Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Début Août 550] Le Silence des Secrets [PV Akritès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message [Début Août 550] Le Silence des Secrets [PV Akritès]   Sam 27 Aoû - 20:51
Le Silence des Secrets








Elle avançait au rythme des pas du nouveau Grand Pope, calant sa démarche se voulant altière et calculée pour démontrer un calme tout militaire, à celle – assez familière – de cet Akritès. Nier l'appréhension qui l'avait gagné à mesure des secondes, des minutes passées face à cet homme serait stupide et indigne du nouveau statut qu'elle incarnait, de ce qu'elle était alors devenue en suivant les voix de l'Océan. Puis Nimuë avait accepté bon gré mal gré de suivre le Légat de Poséidon pour des raisons politique et plus… personnelles. C'était justement sur ce dernier point que l'homme au parfum de rose l'avait entraîné à sa suite, l'exhortant à une entrevue plus privée. Loin des oreilles, loin des autres, du Légat qui pourtant lui avait promis de rester à ses côtés. Elle avançait au rythme des pas du nouveau Pope, sentant son essence non pas avec aversion ou nostalgie mais avec curiosité.

Non pas qu'elle regrettait son Poison, elle en avait un autre qui était gravé sur son front. Marque invisible, mais présente. D'une rose plus sombre que la nuit.

Il lui semblait reconnaître le lieu sans en être tout à fait certaine, comme si sa mémoire avait occulté une partie de ses entrevues avec l'ancien représentant de la Sagesse. Tout était flou et se confondait. Seulement, la Sirène progressait avec plus de sérénité. Un calme avant la tempête. Et toujours ce mauvais pressentiment qui l'étreignait. Peut-être plus fort, elle n'en était pas certaine. Tant pis. Évoluant dans son dos, elle accéléra l'allure pour se retourner à ses côtés, lui glissant une œillade mi-amusée, mi-interrogative. Où est-ce qu'il l'emmenait comme ça ? Cette question qui lui brûlait les lèvres finit par jaillir d'elle-même :

« Où me conduisez-vous Grand Pope ? Si la potence est déjà dressée pour moi ou les chaînes dans les geôles, je préfère m'y préparer un peu. »

Sa voix se voulait légère et rieuse, d'un timbre trahissant tout de même une légère inquiétude. Quand bien même elle savait que cette option n'était pas envisageable en l'état, sa nature profonde d'ancienne Sainte des Poissons parlait pour elle. Née Bête sanguinaire et monstrueuse entre les mains d'un maître cruel et froid. Oh il désirait des explications quant à sa désertion. Il obtiendrait les réponses en temps voulut. Après tout… elle était ici pour cela et, secrètement son cœur se félicitait des tournures des choses. Sous le couvert des chuchotements et des secrets, d'un monde que peu de monde connaissait. Elle pensait être toute seule dans ce dernier, avec Lucius. Deux êtres égarés dans la beauté et la contemplation d'un monde en décomposition. Deux Poissons évoluant à contre courant.

Mais il y avait cet Akritès… Où elle sentait sur lui une fragrance… plus subtile que celle qu'elle avait arboré. De leur monde, elle ne dirait rien. Dans ses yeux flottaient des ombres du passé, des silhouettes épineuses et de magnifiques corolles sanguines.

« Oh et je vous en prie, il est inutile de tergiverser avec moi, vous devez savoir que je suis une femme qui ne prend pas de gants. C'est une perte de temps inutile, je préfère… tailler dans le vif du sujet. Et mon intuition me pousse à croire que vous êtes pareil que moi. Sur ce point-là, j'entends. »

Un léger sourire flotta sur ses lèvres vermeilles.

« Sachez que je n'ai rien à cacher et que les Saints sont toujours précieux à mes yeux. Je ne vous renie pas. Ni la Déesse aux yeux pers et je suis persuadée qu'elle le sait aussi. Auquel cas... »

Elle laissa traîner sa phrase, laissant son visage s'éclairer davantage d'un air mutin et assuré. Ses yeux turquoises perdus dans le lointain, à voir l'invisible et tenter de percevoir, dans cette immensité, l'empreinte de celle qu'elle avait vu, enfin, lors du Crusos Sunagein. Et en fermant les yeux, elle entendait très clairement la mer.

« Bélisaire avait raison. Je suis de ces créatures à osciller entre deux mondes. Je n'avais pas compris, jusqu'à maintenant. »





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
AkritesavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
356/356  (356/356)
Message Re: [Début Août 550] Le Silence des Secrets [PV Akritès]   Mer 31 Aoû - 17:38
Didascalies


- La potence... Voici donc un jeu sommaire et sans délicatesse, Lucius ne t'a donc rien appris ?

Le ton se voulait piquant et sans agressivité. Toutefois, par cette simple boutade, le nouveau Pope mettait en lumière qui elle était, soit l'ancienne disciple du Chevalier d'or des Poissons. Ce dernier n'avait jamais dû réellement lui parler de lui, il était vrai que l'égocentrisme de Lucius était tel que personne ne pouvait lui arriver à la cheville. Ce dernier se prenait tellement au sérieux qu'il avait renoncé aux plaisirs de la vie et c'était pas faute de lui rappeler cela le plus souvent. Enfin... Ils n'étaient pas ici pour parler de lui mais d'elle... Arrivés dans un atrium du Palais, la vue était étrange avec un simple bassin et quelques fleurs dansant dessus au rythme de l'eau. On pouvait s'y allonger et profiter des fruits secs que les servantes préparaient tous les jours à l'intention de leur Maître. Akritès avait toujours garder ce style hédoniste et ne s'en cachait pas le moins du Monde.

- Voilà ta potence ! Allonge toi et meurs en mangeant une datte... Non je plaisante !

Riant de bon coeur, il s'allongeait sur la banquette en prenant un fruit. Mais elle restait debout et reprit la parole après un moment de flottement. Levant un sourcil, le Pope se demandait bien pourquoi elle prenait un ton aussi solennel. Il était vrai qu'il voulait des explications mais il n'était pas ici pour la combattre, il préférait dans un premier temps appréhender le pourquoi du comment de tout ce qu'il s'était passé. D'un geste de la main, il gobait le fruit en surveillant chaque contour de la demoiselle en détresse. Pour un Général de Poséidon, elle manquait pas de courage et Akritès comprenait ce qui avait pu séduire Lucius.

- Et bien et bien... Tu veux que je te dise ce que Bélisaire t'a déjà dit... Je ne vais pas répéter tout cela, cela est une chose dont nous avons tous conscience, non ? Si je t'ai demandé de venir ici, c'est pour te poser une question simple... As tu la moindre idée pour laquelle mon prédécesseur ne souhaitait pas que tu rejoignes la terre de Poséidon ? Je pense que tu le sais plus que quiconque. Disparaissant soudainement de sa banquette pour apparaître devant la jeune femme, il pointait une rose noire sur le front de Nimue.

La rose noire qui était sur le front de Nimue explosait alors dans une nuée de pétales spectrales. Un spectre prenait alors l'apparence d'un ancien druide devant le Pope et sa "disciple".

- Maître. Je ne pensais pas que vous seriez la personne qui me ferait face.

- Tu me crois stupide, j'ai senti ta présence dés qu'elle est rentrée dans mon temple... Que pensais tu faire ?

- Moi non ... Mais l'autre oui. Et j'ai vu ce que je voulais voir dans les terres Atlantes, merci Nimue, tu as été ma plus belle création décidément.

- L'autre ?
Hurlait Akritès !

- L'autre a reçu une partie du sang de Nimue, de mon sang... Athéna ne peut s'opposer totalement au pouvoir sombre des Mondes Chtoniens. Je vous laisse Maître, "elle" m'attends.

Une explosion de cosmos se fit sentir et il disparaissait sous les quatre yeux présents. Le Pope se tournait alors vers celle qui devait en savoir le plus sur les sous entendus de Lucius.

- Tu peux me dire ce qu'il sous entendait ? Vite !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t890-akrites-salonikas-gran
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Début Août 550] Le Silence des Secrets [PV Akritès]   Mer 31 Aoû - 19:23
Quitte à mourir








Elle secoua la tête, faisant s'envoler sa chevelure de droite à gauche en une légère danse. Nimuë n'avait pas besoin de réentendre les anciens mots de Bélisaire. Ceux-là même qui prenaient tout leur sens dans son esprit. Et cette sensation était loin d'être agréable. Le sentiment lourd qui l'étreignait grondait plus fort dans son cœur. Sur le point de répondre à Akritès d'une manière égale et mesurée, entrant avec joie dans le jeu qu'il lui offrait sur un plateau d'argent, la belle dût s'interrompre et essuyer une nouvelle fois un revers magistral de son passé qui lui revenait en pleine figure. Rose Noire.

La marque sur son front s'illumina à l'approche de la fleur sombre du maître de son propre professeur Lucius. Comme si une clef venait de déverrouiller le verrou d'une porte. Et libérer une Bête de Sang, un Monstre. Un fantôme. Les pétales obscurs s'envolaient partout, dansant devant ses prunelles écarquillées. La douleur et la stupeur eurent raison de Nimuë qui tituba, tremblante de revoir celui qui fut responsable de tous ses maux lui apparaître sous cette forme. Une scène avec l'ancien Pope et Liao traversa sa mémoire en un éclair, la laissant toute pantoise. Hésitante tout de même. Car la pirate sentait poindre une sourde fureur qu'elle ne pourrait pas contenir. Sans réfléchir, agissant par instinct, sa main s'était enroulée autour de la garde de Needle, l'ancienne lame du druide noir.

L'échange fut bien trop rapide pour qu'elle puisse véritablement agir. Pourtant elle avait sorti son épée hors de son fourreau pour la faire chanter de son ancienne force, nourrie avec son sang empoisonné et par extension… celui de Lucius. Sans s'en rendre compte son cosmos, l'énergie de la Sirène Maléfique se mêla à celle de l'arme, explosant en réponse à la déflagration de puissance de l'ancien Saint des Poissons. Alors qu'elle fermait les yeux pour se concentrer, elle répondit fermement à la question du nouveau Pope.

« Il veut Satine, deux O'Bannon, moi et elle ! Les deux parties de la Stella Rubius. Je n'ai pas le temps de t'expliquer ! »

Elle devait agir.

La jeune femme se fendit brusquement, fauchant le vide, attrapant les particules éparses de l'être fantomatique qui désirait rejoindre Rodorio. Oh elle avait bien réfléchit et en avait vite conclu qu'il avait une longueur d'avance et que jamais, elle n'aurait pu arriver avant lui. Elle avait été une Sainte après tout et connaissait les lois qui régissaient le Sanctuaire. Il n'y avait qu'une seule chose qu'elle pouvait faire. Gagner du temps. Suffisamment pour… envoyer un message.

Orion ! Satine est en danger ! Rodorio ! Trouve-la ! Sauve-la ! 

Puis la voix de la Sirène Maléfique s'envola en un chant hypnotique, doux et froid tout à la fois. Exhortant l'âme de Lucius, jusqu'ici liée à la sienne, de revenir à elle. Quitte à se sacrifier… Lui appartenir de nouveau. L'enfermer dans sa propre psyché. L'écraser. Une myriade de sentiments se bousculaient en elle, dans son requiem, dans son aura tantôt sombre tantôt lumineuse où se mêlaient le parfum de l'Océan. Elle n'allait pas échouer. Elle n'allait pas perdre. Nimuë vaincrait son passé, ce qui l'effrayait depuis des années et qui l'avait gangrené.

Quitte à trouver la mort sur son chemin s'il le fallait. L'atlante commençait une danse, aussi belle qu'intrigante. Un art que Lucius lui avait appris pendant de longues années et qu'Akritès serait susceptible de reconnaître. D'un coup elle s'adressa au Pope directement dans son esprit :

Je me suis fait avoir ! Il m'a eu ! Mais il n'est peut-être pas trop tard ! Aide-moi ! Outre sa disciple… tu es celui qui le connaît le mieux !

La jeune femme ne connaissait pas les capacités de la nouvelle Voix d'Athéna. Mais son ton et sa posture ne laissaient aucuns doutes sur la gravité de la situation.

Agir ! Et vite ! Ou sinon...





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
AkritesavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
356/356  (356/356)
Message Re: [Début Août 550] Le Silence des Secrets [PV Akritès]   Sam 3 Sep - 16:53
Ides d'Auguste


Nimue avait réagi avec empressement mais le Pope avait déjà envoyé un message mental à un guerrier se trouvant à Rodorio. Le Chevalier de la Licorne était en patrouille là bas, à lui la charge de le bloquer d'une manière ou d'une autre. Le regard ambré d'Akritès se leva vers la jeune femme qui se mit à chanter... Chaque son était un ravissement pour les hommes, un appel lointain et pourtant si proche de lui. Sans une certaine volonté, on se serait bien jeter sur les fourches caudines de ce plaisir malsain. Mais il commençait à comprendre la volonté de la Sirène et, faisant apparaître "airtafaeat taghdhiat janun alrrijal", la pointe de son cimeterre frôlait l'épaule de Nimue. Une petite blessure qui arrêterait cette danse de folie.

- Cela suffit Nimue. Tu penses que ce genre de pouvoir parviendra à le bloquer... Rêves pas et restes dans le monde des vivants. On rediscutera de ton "passé" une fois cette affaire réglée.

Puis, le cosmos du Pope se mit à louvoyer autour de lui pour s'étendre au sein même de son temple. Une aura florale mais impérieuse, tous les chevaliers présents au Sanctuaire pouvaient sentir le poids de sa présence et la concentration d'Akritès se porta sur le premier gardien présent dans les temples des Chevaliers d'or.

- Silas, va prêter immédiatement assistance au Chevalier de la Licorne à Rodorio. C'est un ordre direct cette fois... Prends garde, ton ennemi sera un danger énorme pour nous comme pour les Marinas ! Il ne doit pas quitter les lieux d'une manière ou d'une autre.

D'un geste de la tête, Akritès signifiait à Nimue que les choses étaient prises en main de son côté et il invitait sa "disciple" à le suivre en direction des autres invités qui étaient dans la salle du trône. Il était clair que les deux auras avaient dû attirer leurs attentions mais ce n'était pas le moment de se disperser, personne ne pourrait intervenir à Rodorio dans les heures à venir, sauf Silas et Heed en personne. Même Orion n'aurait pas pu arriver en quelques secondes, deux bonnes heures étaient la base même pour une chevalier d'or qui n'était pas bloqué par ses pairs. Ce qui était pas gagné vu la réputation de ce dernier.

Son regard se porta alors sur Needle.

- Nimue, tu devrais ne pas sortir cette lame. Elle est liée à ton sang, au sien mais aussi au miens. S'il parvient à te contrôler avec, je crains que je ne pourrais rien faire d'autres que de te.... La suite allait de soit et le silence se fit.

Ils courraient en direction de la salle du trône alors que les autres étaient déjà dans le couloir, les explosions avaient attiré leur attention finalement, normal ! Maintenant, tout était entre les mains des deux chevaliers qui avaient la mission de bloquer Lucius dans le corps de Satine.

Citation :
Silas et Heed ont reçu un ordre direct.

Notons que Silas ne peut intervenir qu'après deux tours de combat si il y a combat évidemment entre "Satine" et Heed de la Licorne



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t890-akrites-salonikas-gran
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Début Août 550] Le Silence des Secrets [PV Akritès]   Sam 3 Sep - 20:49
Passé














Tandis qu'elle s'enfonçait inexorablement dans les sombres ténèbres des abysses, Nimuë sentit un fin lien se créer entre elle et la lame de son ancien maître. Sentir cette légère connexion fit battre son cœur plus fort dans sa poitrine, jaillir un flot d'images confuses qui ravivèrent sa colère. Sa danse était sur le point d'entamer un autre rythme quand la froideur et la morsure d'une lame la stoppa sur l'instant. La douleur, légère, aussi. Surprise, la Sirène Maléfique rouvrit ses yeux, regarda Akritès avec un mélange d'incompréhension et de colère mêlée. Ses paroles la heurtèrent, plus fortement que le toucher de l'arme. Son corps se figea, muselé grâce à toute la volonté de son esprit. Elle avait bien failli se perdre mais une petite voix, celle de la raison, acheva de la ramener à la réalité. L'amertume gagna rapidement la jeune femme, se contenant de se jeter à corps perdu dans une course vaine. Le Grand Pope avait agi et elle, demeurerait impuissante.

Encore.

Dents et poings serrés, la marina obtempéra à contrecœur, sachant pertinemment qu'il avait raison. Needle était une clef qu'il lui faudrait user avec plus de finesse et de réflexion. Rangée dans son fourreau, toute aura qui l'habillait s'était volatilisée. Et elle suivit rapidement la Voix d'Athéna sans dire un mot. L'expression de son visage était dure et fermée, son teint, aussi blafard que le visage d'un trépassé. Inutile.

Impuissante. La Vie face à la Mort. Encore.

Arrivés face aux autres qu'ils avaient quitté il n'y a pas si longtemps, la Sirène resta en retrait, le regard perdu. Hagard. Il y avait dans sa tête des visions cauchemardesques de flammes consumant toutes choses. Bois comme chair, espoir et larmes. La voix d'Asclépios qui tentait de la raisonner. Un moindre mal. Oh, quel chaos ! Souffrance dans ses claires prunelles assombries par le tumulte de ses émotions. Du spectre de son passé.

Rose Noire.

Être dupée ainsi… Il n'y avait plus rien à faire. Pourtant, pouvait-elle rester là sagement à attendre ? Rien n'était moins sûr. Sa main se porta à son épaule blessée, ses yeux détaillèrent en silence l'écarlate sur ses doigts. Une entaille peu profonde. Un sourire ironique sur ses lèvres : En d'autre temps un si petite estafilade aurait été mortelle pour ses semblables. Poison, elle n'en possédait plus. Pourtant, elle constatait encore qu'elle en était encore un. Redoutable.

Celle qui annonce la venue de la Mort. Un frisson d'effroi la fit serrer ses bras autour d'elle, dans la volonté de se réchauffer. Nimuë avait si froid en cet instant. Drapée dans sa perdition, sa défaite. Son passé.

« Je ne peux pas rester là sans rien faire. Elle est ma famille. »


Déclara t-elle à haute voix d'un timbre sans musique, dépourvue de ce feu qui l'habitait souvent. À nouveau l'ancienne gardienne de l'Humanité se retrouvait au milieu d'un Destin qu'elle ne comprenait ni ne contrôlait. Des machinations viles qui la mettaient hors d'elle. Son dos s'affaissa sur une colonne en pierre, ses jambes sur le point de la trahir. Elle balbutiait des propos inaudibles, des mélopées qu'elle voulait oublier, des mots qu'elle aurait voulu prononcer devant ses chimères. Son bourreau. Ses périls.


« Satine. Je dois la rejoindre. »






© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Re: [Début Août 550] Le Silence des Secrets [PV Akritès]   Dim 4 Sep - 0:18
Tout s'était joué si vite qu'il m'était bien difficile de dominer mon instinct primaire. En d"autres temps, pas si lointains, recevoir le message télépathique de Nimue m'aurait fait jaillir hors de la salle, sans me soucier une seule seconde de mes obligations. Mais aujourd'hui, j'étais un chevalier d'or.
Satine est en danger...
La phrase résonnait en moi, tourbillonnait dans mon esprit insidieusement, m'obligeant à me couper des autres pour y faire barrage. Le poing serré, je sentis sans y prendre garde un filet de sang coulait le long de mes doigts.
C'est alors que le Grand Pope et Nimue revinrent en toute hâte. La sirène semblait aussi mal en point que moi, et je ravalais mon désespoir pour éviter d'amplifier le sien. Je m'approchais alors d'elle, faisant fi du protocole, et la saisis dans mes bras, en lui susurrant des paroles rassurantes à l'oreille. J'avais perçu les effets du cosmos d'Akrites, et je me doutais que le Grand Pope avait été prompt à agir.

Elle est forte, tu le sais aussi bien que moi... Athéna la protège, j'en suis certain...

Y croyais-je moi même ? Non. Pas de cette manière. Si un danger menaçait Satine en particulier et qu'Akritès avait agit, je voulais croire que ce serait dans on intérêt. Quelques chevaliers seraient à même de se rendre à Rodorio bien plus vite que moi. Cruel dilemme.
Partager entre mon devoir et l'amour de ma vie, je me tenais là, rassurant la seule femme qui aimait Satine autant que moi. Abandonner le Grand Pope était peut être l'effet visé, car quelle autre raison aurais pu m'y pousser ?
Certes, la Corona Sainte était également là pour assurer sa sécurité, et j'avais toute confiance en Cinead, mais mon devoir était ici car le risque était désormais trop grand. Avant de devenir chevalier, j'avais oscillé entre la soumission à mes émotions et l'absence totale de ressenti, d'empathie. Cette épreuve devait me montrer à moi même que j'étais désormais un autre homme.
Après quelques minutes de réconfort, je relâchais Nimue et vint poser un genou à terre devant Akrites.

Vénéré Grand Pope, notre invitée est assurément perturbée par ce qui est en train de se passer. Avec la permission du Légat de Poséidon et votre accord, je souhaiterais l'escorter dans un endroit plus calme où elle pourra prendre un peu de repos.

Ma voix avait-elle tremblée ? J'espérais que non. Je brûlais intérieurement, je me dégouttais de rester ici, docile, serviable pendant que mon seul et unique amour courrait un danger inconnu. Un lâche de la pire espèce. Et pourtant, la sagesse de Chiron me soufflait que je prenais la bonne décision. Coeur ou raison, je venais de choisir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
AnamayaavatarArmure :
Chevelure de Bérénice

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message Re: [Début Août 550] Le Silence des Secrets [PV Akritès]   Dim 4 Sep - 10:06
Lentement, la posture de la sainte s'était modifiée. Avec finesse sans la moindre agressivité, elle glissait imperceptiblement de Bastet à Sekmeth. C'était sa façon de sentir les choses, de laisser l'instinct et l'intuition si puissantes en elle s'ouvrir à tout mal qui pourrait surgir d'un instant à l'autre.

Qui faisait attention à elle en cet instant ? Personne, c'était certain. Prisonnière de sa chair de métal, elle ne pouvait rien exprimer sur les traits de son visage. Pas même la concentration intense qui était devenue la sienne.

Akritès s'était isolé un instant avec celle qui s'était avérée être la disciple de son disciple. Une filiation qui ne pouvait que peser son poids sur les deux êtres. Songeant au maître de Nimuë, elle se surprit à vouloir retrouver le sien mais elle savait que dans l'immédiat et même les jours suivant, cela serait impossible. Le désert l'avait englouti et il n'en ressortirait que quand le destin le choisirait. Enfin, une chose était sûre, Aurélius était bel et bien en vie mais loin, si loin d'elle.

Puis, soudain, ce furent les explosions de cosmos qui la tirèrent de ses pensées. Se maîtrisant à en serrer les mains à sang, la jeune femme rejeta au loin toute envie d'intervenir.

~ Confiance, en notre Grand Pope, nous devons avoir toute confiance en notre Grand Pope Akritès. ~

Suivant le tout à distance, elle ne put manquer les appels au loin et les cosmos se déplaçant bien plus bas sur les marches du Sanctuaire. Akritès avait agi vite et bien. La même célérité qu'elle avait constatée lors de sa rencontre avec Narsès. C'était un trait commun aux deux hommes. Des bruits de pas précipités se firent entendre et enfin, le représentant de la déesse et la sirène reparurent dans la salle d'audience. Constatant l'état de la jeune rousse, Anamaya s'était levée mais c'était peine perdue. Elle avait un chevalier servant plus que dévoué.

En d'autres circonstances, elle se serait contentée de sourire et de les laisser seuls si une aide médicale n'était pas souhaitée mais là, elle ressentait un malaise certain. De tels liens entre eux étaient plus que troublants et la méfiance naturelle de l'égyptienne ne faisait que croître. Qu'en serait-il si un jour tout venait à basculer entre combattants d'Athéna et de Poséidon ? Face à ce tableau, elle préférait ne pas y songer. Cet homme était pris entre plusieurs feus, marchant sur une corde raide sans la moindre certitude pour ceux qui, pourtant, était à présent ses frères et sœurs d'armes.

~ Tu es si imprudent, si imprudent... ~

Lentement, elle s'avança vers le Pope qu'elle se devait de protéger tout en restant à sa place, celle d'une subordonnée qui n'avait pas le droit à la parole. La liberté de Philae lui manquait tellement en cet instant où elle se sentait comme une lionne en cage. Un fauve sous les yeux duquel Orion ne tarda pas à faire se demande.

~ Tu es généreux... ~

Au moins, cela, elle pouvait le lui reconnaître, se demandant juste si cette qualité ne s'adressait qu'aux deux rousses et excluait tous les autres êtres présents. Dans l'attente d'une décision du grand pope, la jeune femme prit soudain une autre décision. Elle avait deux jeunes enfants à présent. Deux filles qu'elle avait arrachées à la convoitise des hommes. L'idée de mourir au combat lui était si familière qu'elle n'avait même pas envisagé qu'elle puisse venir si vite. Qu'elle se soit creusée une demeure d'éternité ne changeait rien à cela. La mort était vue d'une manière bien particulière pour ceux de l'ancien temple et elle partageait cette vision. Sentant toutes ces énergies qui dépassaient la sienne, elle ne comprenait tardivement que sa propre fin pouvait survenir à n'importe quel moment.

~ Moi aussi, j'ai une responsabilité. Lydia et Alaïs, dès que tout cela sera fini, je veillerai à assurer votre avenir. Que personne ne puisse s'en prendre à vous si je m'embarque pour le royaume d'Osiris et y subit le jugement d'Anubis. ~

Il lui faudrait la permission d'Akritès pour se rendre en Egypte, la seule terre où elle pourrait les confier à son propre maître et les présenter à celui qui devenait de fait leur oncle adoptif. Akhtar avait besoin d'elle pour préserver son équilibre. Tant que ses blessures ne seraient pas toutes cicatrisées, mieux valait l'exil pour lui, lui offrir le temps de l'oubli...

Cette nouvelle prise de conscience faite, Anamaya confirma une nouvelle fois qu'elle se tenait toujours auprès d'Akritès et, le cas échéant, le protégerait. Certaines choses avaient changé mais cela ne faisait qu'accroître la lucidité de la jeune combattante. Elle se sentait terriblement seule tout en sachant que jamais elle ne l'avait été. Toute l'ironie était là et loin de la désespérer la raccrochait à la vie et au désir de servir la puissante Isis-Athéna.

* J'attends vos ordres, seigneur Akritès... Je les attends... *

En cet instant, elle n'avait plus que cela...


Aucun détail sur le physique d'Anamaya n'apparaît dans ses rps. Sa véritable apparence est inconnue de tous.

- " Paroles " - ~ Pensées ~ - * transmissions de Pensées * -

- " Lydia et Alaïs " - ~ Pensées Lydia et Alaïs ~ -


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1245-anamaya
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Début Août 550] Le Silence des Secrets [PV Akritès]   Mer 7 Sep - 8:16
Immobilisme

Il l'avait ressenti. Tous devaient l'avoir capté, cette explosion de Cosmos inconnue. Cinead qui était jusque là enfermé dans ses pensées, toutes dirigées vers cette Générale qui affrontait là son passé et d'une manière encore plus forte, plus intense dont il ne pouvait se douter. Oh oui, il avait confiance en elle, Nimuë saurait expliquer ce qui avait fait que son monde s'était porté sur la voie de Poséidon. Sur le fait que jamais elle ne toucherait à une seule vie des Saints, toujours liée à Athéna en un sens. Il le savait, le ressentait en elle sous tout ce qu'elle pouvait construire comme murailles autour de sa personne. Une bonté, une attention particulière, une volonté... Mais tout cela était assombrit par des murs, les siens, ceux d'autres personnes. Il suffisait de les passer pour se rendre compte, oui. Juste un seul suffisait, le Cinabre l'avait vu, s'y était engouffré. Confiance.

Il tourna brusquement la tête, sorti de ses songes, avant de porter un regard lourd de sens envers Anamaya et Orion, sourcils froncés, le rouge de ses yeux s'était assombri. Puis ce fut le Cosmos de Nimuë qu'il reconnu plus que facilement, entendit même un chant lointain. Il se passait quelque chose, là bas. Alors le Légat, sans un mot, se mit en route rapidement en direction du Pope et de la Générale, vers cette porte qu'ils avaient emprunté quelques instants plus tôt pour discuter. Qu'un seul des Saint présent essaye de l'en empêcher, il avait juré à cette personne. Purificateur, c'était là ce qu'il était, dans bien des sens.

Le Légat passa la porte, suivit par les autres apparemment, le Cosmos d'Akrites s'était fait ressentir à son tour... Et quelques instants après ils se rencontrèrent tous. Ignorant presque le Pope dans un premier temps le Cinabre se préparait à rejoindre Nimuë au teint blafard, au regard perdu, presque tremblante mais Orion l'avait devancé. C'était une bonne chose que sa famille soit la pour elle en un sens, plus que son Légat bien qu'il n'était qu'à quelques mètres... Son esprit était alors assaillit de question et l'air grave qu'affichait l'ancien des Poissons ne laissait rien présager de bon. En entendant le mince échange, presque sourd étant donné que Nimuë ne semblait entendre, le Légat comprit que Satine, sa sœur, courrait un grave danger... Mais pourquoi maintenant, à cet instant précis ? Etait-ce là ce troisième Cosmos ? Un intrus au Sanctuaire ? Son regard oscilla alors entre Akrites et Orion.

    - Si le Grand Pope n'y voit pas d'objection, tu as ma confiance concernant Nimuë, Orion. Je vous rejoins dans quelques instant cependant.
    Puis, se tournant vers la Voix d'Athéna. Akrites que s'est-il passé ? Je me doute que ce n'est pas ton œuvre, cependant l'état dans lequel se trouve ma Générale me préoccupe grandement. Quel ennemi ? Quel danger est sur Satine ? S'il y a quoi que ce soit que je puisse faire...

Son ton était grave, entre inquiétude et incompréhension. Oh oui, il voulait des réponses et serait bien déçu d'apprendre qu'il ne pourrait rien y faire pour le moment. Cette fois il chercha à atteindre son esprit, à elle, qu'il sentait fermé, poussait un peu plus ses pensées, les renforçait pour arriver à repousser ce qui les séparait en cet instant, usait de son enseignement. Je suis là, Nimuë, j'arrive dans quelques instants. Je vais faire tout mon possible pour elle. Il se trouvait là dans la position délicate des dirigeants, à savoir rester en retrait et faire confiance à ses troupes. Pourtant, ce n'était pas SES troupes, ici même, mais celle de son homologue... Alors il allait devoir placer sa confiance en eux, en lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
AkritesavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
356/356  (356/356)
Message Re: [Début Août 550] Le Silence des Secrets [PV Akritès]   Sam 10 Sep - 13:26
Némésis


D'un geste de la main, le Pope laissait Orion s'occuper de Nimue et ordonnait en même temps à Anamaya de les protéger au cas où. Elle avait des dons en matière occulte qui pouvait servir si Lucius avait rajouté une perfidie dans son action. Puis, il se retournait vers le Légat qui était pour l'instant rester un peu en retrait. Il avait changé d'attitude, il aimait les siens et était prêt à tout pour les protéger des malheurs de ce monde. C'était un trait de caractère qu'Akritès appréciait mais là n'était pas le sujet...

- C'est mon disciple... Enfin le Maître de Nimue. Pour une raison inconnue, il avait lié son destin au sien et j'ai brisé cela pour la délivrer de ce fardeau. Mais la conséquence a été imprévisible, c'est toujours un risque quand on prends une décision de la sorte, tu l'apprendras aussi...

Le Pope gardait un sourire nonchalant aux lèvres mais le ton était plus sombre, plus froid. Il était manifeste qu'il n'était pas du tout content de la situation présente et il ne comptait pas en rester là. Lucius. Combien de fois il s'était posé des questions sur sa tendance à toujours vouloir la perfection ? Il n'en savait plus rien. Il gardait en lui une sorte d'affection pour ses élèves et reconnaissait bien qu'il avait été à son tour bien "naïf". Soufflant un petit instant pour se vider la tête, il se tourna vers le Cinabre pour lui faire signe de le suivre immédiatement. Comme la situation était de l'ordre des deux peuples, autant prendre les décisions en commun... Bien des silences se posaient aux questions que le Pope se posait sur les desseins de son ancien disciple... Pourquoi Satine ?

- Il faut que tu envoies un message aux tiens aux frontières d'Atlantis, je ne sais ce que Lucius veut faire mais nous devons prendre garde... Nous aurons peut-être à faire aux druides noirs de Roisin Dubh.

Roisin Dubh. Un culte ancien qui avait la particularité de porter une rose noire à leurs boutonnière, la raison en était secrète de ce que l'on savait. Akritès ne disait rien là dessus pour l'instant mais revoir ses anciens ennemis sur son sillage ne lui plaisait pas du tout. Laconique sur cela, il se contentait de garder ses secrets pour lui pendant un temps quand même.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t890-akrites-salonikas-gran
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Début Août 550] Le Silence des Secrets [PV Akritès]   Mar 13 Sep - 8:16
Solutions

Oh non, il n'aimait pas ça. Il avait imaginé bien des scénarios et celui-ci n'en faisait pas partie. Déjà il pouvait voir Orion et Nimuë s'éloigner ce qui lui pinça le cœur légèrement, Akrites l'aurait certainement remarqué car il avait détourné le regard un instant, jusqu'à ce qu'ils franchissent la porte. Les explications, les premières, virent alors, dévoilant ainsi une frasque de ce lourd passé qui semblait être celui de la Sirène Maléfique. Son maître... Inutile d'être devin pour comprendre que ce dernier avait une influence néfaste et était certainement lié au désarrois de sa Garde Oriflamme... Oh oui, il aurait aimé en savoir plus sur elle en cet instant, mais cela il le lui laissait, Nimuë était la seule à pouvoir choisir de lui en parler ou non, ça et le reste.

    - Lié son destin au sien ? Tu veux dire que son âme était cachée dans le corps de Nimuë ?!

Une surprise oui, et pas des moindres. Si la complexité de l'esprit était une chose nouvelle pour le Purificateur, la lecture des âmes n'en restait pas moins la base de son entrainement, de sa fonction première. L'esprit de Cinead et celui de Nimuë était lié depuis leur entrainement, une relation plus ou moins distante, un lien présent à chaque instant bien que ténu et qui se renforçait. Et pourtant jamais, non, il n'avait lu son âme. S'il l'avait fait plus tôt, oui, il aurait su déceler qu'elle n'était pas seule. Déjà le Cinabre poursuivait le Grand Pope qui lui intimait de marcher sur ses pas. Où l'emmenait-il ?

    - Il est en bas du Sanctuaire, s'est lié à la sœur de Nimuë... Une diversion tu penses n'est-ce pas ? Je vais prévenir les miens oui. Où allons-nous Grand Pope ?

Prévenir les siens... Prévenir les siens... Comment faire ? Il n'était aussi doué que la Sirène et ne saurait atteindre les siens d'ici. Mais une âme... Oui. Le Feu. Alors il ferma les yeux quelques secondes tout en avançant. Son Feu intérieur sembla s'embraser quant-il y trouva un écho lointain, comme des années en arrière. Il ne put réprimer son sourire. En avait-elle seulement conscience ? Il le lui demanderait à son retour, oui, après l'avoir pris dans ses bras à nouveau. Calista... Atlantis est en danger. Demande à Evaimon de lever les murs, de sonner la cloche, il te montrera... Des mots soufflés par les flammes qui l'atteindraient, il en était persuadé au fond de lui. Atlantis devait être sécurisée et elle seule avait la charge de cette mission. Endosser pour quelques instant le rôle de son grand frère.

    - Atlantis est prévenue. Akrites, si une âme possède actuellement Satine... Je dois être en bas, je suis un Purificateur, je purifie les âmes, si ton disciple possède un corps n'étant pas le sien... Maintenant que Nimuë n'est plus là, n'y a-t-il vraiment aucun moyen de s'y rendre ?

Des idées il en avait, l'art des dimensions, l'aide de la Sage Déesse... Toutes ces solutions dont il n'était pas sûr. La seule chose dont le Légat était persuadé était que si cela était possible le Grand Pope avait choisi de ne pas le montrer en présence de celle qui était affectée par cela. La jumelle de Satine, la Générale qui semblait désemparée et que Cinead voulait déjà rejoindre pour la soutenir. Pourtant, au vu des événement sa place était ailleurs. Ici en tant que dirigeant, ou en bas comme Purificateur?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
AkritesavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
356/356  (356/356)
Message Re: [Début Août 550] Le Silence des Secrets [PV Akritès]   Mer 14 Sep - 17:58
Entracte


Chaque chose entrainait son lot de querelles et d'incertitudes. Le Pope en avait une parfaite connaissance et en jouait sans cesse, il fallait maintenant veiller à ce que cela se passe selon les moyens les plus simple. D'un geste de la main, Akrites proposait un sceau d'Athéna à son interlocuteur.

- Ce sceau va pendant un temps nous libérer des rites de protection du Sanctuaire, je ne tenais pas à ce que Nimue voit ce que nous risquons de voir. Mais il nous faudra bien 10 minutes d'incantation pour aller dans le temple du Bélier. C'est le mieux que je puisse faire en attendant que mes Saints fassent au mieux...

Cela n'était pas une grosse révélation, évidemment que le Pope avait quelques moyens - faibles certes - de pouvoir transiger avec le dôme de cosmos de la Déesse de la Sagesse mais c'était juste un raccourci et seulement cela. Il n'était pas dit qu'ils agiraient à temps d'une manière ou d'une autre. Nimue était parti avec Orion en direction de son temple quand un sentiment étrange le fit tourner les yeux vers Rodorio. Un combat venait de commencer là bas. Heed. Tous les espoirs du Pope allaient vers lui, il devait tenir le plus longtemps possible... Quelques secondes...

- Je te remercie pour ta confiance mais à ce que j'ai compris, Lucius observait les défenses de votre pays depuis un certain temps je pense... Il faut savoir ce qu'il a pu faire sans en aviser votre oriflamme.

Le ton était enjoué et sérieux en même temps. Il était bien souvent difficile de voir quand il était sérieux mais il n'était pas du genre à mentir pour un rien. Ce qu'il disait allait dans le bon sens, en attendant, il fallait aller au temple du Bélier le plus rapidement possible. D'un geste de la main, il fit apparaitre dans sa main droite sa lame sacrée et après quelques pas de danse, il laissa un tourbillon de vent se former afin de créer un pentacle sous les pieds des deux hommes. Le temps était venu de communier.

Est ce que le Légat allait lui faire confiance ?

Depuis les rapports qu'il avait hérité de Bélisaire, il savait que la confiance n'était pas absolue entre le Sanctuaire et Atlantis. C'était la moindre des choses après des années de guerre, le futur irait à nouveau sur ce sentier mais pour l'instant, c'était pas le cas. Patience.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t890-akrites-salonikas-gran
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Début Août 550] Le Silence des Secrets [PV Akritès]   Jeu 15 Sep - 10:31
Decision

Il opina du chef lorsque le Grand Pope lui tendit ce parchemin tracé du sang d'Athéna, sceau puissant à n'en pas douter, il en ressentait la force rien qu'au toucher. Une force différente de ceux offerts par Poséidon cependant, quoi de plus normal. Tout comme il fut heureux d'apprendre qu'ils pourraient réduire drastiquement le temps pour rejoindre le bas du Sanctuaire, ce disciple tumultueux d'Akrites qui s'en prenait à un Saint et à la jumelle de Nimuë...

    - Certains secrets d'Atlantis sont bien gardés cela j'en suis sûr, cependant je ne peux savoir tout ce que Nimuë sait... S'il a étudié la cité depuis son arrivée il ne sait pas tout de nos défenses. Il y a trop de coïncidence, un des nôtres a disparus suite à une attaque sur Alexandrie, sans représailles jusqu'à aujourd'hui. Je penses que tu as raison, il nous faudra regagner au plus vite notre Cité.

Alors déjà l'incantation commençait et la Voix de la Déesse se saisissait d'une arme venue de nul part, dégageant une puissante Aura. Il se préparait au combat, évidemment, connaissait l'ennemi contrairement au Légat. Mais il pourrait agir sans aucun doute. Il imita son homologue alors, laissant apparaître derrière lui dans une flambée bleutée soudaine l'urne nacrée de son écaille qui une fois les flammes disparues vint recouvrir son corps et son visage, le laissant devenir Polyphème. Les deux meneurs étaient prêts et devaient attendre désormais en communiant pour le rite incantation. Ce fut à cet instant qu'il capta un appel lointain, reconnaissant la voix floutée de sa sœur qui semblait avoir du mal à communiquer la le Feu qui l'animait, quoi de plus logique. Il retira alors son masque avant de fermer les yeux un instant. Calista.. Garde ton calme. Je vais bien, je ne sais pas quelle menace plane sur Atlantis mais soyez prêts. Ne t'inquiète pas...

Les minutes passaient alors que l'énergie sous leurs pieds s'intensifiait. Malheureusement pour eux elle ne fut pas la seule, Cinead tourna la tête brusquement alors, ressentant la même énergie sombre agir un peu plus haut, sur la route du Sanctuaire... Nimuë ! Et ce n'était pas seule énergie, non. Il reconnaissait Orion aussi et une troisième personne qu'il ne pouvait reconnaître, sûr cependant qu'il possédait la protection d'Athéna. Un autre problème donc. Cinead plongea son regard de Feu, contrarié, dans celui du Pope.

    - Akritès je crains que nous ayons un autre soucis, il semblerait que Lucius ait encore une influence sur Nimuë. Je pensais que tu avais brisé ce lien, as-tu une idée de ce qu'il se passe ? Il nous faut agir vite, je ne sais pas où ils sont mais les nôtres vont s’entre-déchirer à ce rythme. L'aura semble moins puissante autour de Nimuë et d'Orion, un résidu ? Est-il possible de nous séparer pour couvrir ces deux fronts ? Tu connais mieux ton disciple que moi, je te laisse choisir nos actions. Il faut bien nous faire confiance, non ?

L'inquiétude se dissipait, laissant place à sa volonté, celle du Feu Purificateur, plus de temps pour les regrets ou les rêves, seule l'action comptait. Ils étaient deux chefs, ensembles, fraîchement liés par un accord qui était déjà mis à l'épreuve... Pourtant Cinead avait foi en cet homme, ils semblaient être sur la même longueur d'onde plus ou moins quand à leur manière d'agir en cet instant, alors il lui confiait la direction que chacun allaient prendre. Ensemble, ils sauraient éradiquer ce mal.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
AkritesavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
356/356  (356/356)
Message Re: [Début Août 550] Le Silence des Secrets [PV Akritès]   Sam 17 Sep - 11:31
Voyage


La situation devenait en effet épineuse. Alors que le flux cosmique inondait la pièce, d'un geste de la main le Pope changeait quelques éléments du rituel et opinait positivement de la tête à la demande du Légat de Poséidon. La situation devenait de plus en plus agaçante, les Saints avaient l'art et la manière de ne pas aller dans le sens de la Sagesse quand ils s'y mettaient.

- Oui, je t'envoie immédiatement au temple d'Orion. Veille à les calmer, moi je vais tenter de retrouver Satine...

En un éclair, les deux hommes disparurent du temple sous la bienveillance d'Athéna. En quelques secondes, le Pope se retrouvait dans le temple du Bélier. Des auras explosèrent et disparurent dans le temple du Sagittaire.

- Orion...

Comment cela avait-il pu ? Il n'avait pour l'instant pas le temps d'y penser qu'il sentait un cosmos qui s'affaiblissait fortement à Rodorio. Il partit alors en courant dans la direction du village, se demandant comment les choses avaient pu mal tournées à ce point en quelques minutes. Il fallait déjà sauver la vie de Heed, le reste c'était une chose à gérer dans un second temps. Il ne voulait pas les perdre d'une manière où d'une autre de toute façon.

Il arrivait enfin aux abords de Rodorio quand il ressentit la présence du Chevalier des Gémeaux...

Citation :
Cinead et Akrites sont téléportés.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t890-akrites-salonikas-gran
Contenu sponsorisé
Message Re: [Début Août 550] Le Silence des Secrets [PV Akritès]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Début Août 550] Le Silence des Secrets [PV Akritès]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tant que les secrets sont entre de bonnes mains [Sébastien]
» La vie a ses secrets! qui en connait le bout ? Néo-classique.
» ragots, secrets et retrouvailles [M., M-A., P-J.]
» Give All My Secrets Away ' Lily & Antigone
» [Suggestion] Cadeaux Secrets de Noël

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Pope-
Sauter vers: