Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Ven 9 Oct - 22:00






Je me trouvais au cœur de mon temple, en pleine séance de méditation lorsque des bruits de pas dans mon dos me sortirent de celle-ci. Lentement je tournais mon faciès de porcelaine vers les individus qui venez d'entrer dans ma demeure, avant de me relever, en jugeant les visages graves qui m'observaient. Des gardes. Pour quelles raisons ils se trouvaient là? Il ne pouvait qu'agir d'un ordre du Pope lui-même pour qu'il envoie ses hommes de main.

"- Messieurs. Que me vaut l'honneur de votre visite?"

"- Ainia, chevalier d'or du Bélier, par Ordre du Grand Pope, vous êtes conviée à vous rendre au temple de ce dernier, à dix-sept heure, ce jour, afin de participer, avec les autres gardiens, à un Crusos Sunagein."

Alors voilà ce que me valait la venue des gardes. Une réunion avec l'ensemble des chevaliers d'or présents. Les heures à venir s’annonçaient-elles sombres pour que l'on soit tous réunis? Il y avait fort à parier que oui, et compte-tenu de ce que Silas m'avait dit quant à sa future mission chez les Berzerkers, je me doutais que d'autres chevaliers seraient à leur tour envoyés chez les Ases ou encore les Marinas. N'ayant pas eu l'honneur de sa visite, je doutais d'être envoyée où que ce soit. Il fallait dire que si tel avait été le cas, cela aurait été une mauvaise stratégie pour le Sanctuaire, car le premier gardien aurait alors été le Cancer.

"- Fort bien. Merci de m'avoir délivré votre message. Dites au Pope qu'il pourra bien entendu compter sur ma présence."

De toute manière, je ne me voyais pas ne pas accéder à la requête de ce dernier. J'aurais passé un sale quart d'heure sinon. Après un dernier salut, la petite troupe se mit en branle et quitta mon temple. Je passais le reste de ma journée à cogiter sur la situation, et lorsque le moment fut venu, je me préparais pour gagner le temple du Grand Pope. Mon cosmos m'enveloppa de son halo doré et mon armure quitta sa forme totémique pour venir me recouvrir. Je quittais mon temple et entamais mon ascension des douze maisons.

En cet instant, je maudissais toutes ces marches et le fait que nous ne puissions nous téléporter. Cela aurait été tellement plus simple! Toujours est-il que j'arrivais à temple du Grand Pope.Je n'arrivais jamais en retard, ni en avance d'ailleurs. J'arrivais à l'heure prévue. A mon approche, les gardes s'écartèrent tandis que le bruit de mes pas emplissait le palais de Bélisaire. Parvenue face à ce dernier, qui siégeait sur son trône, je retirais mon casque, que je glissais contre mon flanc, avant de venir poser un genou à terre, une main à même le sol, et tête inclinée en guise de salutation et de respect

"- Mon Seigneur, comme convenu, moi, Ainia du Bélier, ai répondu à votre appel et me tiens à votre disposition."






Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
InvitéInvité
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Sam 10 Oct - 1:27
J'étudiai "Sur les Tremblements de terre et le feu" rédigé par un certain Romain dit le Mélode, un auteur dont j'appréciai les points de vue même si il était très loin du compte lorsqu'il parlait des Dieux et des Déesses lorsque Pieric l'un de mes serviteurs frappa à la porte de mon bureau. D'une voix claire et limpide, je lui donnai l'autorisation d'entrer sans pour autant arreter ma lecture. C'est uniquement quand je sentis la voix hésitante de mon serviteur que je quittai à contre coeur ma lecture. Je vis derrière lui un soldat, avec une missive à la main. Je me levai allant à sa rencontre et pris le parchemin qu'il me tendait. Faisant signe à Pieric de se retirer, je donnais quelques piecettes au garde pour le remercier et retournai à mon bureau, le garde tournant les talons et disparut de mon champ de vision. La missive était claire, je devais me rendre sur le champ au palais du Grand Pope.

Sans doute pour me donner officiellement mon ordre de mission et aussi présenter à l'ensemble des chevaliers d'or le nouveau chevalier du Capricorne. Tant de simagret pour un seul chevalier, il devait être important aux yeux du Pope, je n'avais pas souvenir que l'on convoquait tous les chevaliers d'or lorsque l'un d'entre nous avait obtenu son armure d'or. Bon, je verrai bien après tout, de toute façon je devais avoir l'ordre officiel du Pope pour me rendre en Atlandide. Je sortis alors de mon bureau pour me diriger vers ma chambre. Grâce à une impulsion de cosmos j'appelai mon armure qui vint aussitôt se former sur moi et commençai à prépaprer quelques affaires en vue de mon voyage. Je déposais également un parchemin que j'avais déjà rédigé il y a quelques temps déjà sur mon lit. C'était mes dernières volontés si jamais je ne revenais pas de mission. Pas très réjouissant certes, mais il valait mieux prendre des précautions et au moins Eiko aurait de quoi s'occuper en héritant de toutes mes affaires.

Laissant mes affaires aux portes du temple (je repasserai les chercher lorsque je redescendrai les marches pour partir), je me dirigeai vers le temple du Grand Pope. Par chance, je n'avais que trois temples à franchir, par contre pour mon départ, je devrai passer par les douze temples pour me rendre chez Poséidon. Mon casque sous le bras, j'arrivais devant l'immense porte donnant accès au trône du Pope. Les gardes s'écartèrent à mon arrivée me laissant ainsi passer et j'entrai donc.

Le Grand Pope était présent, assis sur son trône toujours caché par son masque, dégageant la même aura que lorsqu'il m'avait rendu visite quelques jours plus tôt. D'ailleurs mes genoux s'en souvenaient encore, je grimaçai légèrement. Un autre chevalier était déjà présent, au vu de son masque et des courbes de son armure, je parirai pour le chevalier du Bélier Ainia que j'avais déjà rencontré furtivement auparavant. J'étais donc le deuxième, ce n'était pas si mal finalement. Arrivant aux cotés de ma soeur d'arme, je pris la même position qu'elle et pris la parole :

"Seneca du Sagittaire, présent conformément à votre demande mon Seigneur. Prêt à répondre à vos ordres."

J'adressai un regard furtif envers le chevalier d'or du Bélier et la salua d'un signe de la tête par respect. Je fixai désormais le sol, la tête baissée en attendant la réponse du représentant de la déesse Athéna.
Revenir en haut Aller en bas
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Sam 10 Oct - 12:21

Spoiler:
 

Le temps était venu, c'était le jour. Silas savait en parti tout ce que cela voulait dire. Athéna avait voulu que le nouveau Gold Saint du Capricorne soit présenté en grande pompe, cela intriguait fortement Silas. qu'avait-il donc de si spécial? De plus il savait qu'après cette réunion des Gold Saints, il partirait en Transylvanie pour aller montrer la puissance du Sanctuaire aux Berserkers et aussi voir leur état du moment.

Il méditait lorsque le messager arriva avec la convocation du Pope, un parchemin roulé avec le sceau de Belisaire dessus. Il laissa partir le messager et lut le simple mot qui demandait sa présence, ainsi donc allait commencer le Crusos Sunagein, l'assemblée d'or. Il portait déjà son armure et déplia alors ses jambes pour se relever. Il ramassa son casque un peu plus loin et alla se servir une coupe de vin aux herbes. Une fois sa soif étanchée, le Gold des Gémeaux prit la direction de la sortie de son temple en direction du Temple du Cancer pour commencer à gravir la longue montée des marches. Ses marches qui se comptait par milliers étaient l'une des défense du Sanctuaire contre ses ennemis mais c'était aussi une vraie lie pour ses habitants. Il grimpa, grimpa, grimpa...

Il arriva enfin devant le temple de Belisaire, pestant mentalement contre cette montée du chemin zodiacal. Les gardes le saluèrent et lui ouvrirent la double porte devant lui et il entra donc. Il se dirigea droit devant, vers la salle du conseil. Il y trouva bien-sur le Grand Pope assis sur un trône ainsi que deux autres Golds. Lui qui pensait qu'il sera l'un des derniers, le voila l'un des premiers. Il y avait Seneca qu'il salua d'un signe de la main ainsi que Ainia qu'il salua de la main. Quelques jours auparavant il s'était passé quelque chose entre eux, une chose qu'il avait appréciait même si elle pouvait se révéler dangereuse pour la suite. Il posa genou à terre, laissant sa longue cape trainer.

_ Salutations Grand Pope. Moi, Silas des Gémeaux je réponds par ma présence à votre demande.

Il regarda Seneca et Ainia.

_ Je suis heureux de vous retrouver ici mes amis.

Maintenant, il fallait attendre l'arrivée des autres chevaliers d'or...





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
InvitéInvité
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Sam 10 Oct - 18:59
Mon entrainement physique étant terminé, je passais à la méditation. Ce n'était pas tellement ce que je préférais, mais Seneca avait insisté sur le fait que je devais travailler mon esprit. Je me tenais donc à une séance de méditation par jour. Je préférais largement me défouler en frappant dans mes mannequins de glace mais il fallait bien passer par cet étape si je voulais me renforcer mentalement. Je me mis donc en position de tailleur et augmenta doucement mon cosmos, les yeux fermés. Mon cosmos n'avait pas encore atteint son paroxysme que je fus interrompu par une voix d'homme. J'ouvris les yeux, un peu contrariée d'avoir été interrompue dans une tâche qui ne me plaisait déjà pas beaucoup. Un garde se tenait face à moi, certes un peu mal à l'aise de m'interrompre.

Celui-ci me remit une missive; Le Grand Pope souhaitait apparemment convier tous les chevaliers d'or en son Temple afin de nous présenter le nouveau chevalier d'or du Capricorne. S'agissait-il d'une nouvelle pratique ? C'était la première fois que ceci arrivait. Peut-être avait-il instauré ceci pendant mon exil ? Cela me permettrait de rencontrer mes frères d'armes, je ne connaissais pour l'instant que Seneca, chevalier d'or du Sagittaire, et Ainia, chevalier d'or du Bélier, qui étaient mes deux meilleurs amis, enfin disons les deux seuls surtout. A leur contact, j'étais beaucoup moins froide qu'avec les autres.

Je remettais donc ma séance de méditation à plus tard et partis me rafraichir pour être plus présentable. J'ôtai mon masque afin de me passer de l'eau sur le visage et le remis immédiatement. Ce fichu masque ... Il était donc temps pour moi de revêtir mon armure d'Or, je concentrai  donc mon cosmos glacial pour qu'elle vienne à moi. J'avais de la chance, je n'avais simplement qu'une maison à traverser afin de rejoindre le temple du Grand Pope, ce qui n'était pas le cas de cette pauvre Ainia qui allait devoir les traverser toute. Je me mis donc en route.

J'arrivai enfin au lieu de rendez-vous et y vit des visages familiers, celui de Seneca et d'Ainia (enfin son masque plutôt), ainsi qu'un troisième chevalier d'Or qui revêtait l'armure des Gémeaux, sans doute ce Silas dont j'avais entendu parlé par mes deux amis. Je leur adressai un signe de tête à tous les trois en guise de salutation et posai un genou à terre, m'inclinant devant le représentant d'Athéna.

"Eiko Chevalier d'Or du Verseau. A votre service Monseigneur."

J'avais pris un ton beaucoup moins glacial que d'habitude, me disant qu'il était tout de même le Grand Pope.
Revenir en haut Aller en bas
ScythèsavatarArmure :
Cancer
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Sam 10 Oct - 19:08
Scythès observait respectueusement le chapelet que lui avait confié le Grand Pope, lors de sa visite quelques jours plus tôt. Il l'avait quitté en lui confiant cette mission, que le Cancer prenait déjà très à cœur. Il était satisfait d'avoir pu parler de leur doute et des évènements à venir avec lui, et s'était quitté sachant que leur prochaine rencontre ne serait tarder, dans un cadre bien plus officiel cette fois ci : l'accueil d'un nouveau chevalier commandité par la Déesse elle même. C'est donc d'un pas calme et assuré qu'il prit la direction des hauteurs.

Une à une, le chevalier d’or montait les marches des douze maisons du Sanctuaire. Il ne parvenait pas à se rappeler la dernière fois qu’il était monté si haut, si proche du Temple d’Athéna. Evidemment, ce n’était pas sa destination, les chevaliers d’or n’ayant pas l’honneur de rencontrer une Déesse, mais il se dirigeait néanmoins vers son représentant. Pas au hasard, d’ailleurs. Belisaire était venu le voir, quelques jours plus tôt, et ils avaient alors eu le l’occasion de converser. L’arrivée du Capricorne coïncidait avec l’étoile rouge qui était tombé au travers de sa constellation, mais le Ciel n’accordait pas de telles visions pour annoncer un évènement heureux. Il ne pouvait pas y avoir que ça. Le nouveau chevalier d’or était vraisemblablement une pièce d’un plan plus grand.

Perdu dans ses pensées, il ne fit pas attention à chacune des maisons qu’il avait traversé. Il arriva assez rapidement jusqu’au Temple du Grand-Pope, lieu de la réunion. Il s’avança en direction de l’entrée, toujours aussi calmement. Les gardes, rodés à la fonction de s’écarter à l’arrivée d’un supérieur, firent donc, laissant la voix libre au Cancer. Un silence agréable avait pris possession des lieux. Après une longue marche uniquement perturbé par le bruit des pas de Scythès, celui-ci arriva près de Belisaire. Ainia, le chevalier d’or du Bélier, Silas celui des Gémeaux et Eiko du Verseau, étaient déjà présent. Il avait entendu parler d’eux, lors de leur arrivée récente au Sanctuaire, mais n’avait pas encore eu l’occasion de connaitre cette génération de chevaliers. A leurs côtés se tenait Seneca, chevalier d’or du Sagittaire, qu’il ne connaissait pas mieux d’ailleurs, bien qu’il tienne son armure depuis aussi longtemps que lui. Ses cinq dernières années passés en grande partie dans son temple n’avait pas aidé à ce qu’on se souvienne de lui. Il remplissait son rôle, seul, et en était satisfait. Il avait patiemment attendu qu’on l’appelle, et il était là le moment venu.

Une fois arrivée devant le trône du Grand Pope, où celui siégeait, Scythès posa un genou à terre, respectant sommairement le protocole, aussi bien qu’il savait le faire. Quand bien même la révérence n’était pas parfaite, il savait le respect que le nomade avait pour lui. Il parla alors lentement, en destination de son supérieur et vieil ami.


- Grand Pope.

Un hochement de tête respectueux, un regard soutenu. Belisaire le connaissait bien, depuis cinq ans, il était inutile pour lui de se présenter ni d’affirmer sa loyauté. Quand bien même il aurait pu le faire pour ses frères d’arme qui ne le connaissait pas, il présuma qu’ils connaissaient son nom, car la réciproque était vraie. Ils n’étaient pas présents aujourd’hui pour discuter. Le Grand Pope avait appelé, et tous viendraient, fidèles à leur devoir. Aucun sourire amical envers eux, pas plus qu'un signe quelconque de respect. Scythès se redressa alors, et alla se positionner non loin de ses frères d’armes, bien qu’un peu à l’écart, attendant la venue des derniers membres de leur chevalerie.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricavatarArmure :
Lion

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
330/330  (330/330)
CC:
216/216  (216/216)
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Sam 10 Oct - 21:30
    La vie avait repris son cours presque normal après l'annonce du Grand Pope. Oui, le chevalier d'or du lion allait devoir partir en mission dans le grand nord. La guerre était aux portes du Sanctuaire et il allait sûrement devoir agir en première ligne... Non, il allait être en première ligne, comme son maître avant lui et comme de nombreux chevaliers encore avant, et toujours plus après. Son cœur était bien plus en paix qu'au moment de l'annonce du Pope, son entraînement avec son ami des Gémeaux avait porté ses fruits et il en était on ne peut plus satisfait. Il ne restait plus qu'à voir ce qu'il ferait confronter à cette éventualité-là, celle de perdre un de ses amis.

    Mais il avait réussi à mettre cette infime peur dans les recoins les plus enfouis de son cœur et il s'en trouvait bien plus léger depuis. Ainsi, il accueillit les messagers du Pope dans son étude à l'intérieur de la maison du lion. Il savait qu'il devrait se rendre dans le grand nord et il tenait ainsi à se préparer au mieux possible. Ainsi, après avoir pris connaissance de la missive, il congédia les envoyés du Pope signifiant qu'il serait là en temps et en heure. Le rendez-vous était fixé plus tard dans la journée, il avait donc tout le temps nécessaire devenant oui.

    L'annonce de cette réunion tombait bien, il venait de se faire tailler la barbe et il tenait aussi à montrer au Pope que, ce n'est pas parce qu’on respecte la terre et qu'on la travaille qu'on ne peut pas ressembler au plus digne des chevaliers. Il avait ça en lui, par le sang des rois francs qui est celui qui coule dans ses veines. Mais surtout par l'animal qui le représente, il était le lion d'or, le roi de tous les animaux, celui qui impose le calme à la savane d'un rugissement. Il tenait à montrer à son chef qu'il était bel et bien un indéfectible gardien, plus que digne de représenter la déesse, il le savait lui, mais il voulait le montrer à son supérieur.

    Ainsi, passèrent les longues heures de la journée et avant de partir pour une énième escalade des temples du zodiaque, il fallait qu'il se prépare. Il garda le pantalon qu'il avait, un long pantalon de lin assez près du corps dont l'étoffe était souple et ne gênait pas ses mouvements, qu'on ne ferait presque pas, couvert par les plaques de son armure d'or. Il passa alors une chemise de mailles, assez longue pour un homme normal, mais elle s’arrêtait un peu au-dessus de la taille du géant de l'ouest. L'armure du lion laissé son porteur exposé au niveau des flancs et un coup de lame était vite arrivé... Il passa au-dessus de tout ça donc, son armure d'or à laquelle il accrocha une longue cape d'un blanc immaculé. Présentation habituelle chez les chevaliers d'or, mais le lion ne la revêtait que très rare. On marche facilement sur une cape lors d'un combat....

    Il choisit de ne pas porter sa chevalière sigillaire, mais pour boucler le tableau, il rajouta à ses cheveux un anneau d'or qui les retenait attachés un peu au-dessus de leur point le plus long, assez en dessous de ses omoplates, détachés jusqu'à ce point précis. Il pesta intérieurement tout le long de l’accession, sans vraiment faire attention à ce qui se passait dans les maisons qu'il traversait. Il savait que certains des chevaliers d'or étaient déjà passés, ceux qui venaient d'en dessous de la maison du lion. Et il en sentit encore d'autres maisons vides lors de son ascension. Il s’arrêta quelques secondes dans la maison du capricorne, sans vraiment savoir pourquoi avant de continuer sa route vers le temple du pope.

    Une fois arrivé là-haut, il éclata de son rire puissant qui était depuis les années, devenus un peu sa signature. Ce qui l'avait amusé, c'était de voir tous ses frères d'armes en rang d’oignons le genou au sol devant le Pope, mais aussi le fait qu'il allait les rejoindre bien assez tôt. Il fit alors les quelques pas qui le séparait de là où étaient ses compagnons, mais ces pas transpiraient d'une majesté certaine, rien à voir avec celui qu'on aurait pris pour un paysan que le Pope avait croisé. Il avait là devant lui le petit-fils du grand roi Clovis. Il adressa avant de saluer le grand Pope, un signe à ses camarades, en particulier au bélier et au gémeau, avec qui il était particulièrement lié, mais aussi aux autres, qu'il respectait énormément, même sans les connaître forcément aussi bien que les deux autres.

    Il se planta alors à côté du chevalier d'or du Cancer, posa le genou à terre comme tous les autres. Ne dit rien au Grand Pope, pas besoin, le regard suffirait... Et au lieu de baisser la tête, il planta son regard droit dans les yeux vairons de son chef, avec la même intensité dans le regard que quand le maître des chevaliers était venu dans le temple du lion annoncé à Childéric qu'il allait partir en mission. Il avait là de quoi largement rattrapé la mauvaise impression qu'il avait faite à Bélisaire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d-
InvitéInvité
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Dim 11 Oct - 20:52

Je n’avais pas eu besoin de missives pour savoir qu’un Crusos se préparait, puisque le pope m’avait prévenu lui-même qu’il y aurait une réunion entre chevaliers de notre noble caste. Réunion où il introniserait le fameux chevalier du Capricorne. Tout de même, il m’envoya des messagers pour la forme qui me prévinrent que la réunion était imminente et qu’il fallait que je me rende à son palais. J’eus un sourire fin avant de les congédier. La dernière réunion devait remonter à 545. Mais depuis lors, les chevaliers avaient bien changés et je devais être le plus vieux à être encore en service après Bélisaire lui-même. Une certaine excitation m’envahit au point que j’eus un rire dément. Et c’est à cet instant-là que je décidai que j’allais me planquer discrètement dans un coin de mon temple, histoire de voir les chevaliers qui allaient passer par le naos de mon humble demeure. Nul besoin de se presser, huhuhu !

La première fut Ainia. Chevalier du Bélier. A son passage, j’avais failli éclater de rire. Je me souvenais encore de notre rencontre qui avait sans doute dû la marquer profondément. Rouquine plutôt marrante. Mais assez forte de ce que je pouvais sentir. Pas à prendre à la légère, même si comme beaucoup d’autres, l’expérience et l’âge devaient lui faire défaut. Aslam pouvait être cependant très fier d’elle. Il avait poli ce joyau à la perfection, puisque sa force était même reconnue par Bélisaire. Alors que je me perdais dans mes pensées, un autre chevalier traversa mon temple. Son identité ne faisait aucun doute au vu de l’armure qu’il portait : Silas des Gémeaux. Le deuxième élève de mon défunt maitre. Je dus me faire violence pour ne pas apparaitre devant lui comme par magie et eut un soupir lorsqu’il finit par quitter les lieux. J’aurai l’occasion de le connaitre plus tard. Rien ne pressait encore une fois…

Le troisième m’arracha un sourire. Pas railleur pour un sou, mais plutôt bienveillant même. Scythès du Cancer. Mon seul véritable ami dans toute cette caste. Son allure et son maintien me confortaient dans le fait qu’il avait bel et bien mûri. Une bonne chose. Je fus tenté de quitter également ma cachette pour cheminer avec lui, mais je préférai attendre encore un peu. De ce que je savais, il y avait encore un chevalier qui avait une maison avant la mienne. Et ce petit jeu de voyeur que je m’étais imposé me faisait marrer. Un dernier chevalier fit alors son apparition. Un mastodonte. Fier, noble, flamboyant même ! Un vrai guerrier. Son apparence ne trompait pas et sa prestance n’était pas pour me déplaire. Pour peu, je l’aurai pris pour le Taureau, vu son gabarit. Mais son armure dorée ne trompait pas. Il devait s’agir du chevalier du Lion. Seulement… Même en me triturant les méninges, je ne me rappelai pas de son nom.

Partie remise.

Lorsqu’il fut bien loin, je quittai ma cachette. Selon les racontars, les armures du Taureau et de la Vierge n’avaient pas encore trouvés de porteurs dignes de ce nom. Une réunion où nous ne serons pas au complet. Pas fun. Mais de ce que m’avait dit le pope, le temps ne jouait pas en notre faveur. Il n’avait pas d’autres choix que de mobiliser les forces qu’il avait à sa disposition. C’est sur ce constat que je commençai l’ascension du zodiaque d’or. Une fois dans la maison du scorpion, je crus sentir la présence de Lesath. Je fouillai son temple du regard, avant de hausser les épaules pour continuer mon chemin. Nul doute qu’on se rencontrerait à la réunion. Pour le reste des maisons, il n’eut pas grand-chose à signaler. Sauf que tout comme le Lion, la maison du Capricorne m’arracha un petit frisson. Mais plutôt que de m’attarder sur cette impression qui m’arracha un sourire mauvais, je continuai ma route, jusqu’à ce que j’arrive au palais.

- « Mes hommages, mon Seigneur. »

Tout comme ces jeunes nouveaux chevaliers, je lui avais fait une révérence. Mais CONTRAIREMENT à tous, je ne m’attardai pas à rester à genoux, peu importe ce que cela pouvait engendrer dans les secondes à venir. Étions-nous là pour flatter le pope et rester à genoux alors qu’il savait déjà qu’il avait tout notre respect et notre dévotion ? Ne déconnons pas ! Il était peut-être un sadique qui frisait le tyran, mais il n’avait pas besoin que nous le caressions dans le sens du poil de la sorte. Quoique. Rien n’était sûr avec ce jeune homme. Il pouvait piquer une crise et sévir. Mais peu importe. Ça n’en serait que plus intéressant. Rien de plus ennuyant qu’une réunion morne, tout ça quoi. De ce fait, je partis me poster tout juste aux côtés de mon pote le Cancer qui était bel et bien debout, à l’écart et qui attendait que le début de la réunion. J’eus un sourire amusé pour lui et portai une main fraternelle à son épaulière la plus proche.

Plus qu’à attendre le Scorpion et le fameux Capricorne.
Revenir en haut Aller en bas
LesathavatarArmure :
Scorpion

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Lun 12 Oct - 19:32
" Je suppose que je n'ai pas le choix " La voix du chevalier d'or était claire, la question était rhétorique. Il s'était adressé au messager, lorsque ce dernier lui avait amené la missive m. Le visage de ce dernier ne laissait d'ailleurs aucun doute sur la réponse.

Lesath se repassait encore la scène alors qu'il fixait chaque pièce de son armure d'or. Quitte à se présenter à ses pairs, autant le faire avec tout l'appareil. Il laissa dévier son esprit sur la réunion qui s'annonçait. La plupart des chevaliers ne portaient leur armure que depuis peu, et il s'agissait sans doute pour la plupart de la preliere reunion. Lui meme n'y avait jamais participé. Pire c'était tout juste s'il pouvait mettre un visage sur chaque nom. Le Crusos. Son ancien maître lui en avait soufflé quelques mots, lors de son apprentissage et ce qu'il en avait retiré à l'époque, n'était pas glorieux. Que lorsque tant d'hommes puissants se rencontraient il s'agissait rarement d'un simple point d'information. On ne monopolisait pas la première force mondiale pour une simple reunion. Il finit par enfiler son casque, lentement, et l'armure fut entierement posée. N'était-ce pas la ce que demandait le protocole ?

Le protocole.

Ce mot avait-il d'ailleurs réellement un sens pour l'homme qui se présentait sous le signe du Scorpion ? Probablement peu. Mais pouvait-il l'ignorer tout simplement et prendre le risque d'être mis au banc par le reste de son ordre ? Par son propre supérieur ?

Oui.

Un homme qui, comme lui, avait vécu au jour le jour pendant la moitié de son existence avait le loisir d'ignorer une telle phobie. Apres tout, être stigmatisé était déjà son quotidien, non ? De par son apparence. De par son accoutumance. De par sa façon d'être. Ce fut donc tout logiquement qu'il ne prit pas place à côté du reste de son ordre. Qu'il ne prit pas place non plus près de Shin de la Balance. Qu'il décida, après s'être introduit auprès du Grand Pope d'un salut romain, de rester en retrait.

" Grand Pope "

Et d'attendre la suite des événements. Tout simplement. Il ne se demandait pas tellement ce qui avait pu forcer Bélisaire à les réunir, alors qu'ils n'étaient au final même pas au complet. Non. Cette information ne tarderait pas à être donnée par l'instigateur du conciliabules. S'il y avait bien quelque chose qui pouvait perturber le Scorpion paranoïaque c'eût été que cette information ne soit au final qu'un prétexte pour leur démontrer à tous que, malgré leur grade, malgré leur protection dorée, malgré leur statut social, ils n'en restaient pas moins que des pions sur un échiquier où il était le joueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t268-lesath-gold-saint-du-s
BelisaireavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Mar 13 Oct - 15:39
Ils arrivaient les uns après les autres, comme une litanie chrétienne qui n'en finissait pas. Je les observais comme un serpent devant ses souris, cependant, certaines choses me firent tiquées. Me redressant lentement, les arrivées de Scythès et de Shin n'étaient pas pour me plaire et sous mon masque, je les fixais sans aucun doute. Quand aux autres, Ainia du Bélier, une femme qui savait tenir son rang et on m'avait dit assez de bien d'elle pour que je ne la jugeasse pas si vite. Même si elle restait une créature sous l'influence des hommes.... Puis Seneca, il avait gagné en assurance manifestement, le dos droit, la noblesse dans son regard s'était raffermi et cela n'était pas déplaisant.

Puis, Silas des Gémeaux, son regard pour le Bélier ne m'avait pas trompé et le petit geste de la main était trop tendre pour nous tromper tous. C'était mignon et tant qu'ils étaient efficaces, ils pouvaient faire ce qu'il voulait, je n'imposais après tout que le masque. Dans un sens, je n'oubliais pas que j'étais grec et la nature humaine avait ses besoins comme on disait. C'était alors le moment où une personne entrait à son tour. Ma tête se tournait obstensiblement vers elle, Eiko du Verseau. Son aura de glace m'indiquait une certaine puissance, c'était une chose qui me rassurait mais je devais avoir une conversation avec elle, les propos de Seneca résonnaient encore lourdement dans mes tympans pour ne pas les oublier. Le Cancer me sortit de ma concentration et d'un geste je le saluais à son tour.

Il avait toujours la tête dans la lune si j'osais dire... Mais c'était un des Chevaliers d'or qui avaient mon estime et il avait depuis peu la garde des portes des Enfers. La mission serait lourde pour lui car l'échec, encore une fois, n'était pas permis. Et le Lion suivit. Un sourire s'ourlait sous mon masque en voyant l'effort qu'il avait consenti pour prendre une plus belle tenue, voilà un Lion fier et orgueilleux comme je voulais le voir. Il avait mis clairement les choses en ordre, jusqu'à même sa chevelure. Alors que je m'apprêtais à le féliciter pour avoir suivi mes conseils, un autre vint et non des moindres. Le plus impudent de la caste des Chevaliers d'or. Shin n'avait pas tardé à se faire remarquer à sa manière. Encore une fois, il n'en faisait qu'à sa tête mais il savait qu'il hésiterait pas à faire le sale boulot si nécessaire, la morale était une chose qui embrassait la Justice selon les circonstances de la Guerre. Enfin, pour terminer, vint mon successeur, un homme aussi étrange que difficile à juger ! J'avouais que je ne savais pas vraiment dans quelle case le mettre celui là, cependant, ce n'était que mieux, il vaut mieux un allié chaotique et donc dur à suivre d'une certaine façon. Si ses mauvaises habitudes pouvaient disparaître, ce ne serait pas plus mal...

Quelques secondes passèrent. Je leur fis signe de se lever enfin, je n'étais pas un amoureux du protocole à ce point là.

- Chevaliers. La plupart d'entre vous sont au courant de la raison de cette réunion, les Chevaliers du Taureau, de la Vierge et des Poissons sont indisponibles actuellement. C'est pour cela qu'il est temps de vous présenter votre nouveau compagnon d'armes, je sais que pour la plupart, c'est une chose incongrue et peu habituelle, mais...

- C'est notre volonté.


Un cosmos gigantesque entrait en scène à la surprise générale. Une jeune femme sortait de l'ombre d'un pilier pour faire face aux chevaliers présents, un manteau de lumière l'entourait soudainement, donnant la sensation d'étouffer tous les autres cosmos présents. Un sourire amical transgressait son visage de marbre, n'était-elle pas la protectrice des Héros ?

Bélisaire a écrit:
Prochains posts : Celui d'Athéna et du Capricorne, vous êtes libres après d'intervenir.



Les seuls qui sont autorisés à me regarder dans les yeux sont ceux à qui je parle
et ceux qui me servent. Et celui qui s'oppose à moi est autorisé à regarder vers le bas.
Tu devras connaître ta place.


Dialogues : Doré = le Sage | Bleu = l'Absolu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t315-belisaire-grand-pope
AthénaavatarArmure :
Cloth d'Athéna
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Mar 13 Oct - 16:03
:: La Dame de la Sagesse.


- C'est notre volonté.

Dans une ombre, une voix avait surgi du néant. Venant d'un des piliers latéraux, une jeune femme à la longue chevelure noir de jais entrait dans la grande salle du Temple du Pope. Portant une belle robe noire sertie de brocards d'or et d'argent, son corps s'était enveloppé en quelques instants d'une aura chaude et douce. Cependant, tout le monde pouvait sentir son autorité naturelle, aucune personne ne pouvait admettre autre chose que son verbe en cet instant. Elle marchait alors en direction des personnes présentes pour les regarder et elle s'approcha du trône du Pope. Ce dernier se relevait pour lui laisser sa place après une révérence de quelques secondes. D'un signe de la main, elle l'invitait à se placer à ses côtés.

- Chevaliers. Le temps des batailles est de retour, les étoiles ne nous mentent pas et les fluctuations dans le cosmos originel sont une chose que nous n'avons pas ressenti depuis près de cinq années. C'est pourquoi, à la demande d'une amie sincère et dévouée à notre cause, dévouée à notre Rêve de fonder un monde où les Hommes vivraient en paix... Nous allons devoir rappeler notre autorité à nos ennemis qui se tapissent dans l'ombre.

Elle savait depuis le début que la Guerre reviendrait, c'était pourquoi elle avait demandé à un nouveau Grand Pope de fonder une nouvelle Chevalerie. Ses ennemis... Poséidon, Arès, Odin... Comment faire en sorte que tout cela ne tombe pas dans une alliance contre elle ? Cette question avait trouvé une réponse autrefois mais elle n'était pas sûr que cela marcherait deux fois. Et voilà qu'un homme venant de nulle part était arrivé avec une lettre de cette amie lointaine. Curieuse. Elle l'avait prise sous son aile et lui avait donné les meilleurs Maîtres, il était devenu le plus jeune des Chevaliers d'or. Quinze ans. Mais un voile sombre l'empêchait de porter son cosmos vers elle et en Orient, une mauvaise sensation ne cessait d'attirer son regard divin.

- Approchez, Artorius Pendragon, Chevalier d'or du Capricorne !

Le voile se levait enfin. Mais pour quel dessein ? Il était la clé pour éviter un nouveau bain de sang mais pour combien de temps ? Des ennemis plus redoutables que les Dieux grecs se relevaient, la chute de Rome en était-elle la raison ? Elle ne disait mot pour l'instant de ses sentiments, ce n'était pas son habitude de pleurer sur le reste du Monde. Guidant les hommes vers un nouvel Elyseum, elle n'avait pas le droit d'échouer et en cela, le Grand Pope répondait à ses aspirations actuelles.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArtoriusavatarArmure :
Capricorne
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Lun 19 Oct - 20:40
Les yeux rivés sur le Grand Temple aux reflets blancs, un jeune homme s'approchait noblement du Palais dans lequel il allait se présenter au grand jour. Parcourant très rapidement de son regard l'architecture du Temple tout en prenant conscience des cosmos qui s'y faisaient sentir, il savait qu'il était temps pour lui d'abandonner le voile inconnu dans lequel il avait été placé afin de parfaire son entraînement. Et alors qu'il fermait les yeux, inspirant une bouffée d'air frais qui fut absorbée tout aussi rapidement qu'elle ne fut expirée, l'instant suffisait pour ne laisser place qu'à une certaine majesté dans sa jeunesse. L'heure était donc venue, et il n'avait pas le droit à l'erreur car il s'agissait ici de la volonté d'Athéna, celle qui l'avait recueilli dans les rues de Rome, celle qui l'avait entraîné. Celle qui lui avait permis aujourd'hui de rejoindre le Cercle d'Or pour se battre aux côtés de la déesse de la Justice malgré son âge.

Il venait de monter les marches des Temples, et même s'il avait eu l'occasion d'y faire son ascension auparavant pour y faire la rencontre du Grand Pope actuel, les circonstances l'amenaient à ne se montrer que plus sérieux. Et c'était le regard presque dur qu'il s'apprêtait à entrer pour y mener "le Crusos". Patient, il avait attendu néanmoins l'accord de sa déesse pour entrer, car il n'y voyait pas là l'occasion ni même l'autorisation à s'y convier par lui-même volontairement. Cela n'était pas de son ressort, mais celui de lui de la déesse. Déesse qui s'exprima finalement pour exécuter la décision à laquelle elle et Bélisaire s'étaient entendus.

- Approchez, Artorius Pendragon, Chevalier d'or du Capricorne !

Aussitôt prononcé, il fit quelques pas de façon à se détacher de l'obscurité dans laquelle il avait été tapi, là où il avait pourtant été témoin depuis peu de ce qui s'était dit dans la grande salle. Du haut de ses 15 ans, Artorius avait encore du chemin à faire et il était temps pour lui de montrer sa valeur aux yeux de tous, comme l'avaient fait ses prédécesseurs auparavant, ainsi que certains de ses frères d'armes aujourd'hui.

Et alors qu'il marchait droit devant lui sans aucune hésitation, prenant de nouveau conscience des lieux qu'il connaissait déjà, il y remarqua néanmoins quelques "éléments" étrangers: les autres Chevaliers d'Or. Certains étaient restés à genoux, d'autres, plus timides quant à la fidélité qu'ils devaient porter à la déesse de la Sagesse, s'étaient très certainement contentés d'une rapide révérence. En toute honnêteté, la curiosité l'avait gagné, les compétences de ses confrères se révélaient pour l'instant tout aussi inconnues que son existence l'était pour eux il y a encore de cela quelques minutes. Mais cette sensation était triviale et somme toute rapidement passé au second plan dans l'esprit du jeune Capricorne un peu trop sérieux: On pouvait le qualifier de misanthrope si on le désirait, ce n'était pourtant pas son affaire tant que cela n'engageait pas ce qu'il devait faire. Il leur accorda un rapide regard en coin, de quoi constater qu'il y avait ici neuf chevaliers, et parmi eux des hommes et des femmes, mais peu lui importait ce dernier détail. Ce n'était clairement pas lui qui allait juger quelqu'un sur son apparence, bien que le respect était, pour lui, important.

Se rapprochant de sa déesse, il s'inclina de telle façon qu'on lui prit pendant un court instant pour un seigneur en armure, mais la position dans laquelle il se trouvait ramenait néanmoins une réalité qui ne pouvait être défaite. Le tête baissée et agissant de la façon la plus respectueuse que le jeune pouvait aborder devant ses supérieurs, il finit par s'exprimer de façon presque littéraire et surtout, bien surprenante pour le jeune chevalier.

"Athéna. Je ne saurais vous exprimer mon plus profond respect, car je le sais aujourd'hui limité par mes mots mais non pas par mes actes. J'ose espérer néanmoins que vous daignerez accepter tout l'honneur que j'ai aujourd'hui à rejoindre vos rangs, car je porte en moi, Artorius, Chevalier d'Or du Capricorne, la résolution d'y prouver le mérite qui m'a été accordé hier, ainsi qu'aujourd'hui même."


Le dévouement. Il n'en avait plus peur, pas plus que le chevalier avait véritablement douté sur la manière de l'arborer. Il savait que pour la plupart des chevaliers, sa jeunesse apparente constituerait un frein, mais Bélisaire et Athéna ne semblaient pas le percevoir ainsi. A dire vrai, d'aussi loin qu'il pouvait se souvenir des événements qui avaient bordé sa vie, Athéna n'avait jamais véritablement douté de lui, et ce Crusos en était la preuve même: sa déesse attendait du Capricorne quelque chose. Une pression aurait pu être exercé sur Artorius, l'adolescent aurait pu s'en sentir gêné, mais il ne l'entendait pas de cette oreille et comme tout bon chevalier, il était prêt à aller jusqu'au bout. Bien sûr, il se contentait de compenser ce détail avec une certaine maturité qui lui était propre. Mais lui était fier de par ses origines et son statut dans la chevalerie d'Athéna, et sa fidélité n'était plus à prouver alors qu'il se tenait devant eux sur un genou et la tête baissée, à l'image d'un chevalier des plus dévoués.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ScythèsavatarArmure :
Cancer
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Lun 19 Oct - 23:31
Scythès avait attendu, debout et isolé des autres, que les derniers chevaliers d'or se joignent à eux. Il avait été le cinquième à arriver, et c'était déjà fait remarquer par le Grand Pope en s'éloignant de la nouvelle génération et de la posture qu'ils avaient choisi de conserver devant le représentant de leur ordre. Bien qu'il ai senti le regard de Bélisaire sur lui, il savait qu'il ne le prendrait pas comme un affront ou une marque d'irrespect. Pour le Cancer, c'était en réalité tout le contraire. L'armure d'or qu'il portait était la gardienne de son serment, et il avait mainte fois prouvé son allégeance à leur cause, que ce soit au combat où par les promesses qu'il avait faite. Il avait accepté de donner sa vie pour Athéna et pour le Grand Pope, et il avait pris cette décision de son plein grès, on ne l'y avait pas forcé. C'était debout, et pleinement conscient de son devoir, qu'il gardait cet état d'esprit. Une manière de dire qu'il n'était pas forcé de servir, mais qu'il le faisait dans toute sa volonté, quand bien même la hiérarchie ne pouvait être bafouée. Il avait son respect, et la symbolique de rester à genou aussi longtemps pour le prouver ne lui parlait pas, il y avait bien d'autres manières de le faire. Vivre à genou n'était pas dans sa culture, il vivrait et mourait pour la cause et le faisait droit et fier.

Le premier de ses frères à arriver après lui fut le chevalier d'or du Lion. Comme les autres, il était de la nouvelle génération de chevaliers, il ne le connaissait donc pas. Cependant, la vue de l'homme l'étonna, pour n'avoir jamais vu de sa vie un homme si grand. L'éclat de son rire résonna dans toute la salle, brisant le silence qui y régnait entre chaque arrivée. Le Cancer guetta sa marche jusqu'à eux, intrigué, et le regarda poser le genou aux côtés des autres chevaliers, attendant lui aussi un ordre de se lever de Bélisaire. La situation lui paraissait étrange. Avaient-ils tous quelque chose à prouver, pour vouloir rester à terre aussi longtemps devant le Grand Pope ? Peur que l'on doute de leur loyauté s'ils osaient se tenir droit devant leur supérieur ? A vrai dire, il ne savait pas comment celui-ci allait réagir. De ce qu'il en savait, Bélisaire appréciait la détermination et la puissance, la loyauté et le respect, mais il n'en avait jamais réclamé tant. Les années sur un trône l'avait néanmoins peut être habitué à ce genre d'écart. Mais Scythès se rappelait tout de même toutes leurs longues conversations au sujet des étoiles et du ciel, et dans ces moments paisibles, la hiérarchie pouvait devenir floue. Sous l'étendue omnisciente du ciel, tous les hommes étaient soudain égaux. Des jouets et des armes au service de quelque chose de bien plus grand.

Il fut arrêté dans ses pensées par une nouvelle arrivée, bien connue cette fois. Shin de la Balance, qui se fit remarquer aussi bien que le Cancer en adressant une révérence au Pope, puis en allant le rejoindre pour poser une main amicale sur son épaule. Le revoir fit enfin esquisser un sourire à Scythès, qui lui rendit aussitôt son respect par un signe de tête amical, traduisant son plaisir de le retrouver. Leurs rencontres s'étaient faite rare, tout deux occupés par leur mission de gardien du Sanctuaire depuis ses nombreuses années. Néanmoins, il le considérait toujours comme son seul véritable ami au sein de la chevalerie. Il avait combattu à ses côtés lors de la guerre contre les Bersekers, ainsi qu'avec Bélisaire. Leur passé commun et leur ancienneté par rapport aux autres avaient permis un lien sincère entre les deux hommes, qui ne se ressemblaient pourtant probablement pas tant que ça, du moins au regard des autres. Cela aurait été cependant une erreur que de le croire, les deux chevaliers possédant la même détermination à faire ce qui doit être fait, et la même loyauté sans faille à leur déesse. C'est donc se sentant bien moins seul qu'il attendit l'arrivée du dernier chevalier d'or, qui ne tarda pas à se montrer à son tour.

Le scorpion, héritier de l'ancienne armure d'or du Grand Pope, arriva donc en dernier. Il le connaissait tout aussi peu que les cinq autres, mais il lui paru tout de même plus difficile à cerner. Visiblement, il n'avait aucun lien avec les autres, pas plus qu'avec les deux frères d'armes isolés. C'est logiquement qu'il ne rejoignit aucun des deux côtés, et adressa sa révérence à Bélisaire pour s'isoler à son tour. Intéressant, dans tout les cas. Il se mit à penser qu'il serait bon de converser avec cet homme, et d'en apprendre un peu plus sur lui. Il fut cependant une fois de plus interrompu dans ses pensées par la suite des évènements.

Le Grand Pope fit signe à tous de se lever, avant de prendre la parole, imposant l'écoute à tous de par sa prestance. On ne pouvait lui enlever, malgré son âge plus jeune que certains de ses chevaliers d'or, il avait un charisme qui donnait envie de l'écouter. Les souvenirs passés de l'homme qui avait fait plier les autres camps ne faisait que renforcer l'estime qu'il avait du Cancer. Il l'écoutait donc avec attention, et à aucun instant il n'aurait pensé qu'il puisse être coupé dans sa phrase par quelqu'un. Qui avait le pouvoir et le rang nécessaire pour pouvoir se permettre d'interrompre le Grand Pope ? La réponse lui fut rapidement donnée, et à vrai dire, il n'en crut pas ses yeux. Si d'ordinaire il était difficile de percevoir ses émotions, ses yeux durent forcément le trahir en cet instant.

En même temps que les paroles furent prononcés, un cosmos immense emplit la salle où tous se trouvait. Un cosmos si puissant que tous ne pouvaient que le sentir les traverser. Sans s’en rendre compte, Scythès n’avait pas même osé en détourner le regard alors qu'elle s'avançait vers eux. Il ne trouva aucun mot mortel pour parvenir à la décrire. Son regard semblait doux et dur à la fois, il pouvait sentir sa chaleur divine en chaque partie de son corps, mais cela ne le brulait pas. Ces yeux décelaient de la bonté, tout comme de la sévérité. Elle était un être complet, indescriptible. Elle semblait incarner à la fois la sagesse de la paix et la fermeté de la guerre. Il avait déjà pu la voir, il y à cinq années, bien trop rapidement, et cela lui procurait la même impression que jadis. Loin de Tengri, d'une entité comme le Ciel Eternel qu'il pensait autrefois un royaume, elle lui prouvait de nouveau et indéniablement qu'il avait eu tort, que tout son peuple avait eu tort, et ce depuis les toutes premières yourtes qui parsemèrent leur terre. Les gens du sud avaient raison, leurs Dieux existaient, c'était indéniable. Et bien qu'il avait depuis longtemps renié ses anciennes croyances, voir Athéna de ses yeux semblait les enterrer définitivement et à tout jamais. Il avait eu un voile sur les yeux, et aujourd'hui on terminait de lui en ôter les deniers vestiges.

Le Cancer écouta avec une attention sans pareil les paroles de la Déesse, n'osant pas s'en détourner. En réalité, même s'il l'avait voulu, il n'aurait pas pu. Tout comme son genou avait fléchi sans qu'il le désire consciemment, son esprit allait vers Athéna, oubliant presque ce qui se passait autour. Le Grand Pope lui avait laissé son trône après une révérence soutenue, preuve que lui même était tout entier aux ordres d'Athéna. Son respect était toujours intact, quand bien même cela ne lui faisait forcément pas la même impression qu'au reste de son ordre. Il avait un lien particulier avec la Déesse, il en était son représentant parmi les hommes et son principal interlocuteur mortel.

Athéna parla donc de la guerre à venir, et de la nécessité de se battre pour préserver la paix. Un discours semblable à celui qu'il se jouait dans sa tête depuis cinq ans maintenant, et dont il avait eu l'occasion de discuter avec le Grand Pope. Les temps étaient en train de changer, si même notre Déesse acceptait de se montrer aux yeux des mortels. Si elle même avait choisi un chevalier d'or pour les rejoindre, semblant passer outre des avis de Bélisaire. Comme les étoiles l'avaient dit, et comme Athéna leur faisait comprendre, le chevalier d'or du Capricorne avait un grand rôle à jouer dans les évènements à venir. Et c'est lorsque la Déesse annonça son nom, Artorius Pendragon, que tous purent voir leur nouveau frère d'arme sortir de l’ombre et s’approcher.

Ce qui le frappa avant tout autre chose fut sa jeunesse. Au vue de ses traits, il ne devait même pas avoir seize ans. A vrai dire, il été incapable de dire son âge, il aurait pu en avoir treize que cela ne l’aurait pas étonné. Toujours est-il qu’il était jeune, et Scythès devait avoir à peu près le double de son âge, tout comme son ami Shin qui se trouvait à côté de lui et qui lui, l’avait sans l’ombre d’un doute. Pourtant, il avait marché avec assurance jusqu’à eux, et plus précisément jusqu’à Athéna, qu’il n’avait pas tardé à saluer en s’inclinant. Ses paroles se voulurent dévoués à leur cause à tous, ce qui ne l’étonna pas. S’il avait été choisi par la Déesse, sa dévotion et sa loyauté pour elle devait être sans pareil. Aussi jeune qu’il était, il était visiblement l’un des mortels qui avaient eu la chance de pouvoir côtoyer la Déesse, et ce à plusieurs reprises. Il était l’un des élus, peut être plus que tous les autres, finalement. Aucun chevalier d’or jusque là n’avait reçu d’honneur comme celui-ci.

Pas une once de jalousie dans le regard de Scythès d’ailleurs, il était au-delà de ça. Les Dieux avaient des plans bien définis pour certains hommes, et il n’y avait aucune honte à ne pas être l’une des pièces maitresses de ces plans. Il jouait son rôle, celui qu’on lui avait confié, et n’en désirait pas plus. Toujours est-il que le petit l’intriguait, et il se demandait quel genre de destin le Ciel avait pu lui réserver. Lorsqu’il avait son âge, le Cancer n’avait pas la moindre idée de ce qu’était le cosmos. Il n’était rien de plus qu’un nomade, qu’un berger, parfois guerrier quand il le fallait. Ce n’est que huit années plus tard qu’il était devenu ce qu’il était aujourd’hui, dans les cendres de la guerre qu’ils avaient mené contre les Bersekers. Le Capricorne semblait avoir été précipité bien vite dans ce monde, et bien qu’il devait probablement en ignorer beaucoup de ses facettes, sa précocité n’en signifiait pas moins du génie. Il ne lui manquait que de l’expérience, certainement un peu de savoir, pour devenir plus puissant encore que ses frères qui l’entouraient. Si Scythès devait l’y aider, il le ferait. C’était la volonté du Grand Pope, c’était la volonté d’Athéna.

Le chevalier d’or du Cancer prit quelques secondes pour observer la scène, avant de poser une main sur l’épaule de son ami Shin, tout en lui adressant un regard soutenu. L’un de ceux qui pourrait dire : « Le moment est arrivé, comme il y a cinq ans. ». A sa connaissance, il était avec lui le seul des autres chevaliers d’or à avoir déjà pu voir Athéna de ses yeux, lors d’une notre époque. Cela avait autrefois été annonciateur de guerre et de temps nouveau, et c’était vraisemblablement la même chose aujourd’hui. Scythès s’avança alors, quittant son frère d’arme et devançant les autres chevaliers d’or pour se diriger vers le trône du Grand Pope, occupé par la Déesse. Une fois qu’il leur fit face, il reproduisit le geste de respect qu’il avait eu en arrivant, posant de nouveau un genou au sol. Il se mit alors à parler lentement à Athéna, le regard levé vers elle comme pour profiter des instants où ses yeux lui permettaient d’admirer le divin.


- Il y a cinq ans, vous avez ouvert les yeux d’un homme qui ne croyait plus en ce monde. Un homme plein de doute, à qui vous avez apporté des réponses par votre seule présence. Vous m’avez donné une raison de vivre, une raison de me battre, et je n’ai pas hésité à faire couler le sang pour que la paix puisse régner, pour que la vie puisse l’emporter. Aujourd’hui, comme ci j’avais oublié l’homme que j’étais, vous avez de nouveau levé le voile. Notre cause est juste, et je me donnerai ma vie pour elle. Comme autrefois, moi, Scythès du Cancer, je viens à vous pour vous réaffirmer mon allégeance.

Il soutient le regard sans sourire, toujours aussi sérieux. Le hun se permit de tourner le regard vers Belisaire avant de reprendre, étant concerné lui aussi par les paroles.

- Je saurai rester digne de la confiance que vous m’avez porté, et des missions que vous m'avez confié.

Il tourna cette fois le regard vers Artorius, lui destinant ses dernières paroles.

- Tout comme je saurai me montrer un meilleur frère que j’ai pu l’être jusqu’ici. Derrière la jeunesse d’un visage peut se cacher la détermination d’un homme. Puisses-tu vivre pour te montrer longtemps à la hauteur de tes paroles, Artorius.

Il n’était pas souvent clair dans ses paroles. Scythès lui parlait comme un ancien à un jeune de son clan. Pour lui, il appartenait presque à l’ancienne génération, quand bien même la plupart des chevaliers qu’il avait connu de cette époque était mort bien trop vite. Quelque part, il se disait que l’avenir appartenait à Artorius et tout les autres, bien plus qu’à lui. 28 années était déjà ce qu’on pouvait appeler faire « de vieux os » dans la chevalerie, et sa vision des choses était clair. Les étoiles lui avaient montré la voix, il avait vu de ses yeux l’importance du Capricorne. Ce qu’il voulait lui dire, c’est qu’il jouerait son rôle de frère d’arme, pour lui permettre de tenir le sien. S’il pouvait être ne serait-ce qu’une petite lumière pour lui, il le ferait.

Le Cancer termina par se lever respectueusement, pour aller reprendre sa place à l’écart, d’où il avait quitté Shin. Comme à son habitude, il n’avait aucune idée du protocole, et s’était avancé sans s’en soucier pour prendre la parole. Mais il lui avait semblé important d’affirmer une fois encore sa loyauté, et de tenter de mettre des mots sur ce qu’elle avait été pour lui. Il attendit donc la suite des évènements, sans savoir de quoi elle serait faite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Mar 20 Oct - 10:30

Spoiler:
 

Le Verseau, le Cancer, le Lion en mode prince franc qui se la pète, la Balance et enfin le Scorpion arrivèrent après lui et ceux déjà présent c'est à dire le Bélier et le Sagittaire. Huit Gold Saint était donc la pour en accueillir un neuvième. Silas s'était relevé lorsque le Pope se mit à parler, la position du soumis cela allait bien quelques minutes mais tout le long, c'était un peu abusé et il savait que Bélisaire s'en foutait un peu à vrai dire, il avait donc suivi le protocole pour le faire. Le Pope parlait quand une voix douce et forte vient tonner dans la salle du trône, c'est alors que son cosmos inonda la salle et le coeur de Silas et que s'offrit à sa vision une magnifique jeune femme aux cheveux de jais qui n'était autre que la déesse Athéna. Immédiatement il reposa genou à terre pour lui montrer tout son respect, d'abord tête vers le sol, le regard sur le marbre puis la tête levée et son regard la fixant comme l'apparition qu'elle était. C'était donc elle, c'était elle qui avait guidé sa vie depuis des années. Elle qui avait scellé son destin et avait fait de lui l'un de ses représentants le plus digne. Son coeur, son âme vint se remplir de courage et de force en la voyant et il se mit à boire ses paroles comme la mousse aspirant l'eau de pluie.

Il n'aurait pas pensé la voir un jour ni même ce jour, même si maintenant tout lui semblait évidence. Elle voulait introduire le Capricorne elle-même et il se demandait maintenant si elle allait leur donner à tous la raison de sa présence et de sa nomination. Elle l'introduisit alors en le nommant par son prénom et son nom. Si les chevaliers abandonnaient leur nominatif en endossant l'armure, c'était bien la première fois qu'il l'entendait. Pendragon... Pendragon pourquoi cela sonnait dans l'oreille du Saint des Gémeaux. Cela venait de l'ouest cette sonorité, il devrait en parler à Childéric après, il était de la haut après tout. Il arriva enfin, et Silas fut surpris de ne voir qu'un gamin qui ne devait pas être bien plus vieux que quatorze ans. Il ne fallait pas croire qu'il le méprisait pour son age mais il s'était fait une image du chevalier tout autre, un gaillard dans la fin de la vingtaine avec des cheveux bruns légèrement bouclés, un petit bouc... Son discours était construit, il comprenait un peu mieux maintenant sa position mais il se demandait toujours ce qui était spécial avec lui. Une pointe de jalousie? Peut être, il était humain...

Il s'adressa à la déesse lorsque le Cancer eut fini de lui parler.

_ Athéna, c'est de vive voix que je réitère mon serment à votre encontre, vous qui avez été la pour donner un but à ma vie lorsque celle-ci n'en avait pas. Je serais me montrer digne de vous et de vos préceptes. Moi Silas des Gémeaux, je ne suis que votre humble serviteur, votre défenseur et votre bras armé.

Le Gold attendit quelqu'un instant et se releva pour aller se planter devant le Capricorne, il lui tendit le bras droit pour lui serrer le poignet pour le salut guerrier qu'il pratiquait.

_ Soit le bienvenu parmi nous Artorius et que le Sanctuaire tout entier apprenne ton nom car tu rentres désormais dans la légende du cercle d'or. Restes fier et vaillant comme tu viens de l'être à l'instant devant nous tes frères.

Silas partit alors pour reprendre sa place, déposa un regard sur Shin au passage. C'était donc lui cet amas de nonchalance l'autre élève de Darius, un jour peut être il lui parlera mais ce n'était ni le lieu, ni le moment. Le Gold des Gémeaux resta debout, passa un coin de sa cape blanche autour de son bras gauche. Le défile d'or commençait seulement...





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
ChildéricavatarArmure :
Lion

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
330/330  (330/330)
CC:
216/216  (216/216)
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Mer 21 Oct - 12:26
    Presque tout le zodiaque était réuni en ce lieu. Ne manquaient que les absents et l’objet de la venue de tous les chevaliers d’or, le capricorne. Childéric qui s’attendait à quelque chose d’assez solennelle, ne fut pas surpris quand le grand Pope prit la parole, mais, il ne put cacher la stupeur sur son visage quand il entendit une voix de femme douce et rassurante. Mais aussi dur et terriblement convaincante. Le genre de voix qui peut forcer n’importe quel humain à la suivre, par amour et de son propre chef. Et de cette voix, arriva une femme, belle et pure. Et émanant d’une puissance telle qu’il avait du mal à soutenir son regard et garder la tête droite. C’était la déesse Athéna en personne !

    Le nouveau chevalier d’or devait donc être très important pour que la grande Dame elle-même se décide à venir en personne se présenter à nous. Le lion n’était pas chevalier depuis longtemps, et il ne l’avait pourtant jamais vu. Encore moins en tant que simple apprenti, ayant passé pourtant passer sa vie entière au Sanctuaire. Il se sentit alors empli d’un immense sentiment de satisfaction, de complétion et de bonheur. Il était heureux de voir celle pour qui il va se battre. Il savait à ce moment précis, que de tous les choix qu’il avait faits dans sa vie, il savait que celui-là, c’était le bon !

    Puis, siégeant à la place du Pope, elle confirma ce que le maître des chevaliers avait exprimé au lion d’or. Les étoiles étaient en marche et avec elles, la guerre. Les quelques doutes qui subsistaient dans le cœur du lion d’or furent alors balayé comme s’il n’était fait que de vent. Les mots de la déesse avaient foi de loi, alors il serait le guerrier dont elle a besoin. Qu’importe le chaos, la ruine ou la mort. Il serait le chasseur infatigable, qui planterait ses crocs dans les ennemis qu’elle lui désigne. Son poing serait l’instrument de la déesse. Son maître serait tellement fier de l’entendre penser ce genre de chose. Lui qui n’avait qu’une peur, celle que lion utilise son pouvoir pour récupérer la terre qui était sienne par naissance.

    Ensuite, la déesse annonça alors l’arrivée du nouveau chevalier d’or, Artorius Pendragon. Ce nom romain fit froncer à sourcil au lion d’or, car il n'avait pas grand-chose de romain physiquement. Mais c’est surtout son jeune âge qui fit tressaillir le chevalier d’or. Il n’avait pas l’air bien vieux, sûrement pas plus vieux qu’un enfant, il devait avoir quinze ou seize ans. Mais déjà si jeune, s’être attiré l’attention de la déesse et avoir été accepté par une armure d’or. Qu’importe l’âge, ce genre de chose force le respect de n’importe quel guerrier. Et pendant un bref instant, le lion d’or se prit à admirer ce jeune homme. Mais surtout, se sent empli d’un profond respect pour ce dernier.

    Il s’inclina alors devant la déesse, pour lui signifier le respect profond qu’il avait pour elle. Beaucoup de chevalier n’avait pas eu l’occasion de prêter leur serment devant la déesse, il était dans ce cas-là. Mais n’était pas le seul, Silas ou Ainia, pour ne citer qu’eux, en faisait partie. Un honneur sans précédent accordé donc à ce jeune homme. Et le lion d’or se demanda alors si ce jeune homme, n’avait pas un autre rôle à jouer, plus grand, que celui du simple chevalier d’or. Plus que d’être le simple gardien de son temple ou le soldat de la dame de la sagesse. Il avait brusquement envie d’en savoir plus sur ce jeune homme, et peut-être qu’il ferait comme avec le scorpion, qu’il irait lui rendre visite dans son temple avec une amphore de vin, histoire de briser la glace.

    Le lion d’or ne savait pas vraiment quoi dire ni quoi faire. Si le Pope lui avait intimé de se relever, à lui et aux autres. L’arrivée de la déesse lui avait fait immédiatement reposer le genou au sol. Il lui fallut donc un effort pour se relever et c’est l’avancée du cancer vers la déesse et le capricorne qui le fit se relever une nouvelle fois. Il écouta, bien droit, ce qu’il avait à dire. Et les mots sortant dans la bouche du crabe ne firent que confirmer ce qu’il avait en tête. Chaque chevalier avait été brisé par la vie, à des degrés plus ou moins fort, n’ayant plus qu’Athéna qui le tenait debout. Leur permettant ainsi de se donner corps et âme pour sa justice. Il était loin d’être le seul dans ce cas…

    Puis, ce fut au tour de son ami Silas de s’avancer vers la déesse pour lui présenter ses respects à Athéna. Et enfin, d’aller adresser quelques mots au Capricorne. Et il ne put retenir un rire devant les mots de son ami. Il avait essayé d’être discret, mais n’y était pas parvenu. Souvent trahit par son rire, trop fort, trop… franc. Le fait de voir son frère vouloir donner un effet historique à son discours l’avait beaucoup amusé, il trouvait ça assez déplacé et étrange. Il savait que tous, seraient oublier de l’histoire. Peut-être leur nom resterait sur une tombe dans le champ de fleurs pendant longtemps, avant d’être déplacé, et balancé là par manque de place. Enfin, la vue de cet enfant-chevalier, si proche de la déesse, lui donne l’occasion de repenser à tout ça.

    Il saisit alors l’occasion offerte par les effets de capes de Silas pour aller à son tour se présenter devant la déesse. Posant le genou à terre devant elle, mais soutenant, comme il l’avait fait avec le Pope auparavant, son regard. C’était plus difficile par contre, de regarder une créature telle que l’incarnation de la déesse droit dans les yeux. Mais Childéric ne regretta rien, il se sent transi par son affection et sa force. Il présenta alors son poing à la déesse, le maintenant serré devant son visage.

    « - Ceci est le croc du lion forgé par Phocas, mon maître et prédécesseur. Il a fait de moi la bête qui traquera vos ennemis et plantera ses crocs dans leur gorge, sans jamais faillir. Rien ne saurait empêcher les crocs du lion d’enserrer le cou de vos antagonistes. Moi, Childéric du lion, remet ici ma vie et mon poing à vos pieds, puissent-ils vous être utiles. »

    Puis, sans attendre la réponse de la déesse, car il savait que si elle devait venir, elle la ferait plus tard. Les autres chevaliers attendaient sûrement pour pouvoir se présenter à la déesse. Il se releva alors, adressa un regard entendu au grand Pope. Puis alla se planter devant le nouveau chevalier d’or. Il avait beaucoup de choses à lui dire et encore plus de question à lui poser. Mais il devait faire vite, encore une fois, les autres avaient sûrement des choses à dire à ce petit prodige

    « - L’âge, pas plus que le sexe n'est ce qui fait les grands guerriers. La déesse et ton armure t’ont accordé leur confiance. Il ne m’en faut pas plus pour te considérer comme un frère. Bienvenu parmi nous, mon ami ! »

    Pas de fioriture ou d’effet de style, il allait au plus vite avec un ton on ne peut plus cordial. Un enfant chevalier, qui avait l’air plus digne que bien des adultes. Il alla donc se replacer auprès de Silas, après avoir adressé un petit clin d’oeil au chevalier d’or d'or bélier et un signe amical de la tête au scorpion. L’étrangeté de leur conversation et de leur rencontre était toujours dans la tête du lion. Mais il avait malgré tout, trouvé le scorpion sympathique. Même s’il n’avait pas véritablement réussi à le comprendre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d-
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Ven 23 Oct - 22:56

Des bruits de pas se firent entendre derrière cette glorieuse assemblée réunie pour l'intronisation d'un futur Roi. Tous avaient répondu à l'appel sans forcément connaître les raisons de cette réunion extraordinaire que l'on nommait Crusos Sunagein. Manquaient à l'appel la Vierge, le Taureau et les Poissons, déjà excusés par la voix vibrante du représentant de la Sagesse. Seulement voilà, l'un d'entre eux se décida enfin à sortir de l'ombre pour venir embrasser la Lumière.

Dans un cliquetis d'armure, une silhouette se profila, se dessina au fur et à mesure qu'elle quitta les ténèbres. Une capiteuse fragrance fut emportée dans un coup de vent, rappelant un mélange de sang et de rose en même temps qu'une flamboyante chevelure fut secouée dans tous les sens, à l'instar d'une oriflamme. D'or et d'écarlate, la nouvelle rose du Sanctuaire faisait son apparition, les épaules drapées d'une cape blanche, mais tachetée de vermeil.

Un rai de lumière tomba à l'oblique, révélant l'armure des Poissons ainsi qu'un masque de fer, blanc, froid et inexpressif. Ses yeux détaillèrent chaque protagoniste afin de les évaluer tous et toutes sans se présenter, sans avancer d'avantage d'ailleurs. L'empoisonneuse se tenait étrangement en retrait et bien que le protocole l'exigeait, elle ne fit rien pour briser la distance qui la séparait des autres.

Son cœur, pourtant, manqua un battement en devinant qui était cette dame aux cheveux de jais. Puis il reprit sa course douloureuse. Un temps elle hésita sur la marche à suivre, vacillant entre ses convictions et son devoir. La voix de son maître éclata dans son esprit aussi se signa t-elle avec un profond respect, ploya l'échine à en faire hurler tous les muscles de son corps, ses nombreuses plaies toutes poisseuses sous son carcan doré.

Ils semblaient avoir tous présenté leurs hommages. Se connaissaient t-ils tous déjà ? Pour elle, ils n'étaient que des étrangers, des anonymes mais aussi des frères et des sœurs d'armes. Sur ce constat sa bouche s'ouvrit sous le couvert de son masque. Sa voix était douce et forte à la fois, avec de forts accents venant de Britannia.

    - Veuillez excuser mon retard, je me nomme Nimuë O'Bannon, Sainte d'Or des Poissons. Je vous présente mes hommages.

Son œil glissa vers le nouveau Capricorne. De ce qu'elle pouvait évaluer, il était le sujet principal de ce conseil. Elle ne lui adressa qu'un vague salut de la tête, contrariée de voir une si jeune personne se placer sous l'égide de la Déesse de la Guerre. Tout à coup, la douleur l'empoigna de nouveau et elle serra les dents, recula d'un pas instinctif.

Son poison était fort, bien plus fort que celui de son maître. Elle trouva refuge sous la noirceur de sa colonnade qu'elle n'aurait probablement pas dû quitter.

Farouchement, son regard restait accroché sur la dame aux yeux pers. L'amertume la gagnait, elle serra les poings.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
InvitéInvité
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Lun 26 Oct - 21:57
Athéna. Toujours aussi bien foutue cette meuf. Pour une déesse, elle avait bon gout en tout cas. De ce je savais de son histoire, elle choisissait toujours des meufs bien roulées. Limite si on avait pas envie de la niquer. Mais bon, je m’égarais malencontreusement. Et fallait pas. A son discours, j’eus un sourire. Presque carnassier. La servir était un honneur, mais aussi un prétexte pour m’amuser à buter, violer et perpétrer des crasses en son nom. C’était presque ironique de voir à quel point tous les moyens étaient bons pour asseoir son autorité. Période à la fois merdique et amusante. Pour la paix. Pour le bien de l’humanité, du plus grand nombre. Tout ça ressemblait presque à une vaste blague.

Puis vint enfin le fameux membre surprise. Le tant attendu Capricorne. J’avais même pas pris la peine de capter son nom. J’en avais franchement rien à foutre. Son air juvénile ne me choqua pas tellement non plus. En Chine, j’avais été habitué à voir des gosses de son genre occuper des postes à très hautes responsabilités, tant ils étaient doués. Ce que j’attendais maintenant, c’était de voir ce dont ils étaient capables. Les anciens n’avaient plus rien à prouver. Place aux newbies. D’ailleurs, j’eus un regard en direction d’Ainia et de Silas avec un petit sourire aux lèvres. J’avais hâte de voir ce que la gamine savait faire. Tout comme « numéro deux ». Surnom que j’attribuais à l’instant aux Gémeaux, huhuhu.

J’allais prendre parole lorsqu’une retardataire de dernière minute débarqua. Putain… Sur le moment, j’ai eu du mal contenir un fou rire ! Les traits de ma face furent cependant déformés par une certaine hilarité pendant une bonne poignée de secondes. Le souvenir de notre rencontre était gravé dans ma mémoire. Je voulus poser une main sur l’épaulette de Scythès pour lui montrer la meuf d’un mouvement de tête et lui raconter rapidement une p’tite anecdote mais je me rétractai au tout dernier moment. Fallait pas. C’était pas le bon moment pour. De toute façon, j’aurai l’occasion de tout lui raconter un peu plus tard, lors de la descente vers nos maisons respectives. Pour le moment…

- « Mes armes sont à votre service, ma déesse. Je jure de vous servir jusqu’à la mort. »

Mon ton était solennel et un brin sincère. Je croisai mes mains de sorte à former un seul poing et m’inclinai vers elle pendant quelques secondes, avant de me redresser. Simple et efficace. Tout était dit. Il ne restait plus qu’à attendre les ordres pour que le fun soit au rendez-vous. D’ailleurs, cela me faisait penser que j’avais une mission de la plus haute importance. Là maintenant, j’étais super curieux. Où est-ce que ce gamin comptait m’envoyer ? Qui est-ce que je devais rencontrer ? Il avait réussi à entretenir le suspense, comme d’habitude. Jamais ce pope ne cesserait de m’étonner, de m’envouter. Et plus il me fascinait, plus j’avais l’irrépressible envie de le buter. Mais chaque chose en son temps…

Un large sourire fendit alors mon visage. Une lueur meurtrière illuminait mon regard de fauve. J’étais fin prêt.
Revenir en haut Aller en bas
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Lun 26 Oct - 23:31



Je les avais tous observé arriver à l'appel de leur Pope, saluant discrètement les uns et les autres d'un signe de tête. Même Silas y avait eu droit, alors que lui même m'avait adressé un signe de la main. Il venait de faire exactement ce que je tenais à éviter: m'offrir un traitement différent devant les autres. Voilà qui allait mettre la puce à l'oreille à certains, et je ne le voulais pas. Il faudrait que je lui en parle. Plus tard. Je ne connaissais pas l'ensemble de mes frères d'armes, mais j'eus un sourire amusé en constatant que le chevalier du Scorpion n'était autre que Lesath lui-même. Ainsi, mon instinct ne m'avait donc pas trompé.

Je laissais donc notre Grand-Pope prendre la parole, nous révéler des choses dont chacun de nous avions conscience. Mais une fois se fit alors entendre. Féminine. Immédiatement, mon échine fut parcourut d'un frisson. Nullement de terreur. Non. Avant même de la voir, je sus de qui il s'agissait. Une main écarta le rideau, et elle nous apparut alors à tous. Majestueuse et magnifique. La Vierge guerrière se tenait là, parmi nous. Nous observions tous notre déesse vénérée. Même Shin semblait la respecter.

C'est alors qu'elle invita une tierce personne à nous rejoindre. Artorius Pendragon. Pas n'importe qui au final, puisque le jeune homme se trouvait être le onzième et dernier gardien présent. Le chevalier d'or du Capricorne intronisé par la déesse elle-même. Il semblait plus jeune que moi, mais non moins dépourvu de force. J'étais curieuse d'en apprendre plus sur lui, me demandant qui il était, d'où il venait. Néanmoins ce dernier nous ne saurions rien de plus pour le moment.

Et tandis que les uns et les autres allaient prêter serment à Athéna, une nouvelle présence se fit ressentir. Je tournais vivement la tête dans la direction de celle-ci pour y voir une jeune femme adossée à une colonnade. On aurait presque pu être jumelles si on en jugeait la couleur de notre chevelure. J'avais envie d'aller vers elle, à sa rencontre. La dernière gardienne venait d'arriver. Fait étrange et amusant de constater que deux femmes gardaient le premier et dernier temple du Sanctuaire.

Je m’avançais en direction de la Déesse guerrière, et posais un genou à terre, main sur le cœur, le visage levé vers elle.

"- Ma Dame, si par ma vie ou ma mort je peux vous protéger, je le ferai, soyez en assurée."

Je tournais la tête en direction du chevalier du Capricorne après m'être relevée, et tendis la main dans sa direction, enserrant son avant bras à la façon des guerriers.

"- Ainia du Bélier. Enchantée de faire ta connaissance mon frère, car c'est exactement ce que nous sommes. Sois le bienvenu parmi nous."

Puis je tournais la tête en direction de la gardienne de la douzième maison et avançais dans sa direction pour aller me présenter à elle de façon amicale.

"- Sois la bienvenue toi aussi ma sœur." Je me penchais vers elle pour lui murmurer sur le ton de la confidence. "Je suis contente de voir une nouvelle femme chevalier d'or. Cela rabattra le caquet à certains hommes."






Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
ArtoriusavatarArmure :
Capricorne
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Mar 27 Oct - 18:31
Du respect solennel qu'il accordait autant à la déesse qu'au Grand Pope qu'il savait jeune par les ragots s'étant répandus dans tout le Sanctuaire, Artorius avait senti les regards de ses frères le juger. Il avait senti la curiosité les gagner de toute part et les premiers jugements se rendre alors qu'il avait déclaré son allégeance à Athéna.

D'un geste qui se voulait assuré, il s'était alors relevé dans toute sa droiture, prêt à faire face à l'accord que leur avait accordé Athéna en les choisissant en tant que représentants du Cercle d'Or. Ce Crusos, le Capricorne savait qu'il révèlerait son existence à ses frères d'armes, mais au-delà de cette présentation, au-delà des premiers regards qu'on lui avait offert, il y voyait aussi une cérémonie dévoilant les intentions différentes de ses frères d'armes. Les objectifs de cette lutte pouvaient bien différer selon le chevalier, l'intention qu'ils donnaient tous aux yeux de l'humanité en se dressant sous l'étendard d'Athéna restait la même. Tous ici se battait au nom de la Justice, pour cette Justice, et c'était ainsi qu'il percevait leur rôle respectif de ses yeux d'un gris bleuté implacable.

Le premier à réagir suite à son serment fut le Cancer. Une surprise, quand on savait qu'il s'agissait là du chevalier le plus proche de la "mort". De ce qu'il avait pu entendre lors de son allégeance, il s'agissait-là d'un "prédécesseur", un guerrier qui avait déjà connu le champs de bataille. Tout en considérant le sourire de la personne qui lui faisait face, il savait que l'homme . Une origine indéniablement étrangère mais il ne pouvait le juger par cela, étant lui-même breton. Oui, il était bien au-dessus de ce genre de critiques triviales. Ce qui ne l'empêchait pas pour autant que la présence du Cancer ne lui avait fait ni chaud, ni froid. Comme pour la plupart des personnes ici présentes, exceptée la déesse qui l'avait recueilli. Les mots que lui avaient néanmoins communiqué le Cancer étaient gage d'espérance à son égard, il ne pouvait le nier, ni même décevoir les attentes qui avaient été placé sur lui.

"Meilleur frère à mon égard, je l'ignore, et à dire vrai, il ne tient qu'à vous de respecter ces propres paroles. Quant à mon engagement, je ferais en sorte de l'honorer jusqu'au bout, et je ne peux nier que votre ancienneté fait de vous un exemple de loyauté et de force que je m'efforcerais de suivre à l'avenir."

Avouons-le, créer des liens n'était pas dans ses priorités non plus et la franchise des intentions fraternelles du Cancer l'avait quelque peu gêné. Ce n'était pourtant pas non plus une mauvaise chose cela dit et il le savait. Le gémeaux était rapidement venu lui accorder un échange à son tour. Une expression sérieuse avait suivi le monologue plein d'humilité, et déjà il le voyait se planter devant lui en lui tendant le bras de façon à le saluer. Après une brève hésitation, plus par convention que par habitude, il lui serra le poignet et laissa l'inverse se faire également.

"Vous êtes bien humble, Silas des Gémeaux et je ne peux qu'accepter de continuer à perpétuer cette légende que vous avez vous-même aidé à maintenir jusque-là, avant mon arrivée. Je ne saurais assumer une déception alors que vous portez déjà quelques espoirs à mon égard."


Le lion lui parut bien plus décontracté, d'une façon le plus amical à l'heure actuelle. Ce qu'il n'avait pas connu jusque-là néanmoins, et celui-ci s'était avancé dans une démarche qui démontrait déjà que le chevalier était à l'image de son signe. Fier, rayonnant et sincère quoiqu'impulsif.

"J'apprécie votre attention et la confiance que vous avez dore et déjà vis-à-vis de mon rang. Je ne peux cacher ma curiosité quand à la conception des grands guerriers que vous entretenez cela dit, vous m'apparaissez courageux et déterminé, et j'espère que cela saura inspirer les plus jeunes comme les autres chevaliers qui vous entourent, dans les moments difficiles. Y compris moi."

Il n'eut guère le temps de s'attarder davantage à recevoir des bienvenues aussi chaleureux, qu'un chevalier d'Or était entré. De l'Armure que portait l'inconnu, il semblait lui indiquer qu'il s'agissait là du Poissons, si les livres qu'il avait pu emprunter maintes fois au sein de la grande Bibliothèque du Sanctuaire -inspiré actuellement de celle d'Alexandrie- disaient vrai.. "Il"...Enfin plutôt elle. Très honnêtement, il préférait le peu d'attention que lui accordait le chevalier des Poissons plutôt que le contact un peu trop exacerbé de ses confrères. Ou tout du moins, parmi les plus sociables.

Cette froideur le dérangeait bien moins finalement. De tous les souvenirs engageant des relations sociales dont il pouvait se rappeler jusque-là, il devait bien avouer que celles-ci n'étaient pas bien nombreuses. Aussi avait-il préféré lui rendre la pareille, ses considérations relevaient du même calibre, minus la colère de la femme qu'il n'avait su relever. De même, un regard en coin au chevalier de la Balance lui indiquait que celui-ci ne désirait pas lever le petit doigt pour l'accueillir après avoir engagé une nouvelle fois son allégeance. Peu lui importait tout compte fait, on lui portait déjà trop d'attention à son goût...

Pas le temps de détourner son attention, qu'une rousse s'était alors avancée et lui avait littéralement agrippé le bras, dans un salut qu'il ne partageait pourtant pas à l'instant où il avait senti le contact humain s'établir par surprise. N'étant pas un amateur du contact humain, il s'était contenté de se reculer légèrement, car il ne pouvait lui rendre sincèrement la considération qu'il pouvait avoir de la même manière que le Bélier venait de lui rendre. Sincèrement, sans aucune hésitation. Un peu sauvage, il avait instinctivement agit en élevant tout aussi délicatement que fermement la main de la jeune femme avec la sienne, pour aussitôt lui rendre la pareille. Pour autant, alors qu'il constatait les cheveux roux et le visage encore rond de la jeune fille, le jeune noble ne ressentait aucune hostilité véridique. Artorius ne pouvait que constater que ce chevalier-ci n'était pas bien vieux lui non plus, et c'est d'un hochement de tête qu'il lui rendit ses salutations tout d'abord. Il savait faire preuve d'un minimum de respect et reconnaître ses erreurs.

"Veuillez m'excuser ma Dame, je ne saurais vous rendre ce genre de considérations d'une façon aussi immédiate, sachez néanmoins que je donne en ce geste bien plus de considération que vous ne l'imaginez. Votre rencontre marque pour moi un tournant dans notre Cercle d'Or comme pour tous les autres ici présents, Ainia du Bélier. J'espère à l'avenir avoir l'honneur de partager davantage de mots quant aux raisons qui vous ont poussé à nous rejoindre."

Une fois cela fait, il détendit légèrement ses traits de façon à laisser passer une brève expression plus douce, avant de détourner son attention sur sa déesse. Enfin, "leur" déesse, techniquement et maintenant qu'il venait de réellement prendre conscience de ses frères d'armes. La Sagesse était restée silencieuse mais non pas moins omniprésente dans cette réunion. Elle veillait sur eux, dans leurs moindres faits et gestes telle une mère qui les avait recueilli dans leurs qualités et leurs défauts. Du moins, c'était ainsi qu'il la percevait. Mais le message qu'il voulait adresser se tournait cette fois-ci à Bélisaire.

"Nos serments ont été faits envers celle en qui nous avons juré allégeance au péril de nos vies, Grand Pope. Nous n'attendons plus que vos ordres. A cela, je n'ai pas peur."


Il n'était pas pédant, du moins pas véritablement même s'il était né seigneur. Un génie? Probablement. Un impatient? Surement. Il avait beau arborer une maturité presque sans limite, sa jeunesse refaisait parfois surface quand il devait faire preuve de patience. C'était ses débuts après tout, et il espérait montrer son utilité le plus rapidement possible, jeune chevalier qu'il était.

Sérieux et direct, on ne pouvait décemment pas dire que le jeune homme était un "rigolo". Lui même se percevait plus comme une arme humaine, prête à trancher dans le vif si l'ordre lui en était donné. Et l'impact ou même les raisons qui lui incomberaient si tel était le cas lui importait peu. Impartial et presque froid, il exécuterait chacune des demandes que pouvait lui demander Athéna, comme elle l'avait formaté.

Il venait de rejoindre une grande famille, et il le savait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BelisaireavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Jeu 29 Oct - 11:09
Tout le Monde fit sa révérence à la Déesse avec un respect qui me rendait pour une fois plein de respect pour chacun. Le cosmos d'Athéna avait le moyen d'expulser en moi cette autre personnalité qui ne souffrait de la faiblesse d'autrui, rares étaient les chevaliers d'or qui connaissaient cette autre personnalité, celle de la cohésion, de l'union vers un idéal commun. Ma pupille dorée reprenait donc une teinte écarlate, celle qu'elle n'aurait jamais dû perdre d'une manière ou d'une autre. D'un oeil, c'était le mot, je vis entrer à son tour le Chevalier d'or des Poissons et d'un signe de la tête je la remerciais de son entrée. Autre chose incongrue, je me montrais courtois et au fond de moi, "il" s'énervait de ma faiblesse encore une fois devant les gens.

La Déesse salua d'un signe de la tête chaque chevalier qui était venu la saluer et prêter à nouveau hommage. D'un geste de la main, elle toucha chaque épaule dans un certain silence, seuls les regards assurés et chaleureux transparaissaient d'elle au moment où ses pupilles observaient ses fiers combattants. Puis, comme le faisait souvent un "Homme d'Etat", elle se retirait dans ses appartements en laissant son ministre principal prendre la suite des opérations, les ordres étaient après tout déjà en place. Le Pope la salua respectueusement avant de se relever pour fixer les Chevaliers présents.

- Chevaliers ! Artorius, c'est un plaisir de te recevoir parmi nous, la Déesse nous donne là une chance de vaincre les ennemis qui se tapissent dans l'ombre. Marquant une pause. Et pour vous tous, je vous présente le Chevalier d'or des Poissons, une jeune femme qui mérite tout mon respect. Bon. Passons aux choses sérieuses...

Rareté. "Il" s'énervait encore plus de ma bonté naturelle qui me rabaissait devant mes pairs. "Il" avait envie de les rabaisser pour montrer qui était le Roi, le Seigneur du désert ... Mais non, l'empreinte cosmique d'Athéna l'empêchait de reprendre sa place. "Il" attendrait donc son heure d'une manière ou d'une autre. Dans un sens, ce n'était pas plus mal après tout. Sinon, "Il" aurait choisi de replacer ces deux femmes à l'arrière de la salle pour faire la cuisine. Bélisaire était bien trop doux pour être devenu Chevalier, c'était un érudit, un savant, pas un combattant au sens "sans pitié" du terme.

Tu ne me maîtriseras plus pendant quelques instants...

Alors que les deux Chevaliers d'or prenaient congé en saluant l'assistance, je continuais paisiblement mes ordres. Ceci dit, une étrange impression me guettait en les voyant partir, quelque chose serrait mon âme mais je n'avais pas encore compris à ce moment là les raisons de tout cela...

- Silas, tu pars pour la Transylvanie, Childéric pour le royaume du Nord. Comme je l'ai déjà dit, un mal profond s'est réveillé et traverse le ciel étoilé d'est en ouest. Comme si les deux bras d'Atlas semblaient chancelés... Méfiez vous, nous sommes désormais en état de guerre... Quand à Shin, tu peux immédiatement partir pour ta mission, elle est primordiale tu le sais, ta réussite dépends de ce que nous ferons !

"Il" observait à travers ma pupille droite d'un air amusé, cet esprit convivial et fraternel n'était pas la vision du Pope qui devait les gourverner mais "il" n'avait pas encore les moyens de reprendre en main les choses dans les heures à venir. Athéna savait le faire rentrer dans sa niche comme un petit chiot, ce dont il détestait énormément. Et voilà qu' "il" vit une pensée de son hôte en train d'arriver et cela faillit le faire vomir.

- Ainia, je vous demande de surveiller les tributs à Rodorio et dans les alentours. Vous êtes une amazone digne et fière et suis heureux de vous compter en première ligne si cela devait tout d'un coup empirer.

Non mais quel con... Son autre personnalité était pas du tout satisfait de la façon dont il traitait les femmes, du respect non mais quoi encore, elles étaient faites pour cuisiner, faire des enfants et surtout la boucler sévèrement. Bélisaire était trop gentil décidément mais "il" reconnaissait quand même qu'il avait un don pour permettre à chacun de donner son maximum dans les heures à venir, on pouvait pas dire que c'était son cas après tout. "Il restait assis et regardait le Pope en train de reprendre sa position assise sur son trône pour inviter les Chevaliers à prendre congé dés maintenant. Le Crusos était terminé.

Bélisaire a écrit:
HRP : Les ordres sont donnés, Shin au Cap Sounion, Silas en Transylvanie, Childéric en Asgard... Tous les autres sont maintenant à la protection prioritaire de leurs temples Smile




Les seuls qui sont autorisés à me regarder dans les yeux sont ceux à qui je parle
et ceux qui me servent. Et celui qui s'oppose à moi est autorisé à regarder vers le bas.
Tu devras connaître ta place.


Dialogues : Doré = le Sage | Bleu = l'Absolu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t315-belisaire-grand-pope
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Ven 30 Oct - 10:52

Spoiler:
 

Le ballet des Golds devant Athéna et Artorius avait commencé, tout le monde avait était de sa révérence ou de sa courbette ainsi que de ses paroles. Une retardataire fit même une apparition, Nimuë des Poissons, Silas la regarda faire son entrée. Il la salua de loin, le temps n'était pas à sa présentation à elle, c'était l'heure de celle du Capricorne ainsi que de la révélation d'Athéna à tous les derniers Saints qui ne l'avoue pas encore vu. Puis vint le discours du Pope et la mise en route des différentes missions qu'il avait donné avant. C'était l'heure pour Silas de partir en direction de la Transylvanie. Belisaire venait aussi de mettre Ainia à la surveillance des Tributs, Silas connaissait Jehance le tribut d'Arès et elle ne semblait pas être une menace. Mais la menace pouvait venir de son camps qui viendrait la chercher.

_ Athéna, Grand Pope, je m'en vais donc de ce pas à la recherche du domaine des Berserkers pour leur montrer que nous avons toujours la suprématie et le contrôle de l'Empire.

Il inclina la tête pour les saluer pour ce tourna vers ses frères d'or et les regarda tous un à un. Il posa son regard un peu plus longtemps sur son grand ami Childéric, sur son aimée Ainia et sur le mystérieux Artorius. Le Gold Saint commença à prendre la direction de la sortie et passa à coté des Poissons.

_ Nous aurons tout le temps de parler et de nous connaitre après mon retour Nimuë.

Il regarda la salle du trône une dernière fois puis passa alors la porte. Le chevalier d'or commença à descendre les marches. Dans sa tête il se remémora les derniers jours, sa fameuse journée avec Ainia et sa déclaration, son entrainement avec Childéric et sa discussion avec Jehane. Dans quelques heures il sera sorti du sanctuaire et prendra la direction du Nord vers la Transylvanie... Et dire qu'il devait y aller à pied ou en chariot... Il ne pouvait pas utiliser ses pouvoirs s'il n'avait jamais été dans ce lieu où s'il ne ressentait pas un cosmos...





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
LesathavatarArmure :
Scorpion

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Ven 30 Oct - 12:15
C’était décidemment la journée des surprises, et il n’aimait pas cela, du moins pas assez pour justifier sa présence ici. Pour être tout à fait honnête, il trouvait cette cérémonie loin d’être à son goût. Tout d’abord, les chevaliers s’étaient alignés comme des menhirs, puis rompant le protocole, elle était arrivée, avec, dans son sillage, celui qui devait être introduit. Athena. Le cosmos ne mentait que rarement, et le sien était limpide comme de l’eau de roche, en plus d’être l’aura la plus grande qu’il n’avait jamais pu constater. Avant même que quiconque n’ait le temps de s’approcher de leur divinité, elle avait donc présenté Artorius Pendragon, le chevalier du Capricorne.

Les différents Gold Saints semblaient aussi subjugués par ce dernier que par leur déesse, du moins, la plupart. Evidemment, le cosmos de la Sagesse avait failli le faire ployer, mais le Scorpion s’était maintenu droit comme un i, appuyé comme il l’était contre son pilier. Déjà parce qu’il avait depuis longtemps décrété que ce geste était aussi illusoire qu’inutile. La vacuité d’une telle démonstration ne l’intéressait au final que peu. A moitié à l’ombre de son appui de pierre, il regarda la pièce qui se jouait sous ses yeux. Des chevaliers et leur roi. Leur reine, plutôt. Des hommes qui juraient de mourir pour elle, comme s’il s’agissait d’un honneur. Ou d’un jeu. Sa mâchoire était serrée, bien plus que d’habitude. Son acidité le surprit, même. Etait-il si différent de ces hommes et de ces femmes qu’il se permettait de les juger ? Ce n’était pourtant pas son genre, lui qui d’habitude était si dégagé du monde qu’il en semblait presque étranger.

Cependant, quelque chose clochait à ses yeux. Il ne comprenait pas qu’Athéna, pourtant invisible ces derniers temps, n’ait pris le temps de se présenter à ses généraux que pour leur présenter la dernière recrue du sanctuaire. Cela semblait indiquer plusieurs choses. Tout d’abord qu’il était sans aucun doute plus important que n’importe lequel de ses onze frères d’arme, au grand damne de certains d’entre eux, il en va sans dire. Jusqu’à cet instant peu voir aucun des chevaliers d’or n’avait eu le loisir et le privilège de partager la présence de leur divinité tutélaire. C’était donc un signe fort que de se présenter avec à ses bras le Capricorne. Ou alors un manque de respect flagrant pour le reste, qui n’étaient peut-être considérés que comme des faire-valoir.

Ensuite, elle s’était mise en retrait, laissant ce dernier recevoir la bienvenue de la part de ses pairs, ou du moins d’une certaine partie. Le Scorpion n’en fit pas partie, pas plus qu’il ne s’approcha pour s’agenouiller devant la Divine. Ils n’en avaient besoin ni l’un, ni l’autre. Les paroles n’étaient rien face aux actes, et ce n’était pas en courbant l’échine face à Athéna qu’il risquait de lui montrer qu’il adhérait à son « projet ».

Alors qu’il avait décidé de se retirer dans ses quartiers, une dernière venu l’en dissuada, ou du moins le motiva pour délayer son départ. Son aura était différente de celle des autres chevaliers, et trahissait une certaine acrimonie et combinée à son masque lui donnait un air presque lugubre. C’était intéressant, elle détonait presque autant que lui. Passant dans son dos, il se contenta de lui glisser quelques mots, avant de s’en éloigner, lentement. « Bienvenue dans l’ombre du Capricorne, Chevalier des Poissons. »

Lentement, il s’éloigna de la réunion, et laissa son armure le guider jusqu’à sa propre demeure. Sur le parvis du temple, il eut une envie de jeter un coup d’œil en arrière, mais ne put s’y résoudre. Il s’agissait de l’heure de gloire d’Artorius Pendragon, et honnêtement, il n’avait rien à y faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t268-lesath-gold-saint-du-s
InvitéInvité
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Sam 31 Oct - 17:32
Ce que nous ferions dépendait de ma réussite ? A cet instant, le pope m’avait paru bien plus doux que ce qu’il m’avait fait voir dans mon temple, comme si la présence d’Athéna le rendait moins despotique. J’eus une toute petite moue, comme un gosse ou une meuf, mais très vite, elle fut remplacée par un sourire. La perspective de retrouver le champ de bataille me faisait trépigner. J’en avais la chair de poule et presque la bave aux lèvres. Sans donc me faire prier, je pris la direction de la sortie, non sans avoir foutu une tape dans le dos de mon bon vieux cancer. En passant aux côtés du Capricorne, je n’eus aucune réaction, sauf un regard condescendant. Il n’y avait aucune raison pour que je lui montre de la sympathie et à vrai dire, il ne m’inspirait rien de bon. On pourrait croire que c’était sa jeunesse qui me gênait horriblement chez ce gosse, mais il n’en était rien. Je n’arrivais tout simplement pas à mettre le doigt sur cette impression plus que bizarre et c’était bien ce qui me gênait un peu. Mais peu importait à présent. Ce qui comptait maintenant, c’était ma mission et rien d’autre. Sauf qu’arrivé tout juste devant elle…

- « Nfufufufufu… »

J’eus un léger rire. Sournois. Insidieux. Comme le sifflement d’un serpent. J’avais bien entendu les mots que le camé à quelques mètres devant moi, lui avait adressés. Bien choisis d’ailleurs. En effet, le petit capricorne avait réussi à éclipser « la sirène ». J’aurai pu enfoncer le clou, lui dire quelque chose de con comme prononcer « Jack », son surnom à la con, mais mon expression joyeuse voire même presque perverse s’était chargée du reste. Le tout ne dura que quelques secondes. L’idée n’était pas forcément qu’elle me remarque. En vérité, Nimue pouvait bien m’ignorer royalement. Cependant, le simple fait d’être debout devant elle, presqu’entrain de me foutre de sa gueule, ça, ça n’avait pas de prix. Je l’avais presque oublié d’ailleurs après ces quelques années. J’avais du croire qu’elle avait clamsé, quelque chose comme ça, avant de m’intéresser à autre chose. Là maintenant, j’avais juste hâte de voir ses prouesses sur le terrain. Elle avait d’la gueule et elle était assez tordue pour une fille. A voir ce qu’elle valait. Cette idée me fit éclater de rire alors qu’Athéna était encore présente, avant que je ne quitte le palais fissa.

L’avenir s’annonçait rouge. Tout pour me plaire.
Revenir en haut Aller en bas
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Dim 1 Nov - 19:25
Le ton était solennel, le moment important. Tout du moins en apparence, cette vaste mise en scène agaçant plus que de raison une Nimuë à fleur de peau. Cachée parmi les ombres, les Poissons observaient tout ceci d'une manière froide et détachée, presque désespérée de s'être impliquée dans une réunion qui, au final, n'avait servit qu'à faire étalage de la toute puissance de l'Ordre d'or ayant, en cet « heureux jour », présenté un nouveau chevalier dans leur rang. Pourquoi tant d'attention pour ce Pandragon ? Elle l'ignorait et au final, la jeune femme s'en fichait pas mal. Sa préoccupation du moment étant toute autre. En effet, elle avait plus à l’œil la réaction des uns et des autres face à son apparition.

Il existait un chevalier des Poissons, un anonyme, un inconnu que l'on n'avait jamais vu, dont on avait jamais entendu parlé. Nimuë aurait souhaité qu'il en soit toujours ainsi. Qu'elle ne soit pas le centre de l'attention était une aubaine. Enfin, sauf pour quelques uns un peu trop curieux à son goût ou qui, par sympathie, faisaient montre d'un trop plein de zèle. Son regard obliqua vers Shin de la Balance qui s'amusait de sa situation. En d'autres circonstances, la jeune femme aurait levé un majeur subtil à son attention, pour la forme, par jeu avant tout.

Leur première rencontre avait laissé une marque indélébile dans son esprit, le revoir après ces quelques années n'éveillait pas grand chose si ce n'est un vague amusement. Très vite refoulé quand la Déesse en personne se retira, non sans frôler chaque chevalier d'or d'une main impériale. Quand vint son tour, Nimuë eut le réflexe instinctif de se dérober, de fuir le contact par habitude et par rancœur également. Seulement elle ne pouvait se permettre de faire de l’esbroufe, aussi se signa t-elle avec respect, en espérant que la Dame aux yeux Pers ne s'offense de son geste irréfléchis. Après tout, une Déesse était-elle touchée par son poison ? Elle en doutait, mais elle ne préférait prendre aucun risque.

Plongée dans ses réflexions, ce ne fut qu'au tout dernier moment qu'elle vit l'éclat vif et rouge des cheveux d'une jeune femme qui s'était présentée sous le nom d'Ainia du Bélier, pour ainsi dire une consœur mais qui n'eut le droit à aucun traitement de faveur. De la même façon qu'elle avait agi avec leur propre divinité, Nimuë recula de deux bon pas pour mettre de la distance entre elles. Elle avait bien conscience que ce geste aurait de quoi refroidir l'apparente bonté de ses sœurs et frères, mais en cet instant elle en avait que faire de froisser les ego. Plus que jamais, ainsi blessée, les Poissons étaient dangereux. Mortel.

Si la remarque du Grand Pope sur son compte ne la gêna pas, elle n'y répondit que d'un vague hochement de tête. Sincèrement, la Sainte avait qu'une hâte : que cette comédie s'achève !

- Tu excuseras ma froideur ma sœur mais comme tu peux le constater, je suis blessée. Éloignes toi rapidement si tu ne veux pas tourner de l’œil. Sans plus d'explications, la jeune femme pour autant, ne voulant pas être trop impolie, répondit à l'allusion du Bélier sur un ton plus léger. Pas tous malheureusement. Mais j'ai bon espoir de ne pas trop être emmerdée.

Ironiquement ce fut ce moment que choisit un chevalier d'Or pour s'approcher d'elle, lui glisser quelques mots. Un soupir. Elle attendit qu'il soit suffisamment loin pour murmurer, plus à elle-même en réalité.


- Il peut compter là dessus, je suis pas du genre à tailler une bavette à mes petits camarades. C'pas le genre de la maison.

Un autre personnage se glissa furtivement pour placer de bons mots. Là elle ne se retint pas de rire ouvertement à ces propos. Elle était assez d'accord avec lui. Cependant, là encore, elle lâcha, de mauvaise humeur.

- Qu'est-ce qu'ils ont tous à venir me causer ? Ça y est ça a une pair de miches et de seins et ça se sent plus pisser ? Putain … soit ils sont cons comme des meules soit ils sont pas très au courant de ce que je suis. Ou alors c'est un peu des deux, hein, Shin ?

Pas sûr qu'il ait pu l'entendre à cette distance, mais la jeune femme ria sous cape, se moquant un peu des uns et des autres.

- Pardon ma biche c'est pas contre toi, c'est juste que ça me pètes bien les couilles d'être ici. Ça me réussit pas, je n'ai plus l'habitude d'être entourée comme ça, ça me rends irritable. Si on se recroise par tout hasard, je tâcherais d'être plus agréable. Et pas blessée. Allez, je me casse maintenant, j'vais pas moisir ici.

Sur ces mots elle fit volte face afin de quitter les lieux d'un pas vif, une douce fragrance entêtante accompagnant sa sortie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
ScythèsavatarArmure :
Cancer
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Dim 1 Nov - 21:41
Scythès avait réaffirmer son allégeance à Athéna, ainsi qu'au Grand Pope. Ses paroles envers le chevalier d'or du Capricorne n'avaient été qu'une manière de dire qu'il connaissait l'importance de son rôle et qu'il tacherait de l'y aider s'il le peut. Il n'avait jamais été présent pour aucun de ses frères d'armes, jusqu'ici, si ce n'est Shin. Mais les signes du Ciel étaient eux, incontestables. Peu importait sa nature solitaire et son manque d'envie de créer des liens, il devait l'aider. Ou en tout cas, s'assurer qu'il soit à la hauteur et bien conscient de son importance. Même si la présence de la Déesse elle même pour le présenter ne faisait que le prouver, il était difficile de se fier à la jeunesse. Toujours trop confiante, souvent impulsive. L'excès de respect qui avait suivi pour le nouveau venu pouvait être dangereux, et il n'aurait pas été étonné d'avoir face à lui un jeune homme tout sauf modeste. Chevalier d'or à 15 ans, le soutien d'une Déesse, il était difficile de rester humble. Pourtant, la réponse du Capricorne lui avait paru adapté, particulièrement lorsqu'il souleva qu'il ne dépendait que de lui de tenir ses paroles. Le reste ne lui avait semblé que politesse, une façon courtoise de s'adresser à un "ancien", quand bien même cela pouvait être vrai. Toujours est-il qu'il avait de l'assurance, dans sa réponse comme dans celle aux autres. Il ne lui restait plus qu'à faire ses preuves, et il n'était pas le seul dans ce cas.

Lorsque tout les hommages furent rendus, Athéna quitta l'assemblée, non sans poser la main sur chacun de ses guerriers, une certaine bienveillance dans le regard. Bélisaire prit à son tour la parole, donnant ses ordres pour les prochains temps. Un moyen de faire ses preuves pour certains, justement, ce qui était une bonne chose. Le Grand Pope lui avait fait comprendre ses intentions lors de son entrevue avec lui, le fait que les guerriers des autres Dieux reprennent de l'aplomb n'était pas à négliger. Envoyer des chevaliers d'or dans ces contrées était donc tout sauf une mauvaise idée. De plus, la possession des tributs les empêchaient de se mettre réellement en danger. Scythès avait contribué à se battre pour que le Sanctuaire puisse avoir une telle domination sur les autres, et il fallait tout faire pour qu'elle soit préservé, la paix avec elle. D'autres missions semblaient plus importante encore. L'entente du nom de son ami pour la mener à bien le fit sourire. Cela ne l'étonna pas, Shin avait du être choisi pour son expérience, et il se demanda quelle mission capitale avait pu lui réserver le Grand Pope. C'était en tout cas un bon choix.

La fin du Crusos étant annoncé, les premiers chevaliers d'or se mirent à partir, comme Silas, Lesath et Shin. D'autres comme Ainia allèrent saluer la dernière arrivée sur les lieux, le chevalier d'or des poissons. Scythès ne lui aurait même pas accordé un regard, quand bien même Bélisaire l'avait elle aussi présenté dans les formes. Que l'on s'attarde sur le Capricorne à cause des visions du Ciel, il le concevait, mais c'était différent pour elle. Il n'avait pas fait de courbettes aux autres nouveaux, et il ne lui semblait pas avoir vu d'étoile passer dans la constellation des poissons, ces derniers temps.. Alors elle se passerait de bienvenue, il en avait déjà fait assez. Si elle aimait rester dans l'ombre, ce n'est pas lui qui irait la chercher.

Il passa donc devant le reste des chevaliers d'or encore présent, prenant la même route que ceux qui étaient déjà partis, vers son temple. Il semblait que les prochains temps se passeraient une fois de plus à le protéger, et il en avait l'habitude, maintenant. Gardien de la deuxième maison protégé en l'absence du Taureau et des Gémeaux, sa place était au Sanctuaire. Du moins, jusqu'à ce qu'on lui indique le contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricavatarArmure :
Lion

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
330/330  (330/330)
CC:
216/216  (216/216)
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   Lun 2 Nov - 0:32
    Les hommages continuèrent les uns après les autres. Peu n'était pas encore passé au moment où le Mérovingien en avait profité, mais il en restait encore quelques-uns. Il fut surtout surpris par l'arrivée d'une mystérieuse jeune femme entre-temps, qui n'était autre que le chevalier d'or des poissons. Il fut surpris de voir que le chevalier des poissons existait bel et bien, étant donné que, même le Pope avait mentionné un peu plus tôt dans la réunion que l'armure n'était pas attribuée ! Un nouveau membre du zodiaque d'or avait-il été élu entre-temps ou simplement le Pope gardait pour lui ce genre d'information ? L'ancien scorpion était bien plus mystérieux qu'il en avait l'air. Et autant dire, pour un mec qui porte un masque et dont on ne voit jamais le visage, commandant l'armée secrète la plus puissante du monde connu, pour faire plus mystérieux que ça, il fallait déjà le faire, c'est vous dire !

    La déesse était restée muette et s'est surtout les mots prononcés par le nouveau chevalier d'or, enfin, celui qui était la vedette de cette assemblée et pas la nouvelle arrivante, qui accrochèrent l'attention du chevalier d'or du lion. En effet, cet enfant car c'est ça qu'on pouvait parler en voyant Artorius, avait attiré le regard du Mérovingien. Autant le dire tout de suite, il attendait beaucoup de celui qui semblait avoir autant à offrir. De mémoire d'homme il n'y avait pas eu de précédent dans la chevalerie et l'âge où il a obtenu son armure restera sans aucun doute dans l'histoire pour un moment. Aucun doute non plus sur la maturité dont il ne faisait preuve. Parlant avec la sagesse d'un sage, il répondit d'abord au cancer, puis à l'ami Silas avant de s'adresser au lion.

    Et il s'attendait à beaucoup de choses, sauf à ça ! Et comme réponse à son homologue gardien, il éclata de l'un de ses fameux rires. Bien que cela dénote un peu avec la solennité de l’événement, il ne pouvait s'en empêcher. Que son courage inspire les jeunes comme les autres chevaliers dans la bataille. Oui, c'était assez amusant au final qu'on compte sur lui à ce point. Oh, il ne manquait pas de courage attention, ni d'une cause à défendre. Mais de là à pouvoir inspirer les autres chevaliers d'or, il doutait avoir cette capacité. Chacun des membres du zodiaque d'or était en eux-mêmes des sources d'inspirations sans égal et d'une rare puissance. C'était plutôt à lui de regarder de ce côté-là. Mais bon, c'était sûrement dû à sa grande taille cette impression-là ! Il n'était pas meilleur qu'un autre.

    Puis, après avoir reçu les hommages du Capricorne, se fut à Belisaire de coordonner son armée et de donner ses ordres à ses chevaliers. Ainsi il confirma les doutes qu'avait eus le chevalier du lion sur son chef lorsqu'il présenta officiellement la guerrière du poisson. Puis, et le ton était aux affaires sérieuses, donna les ordres de mission, envoya ses émissaires aux quatre coins du monde. Et les choses n'avaient pas changé. Silas partirait voir les chiens d'Arès. Le Mérovingien aurait la charge du grand nord, et un léger frisson parcouru son échine à ce moment précis, il détestait le froid et il allait être diablement servi là-bas.

    Comme réponse, il frappa sa poitrine avec son poing en baissant la tête et fermant les yeux, une esquisse de salut militaire. Et c'est ce qui sonna la fin du conseil des chevaliers d'or, il entendit bien quelques-uns de ses frères se balancer quelques piques. Et s'attarder sur ce chevalier des poissons. Elle aussi avait attisé la curiosité du Mérovingien, mais il avait d'autre chose à penser et des paquets à préparer, il irait se présenter à elle. Il chercha Silas pour échanger quelques mots avec lui, mais il n'était déjà plus là. Il adressa alors un petit clin d’œil au chevalier d'or du bélier et se mit à descendre les marches qui mènent jusqu'à son temple. La nuit serait longue pour lui et il ne trouverait pas le sommeil...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d-
Contenu sponsorisé
Message Re: [Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Campagne] 18 Avril 550 °~ Réunion au sommet: Crusos Sunagein
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RÉUNION AU SOMMET DE L'OPPOSITION HAITIENNE POUR UNE AUTRE ALTERNATIVE
» [GABRIEL MEILLAND et FRANZISKA BECKER] Une réunion au sommet
» Réunion au sommet [Pv Mâtons ~ Intrigue] [Terminé]
» Réunion au sommet (de l'immeuble) [PV Vyle, Tyee et Gemma]
» Krusos Sunagein.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Pope-
Sauter vers: