreuses circonstances.

Une main tendue.

Ses prunelles papillonnèrent, il lui semblait être partie assez loin. Combien de temps avait duré son errance ? À quoi avait-elle songé ? Bien trop de choses. La perspective d'une entrevue privée avec son « maître » l'avait noyé dans ses songes éveillés. Pour autant, elle ne prévoyait aucune plaidoirie d'aucune sorte. Son cœur et sa nature profonde avaient crié de partir, de quitter les ombres du Sanctuaire qui tuaient la jeune femme à petit feu, fuir pour être précipitée vers son Destin. Destinée dont elle avait peur. Un jour elle n'y verrait plus là le moindre fatalisme.

L'atlante était prête à réagir.

Elle offrit un petit sourire léger se voulant trompeur à Orion. Il semblait que le Chevalier ait capté son trouble et la belle s'insinua jusque dans son esprit, frappant à la porte de sa conscience pour lui susurrer quelques mots par la voie de la pensée :

N'aie crainte Orion, je suis une O'Bannon… Nous avons l'habitude des tempêtes.


Une alliance serait-elle possible entre ces deux royaumes ? Rien n'était moins sûr et pourtant, il y avait là une belle opportunité. Que la Sirène ne saurait gâcher. Elle ferait son devoir de soldat, comme le clamait souvent Childéric. Quitte à s'aveugler et s'y perdre ? Ses pensées s'envolèrent pour le Lion qu'elle avait laissé derrière elle.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
AkritesavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
356/356  (356/356)
Message Re: [Début aout 550] La flêche d'or   Sam 10 Sep - 11:02
Aristophane


Le regard ambré du Pope pensait à cette célèbre pièce d'Aristophane quand il entendait le jeune Légat devant lui. La Paix. Dans cette pièce, le vigneron Trygée, accablé par les longues années de guerre, se faisait le messager des peuples grecs auprès des Dieux. Ayant rejoint les cieux sur un coursier insolite, il se rendit compte que ceux-ci avaient été désertés par les divinités habituelles, auxquelles avait succédé l'entité guerrière Polemos, qui projetait d'écraser les cités grecques. Trygée mit alors tout en œuvre pour empêcher cette catastrophe. Oui, Cinead était ce vigneron en quelque sorte.

Evidemment, le Pope n'était pas Polemos et n'était guère favorable à l'anéantissement des cités grecques mais il était pour que l'application de l'Hégémonie d'une manière ou d'une autre. C'était en cela qu'il avait parlé de naïveté de la part de ses interlocuteurs. La méthode d'Akritès différait énormément de Bélisaire et cela trompait bien souvent ceux qui le cotoyaient, sinistre erreur ! Ceux ci étant dit, Cinead n'avait pas tort. Polemos avait pris de nombreuses facettes et pouvait mettre en danger les deux grandes nations que chacun représentait ici en cette heure cruciale. Toujours placide, mi amusé, il se levait brusquement pour arriver face à face avec le Légat.

- Bah tope là !

Sa main droite se tendait vers l'Atlante au moment où sa phrase se terminait. C'était simple et direct, façon de se mettre au diapason de la culture du jeune homme qui lui faisait face. Cette action théatrale et surprenante était le genre du nouveau Pope. Empathe, il savait voir dans le jeu de ses amis comme de ses ennemis pour se mettre à leur niveau de complexité... Il était donc inutile d'aller plus loin avec le Légat et autant y aller franchement. En soit, ce qu'il proposait était assez correct et même plus que ceux que les Saints auraient espéré jadis, Akritès n'allait donc pas refuser cette alliance sur des arguties juridiques un peu trop pervers.

- J'espère que cette poignée de mains vous suffira !

Puis, lentement, comme au ralenti, sa tête se tournait vers Nimue. Son visage était souriant comme à son habitude et il fit signe de la main à celle ci d'approcher de quelques pas.

- Il est temps que nous causions, suivez moi ! Se tournant vers les Gardes présents. Donnez à boire au Légat le temps que je revienne avec le Général de la Sirène Maléfique.

D'un geste théâtrale dont il avait le secret prenait certainement son petit effet. Personne n'aurait pensé que les négociations soient si simples, mais pourquoi faire compliquer quand l'ambassadeur ne cherchait pas à tromper ou à dissimuler ? Akritès pensait que le Légat était du genre "Homme d'honneur", une faiblesse en soit mais qui pour l'instant servait les intérêts des deux parties pendant un temps. Il n'avait pas tort sur les dangers potentiels qui pouvaient s'accumuler et personne ne saurait dire de ce qu'il pouvait advenir avec l'alliance des Oracles et des Berserkers, valait mieux "neutraliser" un ennemi potentiel et c'était là une bonne chose de faite.

En attendant, il fallait gérer un autre problème : Nimue.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t890-akrites-salonikas-gran
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Re: [Début aout 550] La flêche d'or   Sam 10 Sep - 16:30
Malgré mes années d'expérience, je n'avais que rarement vu des négociations diplomatiques aussi brèves. Et en toute franchise, je m'en réjouissais.
D'ordinaire, chaque partie faisait en sorte de prolonger les paroles jusqu'à la lie, pour tenter d'arracher un ultime avantage. La proposition d'une simple poignée de main de la part du Grand Pope me fit sourire d'instinct. Si tout pouvait se dérouler de la sorte...
Simple spectateur, j'observais donc ce jeu de politique où tous semblaient jouer un rôle de bienfaiteur. Pourtant, dans chaque pièce, le diable se tapit dans les ombres, prêt à frapper au pire moment.
Mais pour l'heure, ni queue fourchue, ni sabots. Juste deux leaders intelligents et pragmatiques.
Je notais toutefois que Akritès semblait particulièrement presser d'échanger avec Nimue, ce qui attisa ma curiosité silencieuse.
Alors que les deux intéressés risquaient de nous laisser seuls d'un instant à l'autre, je tachais de me remémorer les propositions d'alliance.
De l’orichalque pour les armées d'Athéna ? Voilà qui était fort généreux, et peu étonnant de la part d'un homme de la trempe de Cinead. Une protection mutuelle bien entendu, en complément. Rien de bien inhabituel. Mais à bien y regarder, les Saints ressortaient gagnants de cet échange, d'où la promptitude du Grand Pope à ratifier cet accord. Nous fournissions une aide militaire, ce qui était certes loin de négligeable, mais en terme de logistique pure et de matériel, rien n'avait été déclarer. Tout cet aspect dépendrait donc de la bonne intelligence des circonstances. Soit.
J'adressais un sourire à Cinead, heureux de sa réussite et croisais les bras en attendant la suite des évènements. Mon attention sur tourna vers la Corona Sainte et j'en profitais pour la détailler avec bienveillance. Je n'avais pas connu les membres de son ordre durant ma première vie, et j'étais donc curieux d'en apprendre d'avantage. En tout cas, sa discrétion et son attention sur les évènements étaient pour le moins rassurants. Je ne doutais pas que rien ne lui échapperait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Début aout 550] La flêche d'or   Mar 13 Sep - 7:38
Alliance

Les secondes paraissaient bien longues en cet instant, cette attente qui laisse le temps ralentir au loisir de gonfler appréhension qui gagnait le coeur du Légat. Là était une étape importante, un pas vers un idéal et pourtant au final entre l'instant où le Cinabre avait tendu la main et celui où le Pope sembla bondir de son trône vers lui il ne fut presque rien. Le temps d'une analyse succincte, un poids dans la balance. Alors les mains des dirigeants se trouvèrent, s'enlacèrent dans une force qui éprouvait en un sens leur sincérité.

    - Elle me suffit.

Phrase prononcée tout en fixant les yeux de l'homme au parfum de rose, étrange personne qu'il avait là, semblait avoir un certain poids sur les épaules : celui du temps. Cela se ressentait dans ses mots, des ses gestes. Il y avait une forme d'adaptabilité, même si au fond il continuait à poser cette barrière entre eux. Cela n'importait que peu le Légat qui lui voyait là une forme de respect, d'attention à ses paroles. Nul besoin de papiers, de sang ou autre. Les mots avaient été entendu des deux côtés par des personnes valeureuses. Cinead tourna légèrement la tête vers sa Général pour lui offrir un sourire fière et satisfait, comme une petite récompense pour tout ses efforts, toutes ces épreuves qu'ils avaient franchis ensemble. Merci. Puis il voulut en faire de même de l'autre côté en regardant le Sagittaire, Chevalier d'Or qui avait su fasciner Cinead par ses actes. Pourtant il n'en eut pas l'occasion.

Déjà la fatalité revenait au galop et la phrase d'Akrites fit se raidir légèrement le Légat à l'instant ou leur poignée de main s'était terminée. Nimuë. Son passé... L'instant unique, celui là pour lequel elle l'avait accompagné à la base. Plaider une cause, des idéaux, une volonté certaine. Seule elle pouvait le faire, nulle autre personnes. Mais il n'y avait pas que cela, non.

    - Akrites, au delà de notre alliance, n'oublie pas que nous sommes venus ici en paix, en émissaires d'une parole. Je ne repartirai pas seul.

La possibilité que la rancœur du Sanctuaire soit présente envers la Sirène Maléfique restait présente, bien qu'il ne doutait pas un instant de la force des mots de sa Générale. Il souhaitait juste rappeler ici que quelque soit ses choix, il rentrerait en Atlantis accompagné de sa Garde, de celle qui avait placé en lui une part de sa confiance. J'ai foi en toi Nimuë, en ce que tu m'as présenté. Au moindre signe, à la moindre pensée je serai là si tu en as besoin. Quelques mots accordée à celle qui devait voir devant elle une part de son passé qui lui semblait déjà bien lourd à porter. Une épreuve, un travail qu'il aurait souhaité lui éviter. Mais qui d'autre, oui ? Et puis, au fond, ce qu'il avait vu, entendu, compris... Oui. In n'y avait aucune place pour le doute désormais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
Contenu sponsorisé
Message Re: [Début aout 550] La flêche d'or   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Début aout 550] La flêche d'or
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 25. Meilleur Topic Depuis Aout
» Monday Nigh RAW - 9 aout 2010 (Résultats)
» Mousquet et Tomahawk : 27 aout 1776 - Bataille de Long Island
» Impact vs NY Redbulls - Mercredi 5 aout.
» ALIGNEMENT DE Detroit 19 Aout 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Pope-
Sauter vers: