Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
BelisaireavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
245/245  (245/245)
Message [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Lun 21 Mar - 1:43
MJ a écrit:
Ce Rp ne concerne que les joueurs indiqués ici :
    Bélisaire - Grand Pope
    Nahel - Chevalier de la Balance
    Lesath - Chevalier du Scorpion
    Saadyr - Chevalier du Bélier
    Arbhaal.

Merci de respecter cet ordre de posts dans ce topic.

Les flammes crépitaient tranquillement dans des vasques au sein d'une petite salle ancienne. Le sol était gravé d'un immense pentacle avec le sang de la Déesse de la Sagesse. Ici, dans les attenances du Palais du Grand Pope, l'accusé ne pouvait user de ses pouvoirs par la volonté d'Athéna. Sur une estrade, il y avait quatre sièges de style romain. Cette justice n'était habituelle pour les Saints, ils avaient évidemment leurs règles et le droit comme cadre de vie mais les lois de la Guerre influait souvent sur le cours de la Justice.

Entrant dans la salle, mes yeux écarlates fixaient les lieux avec attention. Difficile de savoir comment tout cela allait se passer... Arbhaal avait commis des crimes dans le passé mais aucun dans ce "présent", et cela j'en tenais compte. Cependant, il ne pouvait être absous de tout cela par une simple tape sur l'épaule. Un soufflre passait entre mes lèvres alors que je ressentais l'approche des trois chevaliers que j'avais nommé au sein de ce conseil de Justice. Ma tête se levait vers la mosaïque d'or et de cuivre, le regard divin regardait tout ce qui allait se passer ici bas, à n'en point douter. Quatre sièges, quatre voix, sans différences entre les grades. Un sourire aux lèvres, je faisais signe aux gardes d'aller chercher le responsable de cette assemblée.

Pourtant, je savais que cela ne s'arrêterait peut-être pas au Cardinal d'Arès. Pensif, je m'asseyais le plus à droite afin de pouvoir observer la procédure à venir. Pour la première fois, mes mains retiraient mon casque et mon masque, j'étais simplement le président des Juges en présence, un ancien Chevalier d'or qui avait reçu le mandait de tenir ce conseil avec la plus grande équité possible. Athéna m'avait nommé les trois autres personnes qui allaient entrer ici même.

Nahel. Il venait de succéder à Shin et je ne le connaissais pas encore plus que cela, il était vrai que mes pourparlers diplomatiques avec le représentant de Poséidon et mes "discussions" avec Rahi de la Vierge m'avaient empêcher de discuter avec lui depuis sa présentation. Ensuite, Lesath. Successeur de mon ancienne charge, cet homme était pragmatique et peu fêru des grandes emportées lyriques, il jugerait froidement de la situation selon moi et j'approuvais sa nomination. Enfin, Saadyr du Bélier. Joueur, un brin narcissique comme tout chevalier, il était comme la constellation qu'il incarnait et il ne fallait pas l'oublier.

L'accusé. Arbhaal. J'avais envoyé à chaque chevalier d'or le rapport suivant.

Bélisaire a écrit:

Chevaliers.

A la demande de la Déesse de la Guerre, vous êtes invité à participer à un tribunal militaire. L'accusé se prénomme Arbhaal, ancien Juge d'Hadès qui est arrivé du futur suite à l'utilisation d'un artefact né de l'esprit d'un Titan. En notre Ere, l'accusé était arrivé sur la terre d'Atlantis et fut enfermé. Sa libération fut le fruit de son allégeance envers Arès le Dieu du Chaos.

Depuis quelques jours, il est dans nos propres prisons. En effet, il est venu se rendre prisonnier afin de retrouver une jeune femme nommée Satine. Cette dernière a connu le même voyage dans le temps mais son aura a été scellé par la volonté de la Déesse Athéna.

Nous réunissons donc ce Tribunal afin d'entendre ses paroles et de la juger dans le sens de la Justice qui est la nôtre. Nous jugerons de la décision du Tribunal après un débat contradictoire entre lui et nos Juges dont j'aurais la charge de présider.

Signé Bélisaire.

Il était temps que les choses commencent... Les portes s'ouvraient à l'arrivée des trois Juges.





Les seuls qui sont autorisés à me regarder dans les yeux sont ceux à qui je parle
et ceux qui me servent. Et celui qui s'oppose à moi est autorisé à regarder vers le bas.
Tu devras connaître ta place.


Dialogues : Doré = le Sage | Bleu = l'Absolu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t315-belisaire-grand-pope
NahelavatarArmure :
Libra Gold Cloth

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Lun 21 Mar - 14:43
:: Premier jugement

A présent qu’il était à l’aise dans son rôle et dans son temple, Nahel poussait ses explorations à l’intégralité du Sanctuaire, utilisant certaines pour ses entraînements. La plupart du temps son temple faisait parfaitement l’affaire, mais parfois il avait envie de sentir l’air sur sa peau et de profiter de la chaleur du soleil. Il s’adaptait encore à son quotidien en tant que chevalier d’Or, et une certaine oisiveté l’étreignait régulièrement. Nahel était habitué à voyager pendant ces cinq dernières années, toujours sur les routes ou en pleine observation. L’ennui le gagnait facilement depuis son arrivée dans son temple. Au moins comme tous il pouvait sentir les changements arriver. Des rumeurs et des rapports annonçaient des évènements préoccupants. Il se souvenait encore de sa visite chez Nimuë, et du discours qu’il lui avait tenu. Peut-être avait-il été trop loin dans ses propos et sa manière d’aborder son problème. Après tout, il n’en connaissait ni les tenants ni les aboutissants. De toute manière, si mal il y avait eu, il était déjà fait. Ressasser ne changerait rien à la situation. Ce jour-là, Nahel méditait dans son temple oscillant entre paix et somnolence. Sa concentration laissait à désirer ces derniers jours malheureusement. Un messager apparut dans son temple avec une lettre cacheté. Son premier réflexe fut de lire la signature. Bélisaire. Il ne le connaissait guère.

La Balance balaya le document rapidement, prenant compte des quelques détails fournis. Il souhaitait simplement savoir ce qu’on attendait de lui, et les raison de ce tribunal. Le reste serait évoqué pendant les échanges. En tout cas, pour le moment, Nahel se demandait le véritable but de tout ceci. Il doutait que cela soit simplement pour le juger comme cela semblait être le cas dans le message. L’homme revêtit son armure et gravit les marches le séparant du tribunal. C’était la première fois qu’il rejoignait ce lieu depuis son arrivée. Son intérêt était pourtant porté sur les discussions à venir, et il ne prêta aucune attention au chemin parcouru. Comme pris dans ses pensées. Nahel fut le premier arrivé. Un homme était assis tout à droite des quatre sièges mis en place. La Balance fit un signe de tête, et avec cérémonie, il prit la parole.


_ « Nahel. Chevalier d’Or de la Balance. Présent comme demandé pour ce procès. »

Il attendit quelques secondes un signe ou une réponse, dès qu’il eut ce qu’il espérait. Nahel partit s’asseoir tout à gauche laissant ainsi les deux autres sièges de libre. Les autres chevaliers étaient juste derrière, et il était fort possible que la Balance les ai ignoré involontairement tant il avait été centré sur ses pensées. Il se demandait à présent comme tout ceci se terminerait pour l’accusé, et surtout ce que cet homme attendait à présent.


" Le cosmos désignera toujours le vainqueur.
Ne pas sous-estimer l'ennemi, et considérer toutes ses attaques comme mortelles.
La meilleure défense est une bonne attaque. Elle doit être rapide et efficace.
Ne pas dépendre d'un pouvoir d'emprunt. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t632-nahel-libra-gold-saint
LesathavatarArmure :
Scorpion

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Mar 22 Mar - 10:38
Assis sur le perron de son temple dans la fraicheur toute relative de la mâtinée athénienne, Lesath contemplait l’horizon. Les yeux dans le vague, il balayait du regard les champs d’oliviers qui s’étendaient à gauche de la butte sur laquelle le labyrinthe de marches avait été posé, se demandant ce qu’il serait devenu de ce lieu s’ils n’avaient pas été là. Est-ce que Rodorio aurait survécu aux invasions barbares ? Protégée par la réputation des Saints, elle avait été préservée au long du temps, n’évitant cependant pas les conflits cosmiques. Le Scorpion soupira, se rendant compte que cette humeur mélancolique ne lui sied pas vraiment. Alors qu’il allait se redresser pour rentrer méditer dans son temple, il nota une certaine agitation. Une silhouette, lointaine encore, gravissait les marches dans sa direction. Un garde, à petites foulées, se dirigeait vers lui, ou du moins vers son temple.

Stoïque, il regarda l’homme remonter la pente, peu à peu. L’Ibère supposa, étant donné son état de fatigue et de transpiration, qu’il venait vraisemblablement de réaliser l’ascension en entier. Ce n’était pas donné au commun des mortels. Ces marches, usées par le vent et la pluie, pouvaient sembler sans fin pour ceux qui n’avaient pas l’habitude de les gravir. L’homme se présenta le plus dignement possible, ce qui était plutôt compliqué compte tenu de la cavalcade qu’il venait de réaliser, et tendit une lettre cachetée. Le Scorpion fixa l’enveloppe quelques secondes, s’arrêtant au passage sur le messager, avant de s’en saisir. Puis, sans un mot, il disparut dans son temple quelques secondes avant de ressortir avec une gourde. Il ne s’agissait que d’eau, mais le visage du soldat s’éclaira lorsqu’il la vit. Une fois cet invité inattendu disparu parti dans le sens inverse de son arrivée, Lesath rompit le sceau.

« Et bien… »

Il était donc convoqué pour faire partie du tribunal qui jugerait Arbhaal. C’était inopiné, pour sur, tant il avait l’habitude d’être de l’autre côté du regard inquisiteur. La convocation étant immédiate, le chevalier appela son armure. Dans une gerbe de lumière elle se posa sur son corps, pièce par pièce, comme mue par une puissance surnaturelle. Celle d’Athéna. Etrangement, Lesath se demanda ce qui avait bien pu pousser leur déesse à le sélectionner parmi tous ceux qui pouvaient et surement voulaient juger le Cardinal. Peut-être savait-elle qu’il avait pour la petite Satine, un certain affect. A sa façon elle avait réussi à avoir un statut pour lui, ce qui était au final assez rare. Mais la déesse n’était pas sans ignorer qu’il était de ces hommes froids, pragmatiques. Voulait-elle le mettre dans une telle situation pour juger sa loyauté ? Hypothèse possible…

Sur le chemin qui menait au tribunal, le chevalier garda l’esprit dans le vide, et sans se soucier des personnes présentes, sans même un regard, s’assit sur l’une des chaises libres. Il n’avait pas envie d’être ici, c’était évident. Mais il était tout aussi clair qu’il se plierait aux ordres. Après tout, ils provenaient de bien trop haut pour les ignorer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t268-lesath-gold-saint-du-s
SaadyravatarArmure :
Bélier

Statistiques
HP:
120/200  (120/200)
CP:
184/210  (184/210)
CC:
217/325  (217/325)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Mer 23 Mar - 23:56
Comme si la tranquillité ne semblait être qu’une vague illusion, une nouvelle présence vint perturber la quiétude qui régnait dans le premier temple du zodiaque. Occupé dans son atelier à réparer des armures comme à son habitude, Saadyr ne réagit pas en sentant la faible aura qui pénétra dans les lieux et s’approcha de lui à grands pas pressés. Un garde, qui de toute évidence venait du temple du Pope. Un raclement de gorge résonna dans le silence, comme un moyen de capter l’attention du Bélier dont l’esprit était tourné vers la matière qu’il réparait d’un coup de marteau adroit. Une minute passa sans qu’il ne se détourne de sa tache, puis quand il jugea avoir fini, les deux orbes d’un rubis éclatant se tournèrent vers l’importun qui le dérangeait.

« Que veux-tu ? »

Sa voix, quoique moins enjouée et taquine que d’ordinaire ne sonnait ni avec reproche ni avec la lourdeur de l’accusation. Une simple demande, amenée par la curiosité montante de Saadyr. Le garde approcha enfin, un parchemin scellé à la main avec le signe du Pope lui fut tendu sans qu’une parole ne fût échangée. Saisissant l’objet, le regard mitigé vers le garde, le Bélier cassa le sceau pour lire le contenu qui lui était adressé. D’abord surpris, il large sourire finit par naître sur les lèvres fines du jeune homme, comme prit d’une soudaine euphorie. Non qu’il trouva la nouvelle annoncée particulièrement drôle, mais elle promettait du suspens et de l’action, comme il l’aimait. Tel était le jeune et juvénile Bélier d’or qui s’amusait de chaque situation qui pouvait passer sous son regard curieux et affamé. Il eut néanmoins une pensée pour Arbhaal, l’homme qui aujourd’hui allait passer sous la justice d’Athéna et des Saints. Mais le simple fait qu’il ait droit à un procès indiquait qu’il lui restait une chance de se défendre et de se sortir de cette mauvaise situation.

Saadyr n’était ni pour cet homme, ni contre lui. Il estimait, pour ce qu’il avait vu de lui, que ses intentions étaient sincères et louables, qu’il avait fait preuve d’une forme de courage et d’honneur en choisissant le chemin qui l’avait mené jusqu’ici. Cependant, il reconnaissait aussi qu’il pouvait être un danger, et que le dieu à qui il avait donné sa loyauté dans cette ère était purement et simplement l’ennemi d’Athéna. Au fond, cela le rendait assez objectif sur la situation, ne penchant vers aucun des plateaux de la balance qui maintenait Arbhaal dans un équilibre précaire. Le reste de cette journée montrerait laquelle des deux routes allait être empruntée.

Comme le souhaitait le protocole, le jeune Bélier se couvrit de son armure, toujours aussi éclatante et brulante de son cosmos. Puis finalement il commença son ascension vers le temple du Grand Pope, non sans songer l’espace d’une seconde qu’il avait à se taper tout le chemin… Plusieurs fois, et surtout au début de sa marche, de longs soupirs dépités avaient franchi sa bouche, jusqu’à arriver enfin à destination. Il fut le dernier à se présenter, sans doute le plus étrange aux vues du sourire qui ourlait toujours ses lèvres et du regard attentif et perçant qu’il lança à chacun des hommes ici présent.

« Oh, je vois qu’il ne reste que moi. »

Lança-t-il comme si de rien n’était avant d’aller s’asseoir sur le dernier siège qu’il restait. Il salua d’un simple geste les autres chevaliers, attarda un instant son regard sur Bélisaire qu’il voyait pour la première fois sans son masque – mais impossible de ne pas reconnaître ses yeux – puis se posa, attendant la suite avec une certaine impatience, peut être un peu malsaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t471-saadyr-chevalier-d-or-
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Jeu 24 Mar - 19:13
Le moment était venu. Enfin.
Étrangement, j'abordais cette épreuve pourtant cruciale avec l'esprit apaisé. Si je devais payer pour mes crimes, qu'il en soit ainsi. J'avais encore un but, un objectif, mais j'étais infiniment las. Las de combattre aveuglément, las de semer le mal et la destruction sur mon passage.
Ma relation avec Satine n'échappait pas à cette règle. C'était à cause de moi qu'elle était ici. Par ma faute, mes erreurs, le chemin que j'avais pris.
Ces quelques heures dans cette prison m'avait offert la quiétude dont j'avais tant manqué. Nourri, au chaud, j'avais enfin eu du temps pour faire le point sur ma vie et le parcours qui m'avait fait arriver en ce lieu atypique. Certaines rencontres récentes semblaient avoir ravivés de profonds souvenirs. Car oui, j'avais été quelqu'un avant de devenir Rhadamanthe. Un enfant innocent, curieux de tout, vif et insouciant. Lors de cette enfance joyeuse j'avais rencontré mon seul véritable ami, Eldir du Sagittaire. Puis la folie humaine et la volonté implacable d'Hadès avaient orientés ma vie vers la direction des ténèbres et de la mort.
Je n'en concevais nul regret, mais malgré ce manque de culpabilité, je ressentais l'envie d'évoluer. Car je connaissais l'obscurité sous toutes ses coutures et ce qu'elle avait à offrir ne me convenait pas. Ne me convenait plus.
J'avais renoncé à l'immortalité et à un pouvoir éternel pour une femme. Mais aussi pour cet espoir presque invisible. Cette foi qui me criait que la vie avait encore quelque chose à m'offrir. Un autre homme que Rhadamanthe existait, mais il s'était oublié. En cette ère, je n'étais qu'un homme. Peut être celui que j'aurais pu être dans le futur.
Lorsque les gardes vinrent me chercher, je les accueillis par un sourire étrange qui sembla les interpeller. Une expression neutre, dénuée de passion ou de colère. Je ne me défilerais pas face à cette ultime épreuve.
Parcourant de longs couloirs sombres, je finis par arriver dans une salle solennelle où quatre hommes impassibles m'attendaient déjà. Sans mal, je reconnus le bélier d'or et le Grand Pope, malgré son visage à découvert. Je saluais l'assemblée d'un hochement de tête, et vint prendre place sur le siège qu'on me désigna.
Prenant une longue inspiration, je croisais le regard de chacun des juges pour montrer sans malice ma sincérité et j'entamais le premier échange.

Je vous salue chevaliers d'or et vous Grand Pope. Comme vous le savez, je suis Arbhaal et je me présente en tant que tel à vous. Vous me jugerez sur mon passé, dont je ne compte pas amoindrir les aspérités, mais sachez que ce n'est plus le juge d'Hadès ou même le cardinal d'Arès qui vous fait face.

Voilà quelques heures, j'avais ressenti la destruction du lien qui m'unissait encore au dieu de la guerre et à ma cuirasse. Sans hésitation, Arès m'avait retiré sa confiance et ce fait, loin de m'effrayer, me soulager d'autant plus.

Vous me pensez probablement dangereux et je ne saurais vous le reprocher. Les faits parlent contre moi. J'ai jadis affronter vos pairs et j'en ai vaincu certains d'entre eux suite à des combats loyaux. J'ai même tenu la déesse Athéna dans le creux de mon bras, hésitant à lui ôter la vie comme mon sombre maitre me le demandait. Mais ce jour là, j'ai choisi de l'épargner. Pour une raison que j'ignore. Ne voyez pas cela comme une tentative de vous attendrir, mais plutôt comme la preuve que même au plus profond de ma déchéance, j'ai su conserver une part d'humanité. C'est d'ailleurs à cause de cela que je me retrouve aujourd'hui face à vous. Mon destin a fait de moi un monstre, mais c'est par choix et libre arbitre que je suis ici.

Comme il était étrange de me retrouver à la place de l'accusé. Et pourtant, j'y voyais là une épreuve nécessaire. Echouer signifiait la mort, réussir pourrait vouloir dire que mes paroles n'étaient pas vaines et que cette humanité que j'avais tant haï m'offrait une seconde chance de l'aimer. Saisi par une émotion subite, je dus reprendre mon souffle quelques instants. L'espace d'un instant, j'avais eu la sensation d'une main amicale sur mon épaule.

Un acte vaut bien plus que mille paroles. L'humanité m'a causée bien du tort, mais j'ai fini par comprendre que la destruction ne menait qu'au vide de l'âme. J'ai rallié Arès par pragmatisme, opportunisme mais aussi par... habitude. Mais j'ai vite réalisé que j'avais peut être une chance de faire de cette nouvelle vie autre chose. Que je n'étais pas obligé de reproduire les mêmes erreurs. Ce que je vous demande aujourd'hui n'est pas de m'épargner, de m'absoudre de mes crimes passés ou de m'offrir une confiance que je n'aurais pas méritée. Je vous supplie juste de me rendre cette foi en l'humanité que j'ai jadis perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
BelisaireavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Dim 27 Mar - 12:27
De glace, il ne disait rien. Enfermé dans sa majesté, l'aigle observait les enfants qui l'entouraient sans comprendre qu'ils étaient protégé par cet inconnu au dessus d'eux. Sa fibre suintait des meurtrissures qui voulaient guérir des douleurs du passé...

Un sourire au visage, je saluais de la tête les chevaliers d'or qui s'annonçaient les uns après les autres. Les couleurs de la scène se diluaient dans une majesté froide qui tissait les contours de ce qui s'annonçait ici même. Pensif, je n'avais rien de prime abord en venant ici. Mais alors qu'un garde entrait afin de me donner un rapport prioritaire, je le lisais alors que le prisonnier entrait dans l'agora du Tribunal. Il se présentait donc. Satine avait donc dit la vérité, c'était un ancien Juge des Enfers qui avait abandonné son rang afin de suivre sa belle. Cet évènement aurait pu suffir à l'oindre de la Sagesse et du pardon mais... il était devenu un Prince au sein des Berserkers. Erange manifestation d'un changement de pensée.

Du bout des doigts, je tapotais sur le parchemin entre mes mains en laissant l'accusé expliciter son point de vue. Certaines choses étaient possibles mais le prouver était impossible. Le mensonge et la duplicité ne semblaient pas être le lot de cet homme et les dires de Satine allaient dans ce sens. Mais... Oui, mais... pourquoi avoir rejoint la cause de l'allié d'Hadès ? C'était continuer sur le sentier de son passé sans vouloir s'en détourner un simple instant. Alors qu'il avait fini, ma gorge se râclait quelques instants avant de prendre la parole.

- Salutations... Arbhaal. Puisque c'est ainsi que vous voulez vous présenter devant nous. Vous n'êtes plus Juge ou Cardinal. Voici une chose qui est rapidement dite ! En effet, selon ce que nous savons, vous êtes arrivé au cours du mois de Mai de l'an de grâce 550 de l'Ere Chrétienne. Si nous suivons bien tout cela, vous étiez Juge du Sombre Monarque il y a deux mois, Cardinal d'Arès il y a un mois... Comprenez notre profond septicisme. Prenant un temps de silence. Ensuite, vous affirmez avoir tenu la Déesse entre vos mains et que ce fait aurait entraîné votre retour vers l'Humanité, enfin en quelque sorte. Les chaînes de votre vie devaient être bien lourdes. Sachez que cette Humanité a ses propres monstres et nul besoin d'être suivant d'un Dieu pour cela, c'est la volonté des Dieux de nous laisser le libre arbitre...

En effet. Arbhaal avait peut-être retrouvé le chemin de la raison mais en était-il devenu un Sage ? De façon ravageuse, la nature était tueuse. L'Homme faisait de sa vie un empire et ses actes en définissaient les frontières dans un dessein tissé par les Parques. Fermant les yeux, je respirais lentement avant de reprendre ma réthorique face à l'homme qui était devant nous.

- Vous vous dites pragmatique. Opportuniste même. Et si demain votre Satine rejoignait les rangs d'Arès ? En effet, votre femme a fui nos terres pour les Carpates selon nos rapports...

La question avait des sous entendus qui maniaient élégance et sournoiserie. Seul Lesath connaissait la vérité sur tout cela mais il était indispensable de lire les traits sur le visage de l'accusé. Le piège était tendu. Froid et cruel. Mais s'il avait vraiment changé, il devait le prouver d'une manière ou d'une autre. Le parchemin entre mes mains continuait de danser entre mes doigts, tel un serpent prêt à s'abattre sur sa cible. L'information qui s'y trouvait n'était pas de nature à calmer mon ire.

- La question n'est pas de savoir si vous êtes un Homme ou non. Vous l'êtes déjà présentement et en cela, nous sommes d'accord. Mais... Nous vous l'avons dit, les pires monstres vivent sous les traits de l'Humanité et pas besoin d'être un Cardinal ou un Juge pour cela.




Les seuls qui sont autorisés à me regarder dans les yeux sont ceux à qui je parle
et ceux qui me servent. Et celui qui s'oppose à moi est autorisé à regarder vers le bas.
Tu devras connaître ta place.


Dialogues : Doré = le Sage | Bleu = l'Absolu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t315-belisaire-grand-pope
NahelavatarArmure :
Libra Gold Cloth

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Dim 27 Mar - 13:53
:: Premier jugement

Le tribunal. Nahel était étonné d’avoir été choisi pour un évènement tel que celui-ci, surtout à peine arrivé au Sanctuaire. Peut-être était-il l’un des rares disponibles ou son regard neuf ayant été absent du Sanctuaire pendant de nombreuses années pourrait s’avérer utile. Plongé dans ses pensées, il tentait de comprendre la teneur de ce procès tout en gravissant les marches le séparant du palais du grand Pope. Après une brève introduction, l’homme rejoignit un siège totalement à l’opposé de Bélisaire. Il préférait se tenir un peu à l’écart, n’ayant pour le moment aucune affinité particulière avec un chevalier d’Or. Lesath arriva peu de temps après lui. Ils se connaissaient un peu suite l’intrusion de Nahel dans son temple, et la Balance lui fit un simple signe de tête pour le saluer. Pure politesse. Le Scorpion prit place sans même observer les autres personnes présentes, ce qui amusa beaucoup le gardien du septième temple sur le moment. Cette attitude semblait lui correspondre parfaitement. Cela promettait des discussions aussi étranges qu’intéressantes. Le Bélier pénétra dans les lieux. Son armure était assez caractéristique, et il avait pu l’observer de loin lors de ses jeunes années. Et puis les traits de cet homme ne laissaient aucun doute sur ses origines. Silas l’avait prévenu que le Bélier était le seul à venir de la même partie du monde que lui. A nouveau, la Balance fit un signe de tête en direction du dernier chevalier d’or à prendre place pour ce tribunal exceptionnel.

L’attente ne fut guère longue avant l’arrivée de l’accusé. Arbhaal. Nahel ne savait finalement que peu de choses sur cet homme, en dehors des vagues explications fournies avec la convocation. Un garde était venu apporter un parchemin au Grand Pope peu avant que le procès ne commence véritablement. L’attitude de l’accusé semblait honnête et la conséquence d’une certaine fierté. L’œil azuré de la Balance se posa lourdement sur cet homme, observant ses gestes tout en écoutant attentivement ses paroles. Et quel beau discours cet homme fit. Des mots choisis habilement sans aucun doute. Dès qu’il aborda le sujet d’Athéna, Nahel commença à bailler de manière ostensible en mettant sa main devant la bouche. Cette présentation l’ennuyait, et la sincérité montrée avant de prendre la parole semblait s’être envolée. Malgré cette attitude, son attention était toujours centrée sur l’accusé. Un léger sourire étira ses lèvres lorsqu’il entendit la conclusion de cet homme. Il fallait lui reconnaître un certain aplomb malgré la situation. Bélisaire fut le premier à prendre la parole. Les paroles du Grand Pope se firent le reflet d’une partie des pensées de la Balance en cet instant, et il était curieux de voir la réponse de cet homme ainsi que sa réaction suite aux annonces faites. Plongé dans les tréfonds de son esprit, Nahel n’en ressortit que pour prononcer quelques mots.


_ « Et je me permettrais d’ajouter que vous nous demandez de vous rendre votre foi en l’humanité. Alors que de mon point de vue soit vous l’avez soit vous ne l’avez pas. C’est vous qui êtes jugé en ce jour, et c’est donc à vous de nous montrer les tréfonds de votre âme. Non l’inverse. »

Depuis la prise de parole de Bélisaire, Nahel avait appuyé son menton sur son poing fermé, son coude étant posé sur l’accoudoir du siège. Son attitude était à l’image de la Balance, détachée et légèrement nonchalante malgré la situation. Et pourtant ce n’était pas du tout le cas. Cependant, l’homme aimait envoyer de fausses impressions. Pour le moment il serait aisé de croire que ce procès ne l’intéressait guère et qu’il faisait simplement acte de présence. Seule sa prise de parole montrait sa participation à ce procès. En tout cas, Nahel comprit enfin qu’on ne faisait pas que juger cet homme mais qu’on évaluait certaines possibilités pour son avenir… probablement parmi les Saint. Cette perspective ne l’enchantait guère pour le moment, compte tenu de ce qu’il savait et de ce qu’il entendait pour le moment.


" Le cosmos désignera toujours le vainqueur.
Ne pas sous-estimer l'ennemi, et considérer toutes ses attaques comme mortelles.
La meilleure défense est une bonne attaque. Elle doit être rapide et efficace.
Ne pas dépendre d'un pouvoir d'emprunt. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t632-nahel-libra-gold-saint
LesathavatarArmure :
Scorpion

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Mer 30 Mar - 15:04
Juge. Cardinal. Homme.

La logique aurait voulu que Lesath se lève de sa chaise inconfortable, qu’il enjambe la table se situant entre l’Ibère et l’accusé, et qu’il traverse son cœur de mes poings, à vrai dire. Cependant la logique et Lesath ne faisaient pas toujours bon ménage. Ce n’est pas parce que c’était cohérent que c’était souhaité, et encore moins souhaitable.

Il écoutait les paroles des différents interlocuteurs et ne tiqua pas sur le mensonge éhonté du Grand Pope. Il savait qu’il n’était pas un homme qui s’arrêtait aux détails, et s’il pouvait tordre, manipuler la réalité pour en tirer une information, alors il s’y adonnerait de bon cœur. Lui-même avait sa propre idée des quelques mots qu’il allait annoncer. L’homme en face de lui avait peut être une parcelle d’humanité en lui, mais comme il avait l’habitude de dire, tous ne méritaient pas d’être sauvés. Pas à n’importe quel prix. Et ce prix, Satine l’avait déjà payé…

« C’est une belle histoire que tu nous racontes là, Arbhaal, mais elle ne reste rien d’autre que cela même. Une histoire. Cela pourrait être vrai que ça n’aurait pas plus d’importance que ta tenue aujourd’hui. Tu as tenu la déesse Athéna entre tes bras, et tu l’as épargnée. Grand bien te fasse. Cela ne change rien. Non. Rien. »

Son histoire ne changeait rien. Il se cachait derrière des actes, et non pas des décisions. Au lieu d’accepter son sort, de porter sa croix, il tentait d’emprunter des chemins de réflexion sinueux et détournés, qui n’avaient apparemment pas eu l’effet attendu sur l’auditoire. En tout cas pas sur Lesath. Cet effronté avait eu le culot de leur lancer un défi : le pardonner. Ce n’était pas là la nature de l’homme qu’il était.

« Je crois que tu te fourvoies. Tu n’es pas ici pour être jugé par nous autres pour les méfaits que tu as pu commettre. Pour cela, je m’en remets aux dieux eux-mêmes, ils jugeront de ton sort, et non moi. Tu es ici pour savoir si tu mérites de connaître une seconde chance, et jusqu’à maintenant tu n’as pas prononcé le moindre mot qui ne vaille la peine d’être écouté. Tu veux nous convaincre et tu nous sers une mascarade de rachat. Une pantomime d’expiation. »

Des actes n’étaient pas demandés. L’allégeance à la Déesse de la Guerre encore moins. Il devait cesser ces faux semblants et se livrer. Après tout, c’était de cette manière que la voyageuse avait réussi à les persuader que sa place était, du moins temporairement, parmi eux. C’était en s’ouvrant qu’elle avait manqué de tuer son ancêtre, mettant en péril sa propre existence, et qu’elle avait fini par se rendre compte de sa bêtise. C’était en se livrant qu’elle avait réussi à attendrir le cœur de pierre de Belisaire. Lui-même avait fini par considérer sa présence comme normale.

« C’est grotesque. » Murmura-t-il plus pour lui-même que pour le reste des présents. « Tu n’essaies même pas de nous convaincre. » S’il persévérait et maintenait ce discours, l’issue du procès ne ferait plus aucun doute. Et le Scorpion n’avait pas particulièrement envie de se ranger parmi ceux qui voteraient pour l’exécution du prisonnier. Il devait leur donner une raison de le pardonner, si ce n’est pour lui, au moins pour elle !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t268-lesath-gold-saint-du-s
SaadyravatarArmure :
Bélier

Statistiques
HP:
120/200  (120/200)
CP:
184/210  (184/210)
CC:
217/325  (217/325)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Dim 3 Avr - 15:05
Un vague salut de la part du Bélier accueille l’arrivée de l’accusé. Bien qu’il partageait toujours cette prenante impatience, il se garda peu à peu d’en jouer. En l’instant, il se contentait d’observer, non sans jamais retirer du masque de son visage le sourire mesquin qui semble se délecter. Les choses sérieuses commençaient et c’est sans véritablement attendre qu’Arbhaal se lance dans un récit fort… intéressant. C’était peut être le mot oui, mais il sembla à Saadyr que toutes ces belles paroles n’avaient guère leur place en ces lieux, et pire encore ne jouaient pas tout à fait en sa faveur. L’on pouvait lui reconnaître l’honnêteté, pour peu que cette histoire soit vraie, mais son importance fût moindre quand l’on considérait surtout les actes du présent plutôt que ceux du passé. Ce passé du futur qui n’avait pas autant d’intérêt que ce que le présent passé pouvait raconter. Mais soit, il y avait des choses à relever, choses que Bélisaire nota le premier : cette tendance à changer de camp comme de chemise. Il semblait donc que la loyauté n’était pas une qualité chez cet homme. En vérité, si c’était un détail de choix, ce n’était certes pas le plus conséquent. Ce qui l’était aux yeux du jeune Bélier en revanche, furent les paroles non dite pourtant attendu par Saadyr qui avait eu la chance – si l’on pouvait dire ainsi – d’avoir accueillit une première fois le condamné. Et aucune des raisons qu’il avait cité plus tôt dans ce si beau et… curieux discours, n’avait fait écho à ce qu’il avait entendu la première fois. Où étaient les belles paroles concernant Satine et ce désir de la retrouver pour faire sa vie loin de la guerre et vivre en paix ? Tout honorable que soit ses désirs, ils ne sonnaient pas très bien en cet instant pour le Bélier d’or. Dernier à prendre la parole, il fut assez amusé par les paroles du Scorpion, ce ton froid et pragmatique, cette fatalité implacable qui démontait chaque argument d’une simplicité étonnante.

« Malheureusement, je crois que mon collègue a tout dit te concernant Arbhaal, je ne vois ici aucunes paroles dignes de nous convaincre. Je reconnais pourtant, lorsque je t’ai accueilli au Sanctuaire, n’avoir vu aucune agressivité de ta part, aussi étais-je prompt à penser que tu aurais de meilleurs arguments à nous donner sur ta bonne foi et de ton… repentir, si l’on peut l’appeler ainsi. Mais rien, rien de convaincant. Par ailleurs, si je me souviens bien, n’étais-tu pas venu pour récupérer cette femme à l’origine ? J’avoue ne plus comprendre les raisons de ta venue ici aujourd’hui et le sens des risques inutiles que tu as pris. »

Non qu’il eut voulu être cassant et directe dans sa manière de s’adresser au condamné, mais Saadyr préféré – et se devait d’ailleurs – d’être clair sur ses positions et son avis. Arbhaal n’avait certes pas tenté de les attendrir, mais ce n’était pas suffisant aux yeux des quatre juges à cet instant. Comme l’avait si bien souligné le Scorpion, rien dans les paroles prononcées n’avaient été réellement évoqué pour convaincre et se défendre. Le passé était une chose, les actes d’aujourd’hui en étaient une autre. Et jusque là malheureusement, la situation ne faisait que s’envenimer pour lui. S’appuyant sur le bord de son siège, posant son menton dans le creux de sa main, le jeune Bélier posa un regard tout à coup dénué de cette innocence amusé, ce teint juvénile disparaissant sous le sérieux.

« Pourquoi devrions nous te donner une autre chance ? »

Sans doute comme les autres juges attendait-il de meilleurs arguments, de la bonne foi, de la profondeur dans les sentiments et des preuves qu’il méritait cette autre chance que le Sanctuaire pouvait accorder. S’il semblait dur, Saadyr savait qu’il l’était beaucoup moins que ses trois autres confrères, et que s’il y avait eu une personne à convaincre en premier, il serait cette personne. Aussi n’avait-il pas particulièrement cherché à enfoncer Arbhaal, plutôt lui laisser une nouvelle occasion de s’exprimer et lui donner l’espoir de véritablement convaincre le premier gardien.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t471-saadyr-chevalier-d-or-
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Dim 3 Avr - 16:33
J'accusais chaque coup, silencieux et stoïque. Les braises de mon caractère emporté et empli d'honneur et d'orgueil se rallumèrent dans mon regard à mesure que les juges m’assénaient, les uns après les autres, une réplique dévastatrice. Ils ne laissaient rien passer, rien.
D'abord, ce fut l'étonnement, puis la colère, le découragement, la lassitude et enfin... l'acceptation résolue.
J'avais essayé d'ouvrir mon coeur et surtout de me montrer le plus franc possible. Pour ce résultat ?!
Celui qui éclaira le plus ma lanterne fut le scorpion. Non que son assaut fut plus doux que celui de ses congénères, bien au contraire, mais ce il sut me remettre sur le bon chemin.
Le premier à subir ma réplique fut le Grand Pope. Cet homme froid, calculateur et implacable. Les poings serrés sur mes genoux, je posais sur lui un regard de fer.

Savez-vous ce qu'est l'amour véritable, Belisaire ? Moi oui. Sans cette femme j'aurais depuis longtemps sombrer dans les ténèbres, et c'est également son absence qui me poussa à me remettre en question. Cette part d'humanité qui brille encore en moi, je lui dois. Alors laissez moi vous dire une bonne chose... Je connais assez Satine pour savoir qu'elle ne sera jamais assez conne pour rejoindre un tyran comme Arès ! Elle aime bien trop sa liberté, la vie, l'humanité toute entière pour laisser un dieu aussi misérable lui couper les ailes ! Alors soit elle a une très bonne raison d'être là bas, soit... vous grimez la réalité pour mieux me faire douter. Vous devez bien comprendre quelque chose... Le pouvoir, la conquête, je n'en ai plus rien à battre ! Tout ce que je veux c'est préserver un monde où elle et moi aurons droit à notre fin heureuse ! Et ce n'est surement pas avec Arès que nous arriverons à atteindre cet objectif

Pris dans l'élan de ma fougue, endormie depuis trop d'heures, je balayais du regard l'assistance pour attirer l'attention de chaque juge.

Vous pensez que je ne me défends pas assez ? Vous doutez de la véracité de mon souhait d'être un homme nouveau ? S'il y a bien une déesse qui prétends défendre ce monde pourri et le rendre meilleur c'est bien Athéna non ?! Je donnerais tout ce que j'ai, tout ce que je suis pour gagner enfin le droit d'être heureux auprès de Satine ! Quel autre voie est-elle possible ? Aucune ! La mort n'est rien d'autre qu'une damnation éternelle, la guerre sauvage est un cycle sans fin ! J'ai explorer le pire avant de comprendre enfin que je ne gagnerais rien à détruire et à servir des dieux qui n'ont rien à foutre de moi ou des autres humains !

Le souffle court tant mes paroles surgissaient de mon âme même, je finis ma tirade en me levant à moitié, les yeux humides. Je n'étais pas un homme de discours mais de combat. J'avais tant de choses à dire et si peu de moyens de me faire comprendre par ces vents qu'étaient les mots...

Vous vous foutez de mon passé ?! Très bien ! Alors parlons du présent et de l'avenir. Laissez moi une seconde chance parce que j'ai enfin une cause à défendre ! Foutez moi sur un champ de bataille et je lutterais de toutes mes forces parce que je sais que si j'échoue, une femme que j'aime et le monde qui pourrait être notre foyer en subiront les conséquences ! Je veux me battre pour un putain d'espoir !

Je restais quelques instants là, à moitié debout, immobile et les dévisager les uns après les autres. Tremblant de tous mes membres, noué par ce flot de paroles sorties du plus profond de mon coeur, je finis par me rassoir, attendant soit un semblant de début de compréhension, soit le coup fatal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
BelisaireavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Lun 4 Avr - 17:38
- Il parle enfin...

Tel un murmure, je constatais le changement de style de l'homme qui se présentait devant nous afin de faire amende honorable. Tous les mots aussi vrais que durs étaient parvenus à réveiller l'homme qui se tapissait en lui, il semblait se libérer de la tutelle de son passé mais à quel prix ? Une chose me surprit dans son disours et fut la cause de la levée de mes yeux à cette seule expression. Le pouvoir, la conquête, je n'en ai plus rien à battre ! Là, il se fourvoyait. Il faisait partie d'un monde où la conquête était la raison de vie des éveillés, que ce soit pour eux mêmes ou pour un Idéal.

- On veut croire ce que l'on voit. Pour des gens que l'on n'aime pas, pour des idées que l'on ne cautionne pas, on se bat ! C'est donc la recherche d'un pouvoir. Celle de Constantinople et de son Rêve pour l'Humanité. Les conquêtes sont loin d'être terminées, les Persans Sassanides, les hordes du Nord... Ce ne sont que des exemples mais ils seront des conquêtes à venir si l'Enfer pointait son nez à l'horizon.

Les derniers mots étaient prononcés avec soin et lenteur. Un long silence suivit mes mots alors que mes mains relevaient le rapport du garde, je le lisais sans aviser de ce que j'en comprenais aux autres. La danse de mes gestes était précis et indiquait que quelque chose me travaillait à chaque lettre écrite que mes yeux suivaient. Je prenais alors le soin de le refermer et mes prunelles fixèrent le Cardinal pour une nouvelle fois.

- Toute la suite est belle. Il nous serait aisé d'avoir un tel homme suivant notre Idéal... Mais... La question est de savoir si vous avez oublié réellement votre passé. Les leçons que vous estimez avoir compris de votre passé sont elles viables ? Dans les mots que je viens de lire, mon disciple m'a avisé de votre rencontre. Greatest Caution. Ces mots sont connus de quelques uns des membres de cette assemblée ! En effet, Saadyr du Bélier et Artorius du Capricorne ont subi ce pouvoir aux Cinq Pics lors de leur affrontement contre Radamanthis de la Wyvern. Posant un silence. Vous voyez ce que je veux dire. Pour quelqu'un qui a appris les leçons de son passé, pourquoi user de ces flammes dans le chemin de la Wyvern ? Est ce qu'elle sommeille encore en vous ? Comprenez donc mon interrogation à vos propos.

Puis, mon regard se fit glacial. L'Absolu prenait toute sa place avant de prononcer ce que j'allais dire.

- Dernier point. La prochaine fois que vous levez le ton devant moi, je vous envoie ad patres. J'en ai particulièrement assez des mauvaises têtes dans le domaine sacré et la déesse de même.

Mes propos n'étaient pas de nature exclusive, elles s'adressaient à tout le monde. Athéna avait donné des ordres suite à l'incident avec le chevalier de la Vierge et je ne comptais plus laisser les choses continuer.







Les seuls qui sont autorisés à me regarder dans les yeux sont ceux à qui je parle
et ceux qui me servent. Et celui qui s'oppose à moi est autorisé à regarder vers le bas.
Tu devras connaître ta place.


Dialogues : Doré = le Sage | Bleu = l'Absolu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t315-belisaire-grand-pope
NahelavatarArmure :
Libra Gold Cloth

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Mar 5 Avr - 10:30
:: Premier jugement

Le tribunal. Nahel trouvait cette mise en scène étrange. Le jugement aurait pu être rendu immédiatement, et il s’interrogeait sur la raison profonde de toutes ces discussions. Athéna envisageait-elle réellement d’employer cette créature pour l’aider à protéger le Sanctuaire et l’Homme. Cette idée le répugnait au plus haut point. Le Balance croyait en la rédemption humaine, mais cet Arbhaal ne lui donnait pas l’impression d’un repentir sincère pour le moment. De toute manière était-il seulement prêt à croire un homme à l’allégeance aussi vacillante. Aucune loyauté. Aucune fidélité. Tel un chien attirait par un os, il oscillait selon le vent… Le tout était de savoir quel os il poursuivait. Ses homologues se montrèrent plus loquaces vis-à-vis de l’accusé. C’était leur choix. Le Ghassanide était un homme de peu de mots. Au moins le Scorpion semblait de son avis pour le moment, c’était rassurant de constater cette attitude. Le Bélier prit la parole. Nahel le sentit plus enclin à laisser une chance à son interlocuteur, et il donna l’impression de savoir bien plus de choses qu’eux pour le moment. La Balance aurait aimé connaître ses informations et ce qui justifiait cette légère chance offerte par le premier gardien. Chacun était juge de son comportement et de ses idées, mais il était un peu étonné sans le montrer. De toute manière son œil unique était tourné vers Arbhaal et son cache-œil lui dissimulait les traits de ses compagnons pour le moment.

Une réaction palpable se produisit chez Arbhaal. Comme quelque chose qui s’éveille. Instinctivement la Balance répandit son propre cosmos comme pour provoquer ou confronter ce pouvoir naissant. Nahel afficha un sourire en voyant l’attitude de l’accusé. Il était tenté de le provoquer un peu pour voir si il serait capable de le combattre. Malheureusement le pope était présent, et il retira rapidement son cosmos en abandonnant toute idée belliqueuse. Ce n'était pas le lieu ni le moment de s’illustrer de cette manière. Une femme. Voici donc l’os en question. Un sourire s’afficha sur le visage de Nahel, toujours accoudé sur sa chaise. Ses doigts déformant légèrement sa joue sous le poids de sa tête. Son discours était intéressant, mais il semblait se fourvoyer sur plusieurs points du point de vue de la Balance. Bélisaire fut à nouveau le premier à prendre la parole. Prérogative du Grand Pope sûrement. Nahel étouffa un rire en entendant que l’accusé avait attaqué un Bronze à son arrivée au Sanctuaire, tout en utilisant une attaque de son ancienne vie. Un paradoxe intéressant. Un hochement de tête accueillit la conclusion du Grand Pope. Sur ce point il était d’accord avec la vision des choses. La Wyvern avait déjà eu maille à partir avec les Saints dans cette époque. Il lui manquait véritablement un grand nombre d’information. Pour la première fois, Nahel se redressa dans son siège et adopta une posture plus droite.


_ « Pour un homme prétendant avoir renié son passé, conserver des attaques et un cosmos aussi noir que celui que j’ai senti avant ton discours. Cela me parait paradoxal. Peut-être me rétorqueras-tu que le cosmos ne se modifie pas, qu’il a été modelé et que tu ne peux rien faire contre ça… Mais as-tu seulement essayé de modifier la source de ton pouvoir. J’en doute fortement » Il l’observa attentivement et reprit sans attendre de réponse de sa part. Le tutoiement lui semblait plus approprié, car le vouvoiement était une marque de respect trop grande. « Et ce que je comprends dans ton discours, c’est que si un jour cette Satine change d’avis et souhaite voir le monde être détruit, tu retourneras auprès de ton premier seigneur afin de réaliser ce souhait. Encore une fois tu ne fais que prouver une foi vacillante, dépendante d’élément extérieure qui n’inspire pas la confiance selon moi. »

Nahel abhorrait ce genre de personne se rangeant derrière des idéaux d’autres personnes pour justifier leurs actions ou leurs motivations. Une manière de se dédouaner de toute responsabilité en somme. Cet homme ne lui inspirait décidément aucune confiance. Quel que soit l’issu de ce jugement la Balance avait déjà arrêté son avis sur cet homme. Parce que tout le discours qui suivrait ne viserait qu’à débouter les arguments qu’on lui opposait. Son cœur avait parlé en cet instant. Le reste ne serait que palabre pour justifier de sa présence et de son futur. Ces pensées tournoyèrent en quelques secondes dans son esprit, et il reprit la parole.

_ « Moi je n’entends aucun idéaux personnels, mais simplement des désirs bancals de suivre une femme sur un chemin qu’elle a choisi d’arpenter. Ta rédemption a-t-elle été causée par elle et est-elle réelle ? Ou alors n’est-elle simplement que le reflet de ton amour ? L’amour véritable est une arme dangereuse et à double tranchant si l’on s’y perd complètement comme tu sembles l’indiquer. On peut y perdre son identité et son libre arbitre. Tes sentiments sont louables mais inappropriés pour justifier un tel revirement. Si encore tes choix avaient été à l’encontre de cette femme pour son propre bien, je tiendrais un tout autre discours »

Son regard était lourd au moment où il conclut plus simplement. Cette défense était bancale selon lui, et l’énervait plus qu’autre chose. Il ne se laissait cependant pas influencer par cela de manière à rendre un jugement impartial et honnête.


" Le cosmos désignera toujours le vainqueur.
Ne pas sous-estimer l'ennemi, et considérer toutes ses attaques comme mortelles.
La meilleure défense est une bonne attaque. Elle doit être rapide et efficace.
Ne pas dépendre d'un pouvoir d'emprunt. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t632-nahel-libra-gold-saint
LesathavatarArmure :
Scorpion

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Mar 5 Avr - 17:35
Un sourire.

Un sourire froid, mauvais presque, ornait le visage du Scorpion. Enfin, Arbhaal avançait un argument. Enfin il se débattait, comme la proie qu’il était entre ses pinces. Enfin il acceptait la vie plutôt que la mort. Enfin il montrait qu’il avait quelque chose à perdre.

Son attitude jusqu’alors était lamentable aux yeux du chevalier d’Or. De guerrier, il est était passé à prisonnier. Or ce n’était pas d’un prisonnier dont ils avaient besoin, ni même d’un homme en quête de pardon, mais d’un soldat. D’un militaire. D’une épée à manier. Oh, elle n’était pas fidèle et finirait par tourner le dos à sa nouvelle équipe ? Ce n’était pas un problème. Pragmatisme, tel était le maître mot. Face aux tourments qu’ils devraient bientôt affronter, une paire de mains supplémentaire n’était pas à négliger.

« Personnellement je me fous de savoir pourquoi tu te bats, Arbhaal, ancien berserker, ancien juge. Sache que je m’en moque. » Annonça-t-il froidement. « Il me suffit de savoir pour qui tu le fais. »

La phrase était tombée comme un couperet, et était lourde de sens. Le chevalier du Scorpion acceptait la présence du renégat parmi eux, pour des raisons qui dépassaient sans doute ses pairs. Ils ne comprenaient peut-être pas, mais c’était pourtant clair. Shin était mort désormais, et la plupart des hommes au service du Sanctuaire étaient des hommes de bien. Et certains actes, dans des guerres, ne pouvaient pas être réalisés par ce genre d’hommes.

Car il y aura toujours de la place pour ceux qui savent se salir les mains. Il ne prononça pas cette dernière phrase parce que tous ne comprendraient pas, mais Lui saurait. Il jeta un coup d’œil à Belisaire et hocha la tête lorsqu’il vit qu’il avait son attention. Arbhaal était une arme, dangereuse et impulsive, mais une arme tout de même. Et ils avaient déjà eu cet échange, quelques semaines auparavant. «C'est comme ma vision du Sanctuaire, nous formons une communauté qui ne vise qu'à une chose, assurer la victoire de l'Humanité, c'est à nous de salir les mains pour elle et pas le contraire » avait-il dit alors.

Et s’il y avait bien quelqu’un qui serait capable de se salir les mains pour eux ce serait cet homme qui y trouverait tout à y gagner. L’amour. L’espoir. Une place, peut-être même. Dans tous les cas, ils savaient tous à quoi s’en tenir, et s’il venait à les trahir ils n’en seraient pas étonnés, ni même déçus. Lesath ne croyait pas au pardon par les paroles. Seuls comptaient les actes, réalisés jour après jour.

Il croisa les bras sur sa poitrine et recula dans sa chaise. Le reste de l’échange n’aurait plus vraiment d’intérêt. Il avait déjà pris sa décision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t268-lesath-gold-saint-du-s
SaadyravatarArmure :
Bélier

Statistiques
HP:
120/200  (120/200)
CP:
184/210  (184/210)
CC:
217/325  (217/325)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Jeu 7 Avr - 23:49
La colère. Un sentiment qui en disait souvent long sur le caractère d’une personne. Elle avait tendance à délier la langue et faire dire les vérités cachées aux plus impétueux. Aux yeux de Saadyr, Arbhaal venait enfin de se révéler au grand jour, ce qui n’était pas plus mal et ce qui sembla satisfaire l’assemblée dans une moindre mesure. Si l’énervement n’était pas conseillé face à Bélisaire – ce que le jeune Bélier comprenait, en cette situation le condamné ne pouvait se permettre d’hausser le ton sans en craindre les conséquences – il avait au moins le mérite de le faire parler. Etait-ce plus concret pour autant, c’était sujet à discussion. Mais la réaction tempétueuse fit lâcher un nouveau sourire au jeune homme qui se retint de ne pas pouffer. C’était assez amusant. Risqué, mais amusant. Et pour un homme qui appréciait le challenge et les risques, cette réaction était tout à fait celle qui seyait le plus au Bélier d’or.

« Se battre égoïstement pour son propre bonheur. Se battre pour la femme qu’on aime. Bien loin des idéaux de chez nous, non ? Hum. »

Les mots étaient lâchés avec légèreté, mais un soupçon d’ironie tintait la voix chantante de Saadyr et ne laissait guère de place au doute quant-au cheminement de ses pensées. Il était clair qu’Arbhaal souhaitait se battre pour son propre compte, non réellement pour celui d’une déesse comme Athéna. Mais si cela lui permettait de parvenir à son nouveau but – qui n’était pas celui de détruire le monde visiblement – alors suivre des gens comme les Chevaliers ne lui aurait pas semblé si impertinent. Et c’était là toute la finesse du problème, qui n’en était plus réellement un. Après tout, Arbhaal n’était pas le premier homme à suivre un dieu pour ses propres convictions. Tant que la finalité était la même, les raisons importaient peu. Et si Saadyr ne l’avait jamais étalé, ses propres raisons de croire en Athéna possédaient un aspect tout aussi personnel et égoïste, il ne pouvait le nier.

« Ma foi, les manières d’arriver à ses fins ne sont pas si importantes si elles suivent le « bon » chemin, si je puis dire. » Même si le Bélier n’était pas forcément de ceux à se salir les mains pour des causes plus sombres parce que c’était nécessaire, il en reconnaissait fortement l’utilité, et l’argument de Bélisaire lui paru alors quelque peu erroné. User d’ancienne technique d’un passé visiblement révolu n’était pas, à ses yeux, une forme d’attache à un ancien seigneur. « Le tout est de savoir de quelle façon tu en feras usage et comment tu peux te rendre utile à nos yeux. »

Ces derniers mots reflétaient presque la décision qui avait germée dans l’esprit de Saadyr. Soit, la confiance que l’on pouvait placer en Arbhaal était discutable. Les chances, il en avait déjà eu plusieurs. Mais pour autant, se servir de lui, apprendre à user de sa force, tout comme lui le faisait à ses fins personnelles, n’était pas si déplaisant. Chacun utiliserait l’autre, tant que cela bénéficiait au bien commun. Laissant fleurir son sourire sur ses lèvres, le regard du Bélier plongé sur l’accusé abordait plus la douce taquinerie que le froid jugement de ses dernières pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t471-saadyr-chevalier-d-or-
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Ven 8 Avr - 15:01
Deux alliés, un adversaire et un neutre. L'issue de ce procès semblait encore difficile à cerner mais je regagnais lentement confiance. Même si Belisaire prenait un malin plaisir à chercher le moindre détail pour me faire vaciller, je tachais de lui répondre sans hargne. Toujours légèrement tremblant sous le coup de ma précédente tirade, je parvins même à adopter un ton plus mesuré.

J'ai en effet rencontré le jeune Pégase en arrivant au temple du Bélier et j'ai pris la liberté de me mesurer à lui, comme lors d'un entrainement. J'étais curieux de voir jusqu'où un jeune homme aussi particulier pouvait puiser dans ses réserves et sa foi. Je ne l'ai pas épargné par respect pour son statut de chevalier et le duel fut intéressant pour nous deux. Quand à l'attaque que j'ai utilisé contre lui... Je la maitrise parfaitement et je ne compte pas oublier mes talents de guerrier. Me trouveriez-vous plus utile si je devais brider mes forces et mes connaissances martiales sous prétexte qu'elle furent mises à contribution sous une autre bannière ? Subir cet arcane sauvera peut être la vie de Pégase s'il affronte un jour la Wyverne de cette ère.

Sans quitter le Grand Pope du regard, je levais ma paume de main vers le plafond et y fit danser une belle flamme dénuée de la moindre obscurité. Cette apparition cosmique pouvait semblé sans réel intérêt pour des hommes du niveau de ceux qui se trouvaient dans cette pièce, mais la pureté de ce brasier miniature constituait pour moi non seulement une nouveauté mais un réel exploit.

Je ne voulais pas vous manquez de respect mais juste exprimer un point de vue. Mon regard vacilla alors vers la Balance. N'y voyez également nulle offense mais je pense que vous ne saisissez pas certains de mes propos... Je suis venu ici de ma propre initiative. Et croyez bien que ce choix n'est pas anodin. Il est le fruit d'une réelle évolution de ma part. J'ai exploré les facettes les plus sombres de la dépravation et de la monstruosité... Et même si je dois me répéter, je ne désire nullement y gouter de nouveau. Pour pouvoir résister à la tentation, il vaut mieux en connaitre le fruit jusqu'à l’écœurement.

D'un mouvement, les flammes se dissipèrent, me laissant seul face à mes quatre juges. Pour la première fois, un sourire se dessina sur les lèvres à l'adresse du scorpion et du bélier. Deux hommes pour qui j'éprouvais désormais une gratitude sans bornes bien que silencieuse et indécelable.

La réponse est évidente. Je suis un guerrier, et je place mon bras à votre service. J'ai exposé mes raisons et désormais seuls les actes pourront parler.

Ce jugement avait été intense, long et j'avais été jusqu'au bout de mes arguments. Qu'importe une promesse, si elle n'est pas suivie d'actes concrets. C'est ce qu'une dernière fois je tentais d'expliquer au Grand Pope.

Vous vous méfiez de moi et je pourrais continuer à tenter de vous convaincre de ma bonne foi durant des nuits entières, cela n'y changera rien. Mais sachez que si vous y consentez, je prouverais que mon orgueil de guerrier est bel et bien intact. Mes méthodes ne vous plairont probablement pas, du moins publiquement, mais pour remporter une guerre il faut parfois des hommes capables du pire. Et je peux endosser ce rôle de l'ombre. Ou au contraire agir en pleine lumière, comme je l'ai fait avec le jeune Pégase.

Une épée voilà ce que j'étais, et comment le Bélier et le Scorpion semblaient me considérer. A voir ce que Bélisaire pourrait vouloir faire de cette arme. Tranchante, affutée, dangereuse pour l'amateur, puissante entre les mains du sage ou du malin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
BelisaireavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Sam 9 Avr - 16:23
La réponse était surprenante. Je m'attendais à entendre des pleurnicheries mais j'écoutais une personne qui y voyait des avantages, cette information s'ajoutait aux autres. Puis, les autres questions de mes compagnons suivirent. Nahel de la Balance exprimait une moue dubitative sur les motivations d'Arbhaal et je ne pouvais lui donner tort, l'amour était une chose à double tranchant si on n'y prenait pas garde. Arbhaal avait répondu aux deux derniers chevaliers d'or quand je me râclais la gorge avant de prendre la parole.

- Soit. Pour ma part, vous semblez aller dans une certaine voie. La confiance se mérite. Par ce fait, je vous invite à vous entraîner pour développer des arcanes qui ne soient plus celles de l'ancien Juge des Enfers. Quand un livre se ferme sur son passé, il faut écrire le nouveau d'un oeil neuf.

J'avais pris ma décision. Arbhaal n'avait pas posé de soucis en ces temps actuels, ni aucun rapport et ni aucune agression n'avaient été mis en avant. Dans sa volonté de suivre son amour, il avait décidé en quelque sorte de changer de vie et cela était une chose que je prenais en compte. Evidemment, la situation présentée par Nahel n'était pas à mesestimer, son amour pour Satine pouvait se retourner contre lui dans les heures à venir. Est ce qu'elle t'aime encore ? La question était encore présente mais elle ne me concernait pas. Temps que cela n'imputait pas les affaires des Saints bien évidemment...

- Pour l'instant, vous vivrez. Mais ce n'est qu'une voix sur quatre...

Je venais de donner mon jugement et après une pause de quelques secondes, je repris la parole.

- Attendu que vous admettez vos fautes passées et que vous avez décidé d'être guider par la voix de la Raison en ce monde, attendu que vous faites preuve de bonne volonté de servir le Sanctuaire le temps de votre présence en cet âge tout en assumant les conséquences. Je vous donne ma voix pour vous notifier votre liberté. Cependant, vous ne seriez voyager au sein des temples du Zodiaque sans autorisation spéciale de moi même ou d'Athéna. Vous voilà prévenu. Ensuite, les actes devront suivre les paroles... Et c'est cela que je jugerai dans le futur ! Là est la seule chose que l'on vous demandera...

Froidement, mes paroles s'énoncaient face à Arbhaal. Il n'y avait aucune animosité - y'en avait-il eut ? Non pas forcément - mais un certain intérêt à retirer à Arès un homme de cette trempe et expérimenté. Il avait désormais mon accord de principe mais rien ne disait qu'il aurait la majorité dans la situation présente. Chaque Juge avait pris sa décision au vu des remarques précédentes et il était temps d'avancer sur ce chemin ardu.

Citation :
Bélisaire vote pour la libération d'Arbhaal en temps qu'homme libre au sein du Sanctuaire.

Chaque Juge doit maintenant donner sa décision. Attention, si égalité des votes, celle de Bélisaire primera.




Les seuls qui sont autorisés à me regarder dans les yeux sont ceux à qui je parle
et ceux qui me servent. Et celui qui s'oppose à moi est autorisé à regarder vers le bas.
Tu devras connaître ta place.


Dialogues : Doré = le Sage | Bleu = l'Absolu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t315-belisaire-grand-pope
NahelavatarArmure :
Libra Gold Cloth

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Sam 9 Avr - 19:26
:: Premier jugement

Nahel avait exprimé le fond de sa pensée sur l’accusé, et son avis semblait déjà presque fait. Il offrait cependant une dernière chance à cet homme de réussir ce qu’il avait manqué depuis le début : le convaincre de lui accorder sa confiance. De toute manière, la Balance n’aimait pas la tournure que prenait cet échange. Ses compagnons d’arme semblaient prêts à l’accepter… Dans un rôle subalterne mais cela restait de l’acceptation malgré tout. Son allégeance était vacillante, et la possibilité qu’elle évolue au gré des envies de son amour était extrêmement forte. Il avait l’impression d’autoriser le renard à construire son terrier à côté du poulailler, en espérant que cette fois il n’allait pas venir dévorer les animaux. Autant dire que c’était espérer d’un homme d’aller contre sa nature profonde. Ce tribunal le lassait complètement. Tant de palabres pour une décision qui donnait l’impression d’être prise à l’origine. Tant de simagrée pour justifier d’une décision arbitraire. C’est d’une oreille distraite qu’il écouta l’intervention du Scorpion, et le Ghassanide retint un mouvement réprobateur de la tête. Arbhaal demandait à d’autres de lui donner ce qu’il aurait dû trouver et acquérir par lui-même. Saadyr prononça des paroles plus sensées, et même si il le rejoignait sur l’importance des résultats peu importe la méthode, il ne pouvait être en accord que cet homme représentait une méthode possible.

Arbhaal intervint à son tour, continuant de fournir des explications motivées par la simple volonté de survivre à ce tribunal. En tout cas c’est l’impression qui étreignait le cœur de la Balance. Il pensait d’ailleurs avoir raison à son sujet. Une arme qui trahit son maître finira toujours par recommencer. C’était un fait autant chez les hommes que dans les armes faites de métal. Brider ses forces et ses connaissances. Cet homme voulait oublier son passé, tout en conservant son essence même en son sein. Que dire de plus à part pour s’adresser à un mur. Venu de sa propre initiative peut-être. Mais si Satine s’était retrouvée en Asgard ou chez les Marinas, qu’aurait-il fait. Serait-il quand même venu au Sanctuaire quémander sa rédemption. Ses lèvres restèrent closes, mais son regard en disait extrêmement long sur ces pensées. La suite ne fut guère concluent, car l’écœurement comme l’amour ne dure qu’un temps. L’envie finit toujours par reprendre le dessus une fois le souvenir oublié, et le temps ayant fait son œuvre. Cet homme ne le convainquait décidément pas. A la rigueur il aurait bien plus accepté le fait qu’il assume pleinement son attachement à cette Satine, et le revendique comme seule motivation de ses actions. D’ailleurs la démonstration de son pouvoir parut bien dérisoire à Nahel, et il se demandait où il avait voulu en venir. C’était probablement la raison de son indifférence face à ce spectacle. Le sourire d’Arbhaal donna envie à Nahel de lui planter une lame dans le cœur afin d’arrêter cette mascarade.

Le discours d’Arbhaal continua sur la même lancée. Des méthodes qui ne lui plairaient. Se croyait-il auprès de Saint. Ils étaient des combattants et n’avaient de Saint que leur nom. Cette impression d’être pris pour un homme lumineux et n’étant pas prêt à se salir les mains comme lui horripila fortement Nahel sur le moment. Bélisaire intervint à son tour pour rendre son jugement. Au moins tout ceci se terminait. Cette fois la Balance tourna son œil unique vers cet homme étrange, surpris par sa réponse et sa décision. Après tout, chacun était libre de juger comme il le souhaitait. Finalement ce fut au tour de la Balance de parler. Un soupir précéda sa prise de parole, et c’est sur un ton indifférent qu’il répondit à son tour.


_ « Je n’étais pas convaincu et je ne le suis toujours pas. Pour moi vous trahirait à nouveau, peut-être pas dans un mois, ni dans un an mais vous finirez par le faire lorsque l’on vous promettra une voie plus intéressante et plus facile à vos yeux. Je vote pour l’exclusion du Sanctuaire, et qu’on laisse la destinée décider de son sort. »

Nahel n’avait pas daigné regarder Arbhaal en prononçant son jugement tant la voie qui se présentait devant lui l’écœurait. Faire confiance à une personne pareille motivée par la simple envie de faire plaisir à son seul et unique amour. Mettre des informations et des données sensibles entre les mains d’un être aussi manipulable. Il ne comprenait pas. Peut-être que son jugement était trop sévère, mais l’accusé parlait lui-même de fierté et de combat, de ne pas oublier l’essence de son passé et de sa première allégeance et d’être arrivé aux conclusions actuelles par un sentiment d’écœurement qui s’estomperait avec le temps. Cette fois la Balance observa l’homme face à lui, et le fixa intensément.

_ « J’ajouterais même que si la décision tend à vous autoriser à vivre à Rodorio, ou à demeurer au cœur même du Sanctuaire. Sachez que mon temple vous sera interdit sans autorisation du Grand Pope ou d’Athéna, et je me ferais un plaisir de vous envoyer auprès de votre premier maître sans éprouver la moindre hésitation ni la moindre once de remord si vous l'oubliez. »

Son jugement était prononcé à présent, et si le Grand Pope n’était pas présent. Il aurait simplement quitté la pièce. Malheureusement il était tenu à un peu plus de protocole pour son plus grand malheur. L’étincelle dans ses yeux disparut, et c’est son comportement naturel qui reprit le dessus. Son attention s’évapora de l’instant présent, ayant déjà une quasi-certitude sur le jugement des deux autres chevaliers d’Or.

Citation :
Nahel vote pour l'exclusion définitive d'Arbhaal du Sanctuaire.
Rien de personnel hein ^^


" Le cosmos désignera toujours le vainqueur.
Ne pas sous-estimer l'ennemi, et considérer toutes ses attaques comme mortelles.
La meilleure défense est une bonne attaque. Elle doit être rapide et efficace.
Ne pas dépendre d'un pouvoir d'emprunt. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t632-nahel-libra-gold-saint
LesathavatarArmure :
Scorpion

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Mar 12 Avr - 12:25
Le sort de la discussion semblait avoir tourné. Si jusqu’à cet instant ils avaient semblé attendre de voir ce qu’ils allaient faire du renégat, il semblait que la conversation se dirigeait plutôt vers la nature de la reconversion de l’accusé. Son potentiel destructeur était indéniable, et pouvait sans aucun doute contrebalancer sa fidélité pour le moins douteuse. Ceci dit, ils avaient un argument de poids avec la présence de l’autre voyageuse. Peut-être qu’une fois réunis ils deviendraient moins instables, plus cohérents, plus crédibles dans leurs nouveaux rôles.

Lesath se racla la gorge. « J’ai déjà dit ce que j’en pensais. » Lanca-t-il d’une voix froide. « Qu’Athéna décide quelle armure lui va le mieux au teint, tout ce qui m’intéresse c’est ce qu’il en fera, pour être honnête. » Il avait déjà opté pour cette solution, à vrai dire. Comme il l’avait déjà expliqué, il fallait à cette armée des chevaliers qui pourraient faire abstraction de leur humanité. Le destin de l’Humanité méritait qu’on se salisse les mains, et souvent, le salut passait par des actes de cet acabit.

Ce fut à cet instant qu’un cosmos, noir et diffus, se fit ressentir. Oh, il n’était pas tellement proche. L’Ibère estima qu’il devait se situer au niveau du premier temple, tout au plus. Sauf que Saadyr était ici. Tout comme d’autres gardiens. Si un ennemi du Sanctuaire se présentait, alors il tomberait sans faute sur quelqu’un, des chevaliers d’argent ou de bronze au moins. Compte tenu du niveau d’aura qu’il détectait, ces derniers ne risquaient de pas être de taille face à un tel adversaire. Il haussa un sourcil, se demandant qui cela pouvait bien être. Ces derniers temps, plusieurs adversaires s’étaient présentés aux portes de leur sanctuaire. Certains étaient repartis sans opposer de résistance, mais d’autres ne se porteraient pas aussi bien. Les Spectres, par exemple. Ou les chevaliers noirs.

Lesath leva un doigt, comme pour prendre la parole. « Nous devrions nous dépêcher, nous avons de la compagnie, si vous me permettez l’expression … Peut-être serait-il une bonne idée de voir ce que vaut cet ancien juge au combat ? »

Cette dernière phrase avait été prononcée avec un début de sourire. S’il était clair que le chemin d’Arbhaal et de Satine passait par le sanctuaire, ils devraient prouver leur nouvelle allégeance à plus d’un. Si le Scorpion se moquait de cette dernière ce n’était probablement pas le cas de la plupart de ses condisciples. Se battre contre un adversaire inopiné serait un bon début pour les convaincre, ou pour au moins, faire semblant.

L’Ibère croisa les bras de nouveau sur son torse, et repris sa position initiale, reculé sur son siège. Il espérait vivement que Saadyr éviterait l’égalité. Il n’était pas réellement souhaitable de perdre du temps alors que les ennemis de la déesse de la Sagesse s’en prenaient aux gardiens des temples.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t268-lesath-gold-saint-du-s
SaadyravatarArmure :
Bélier

Statistiques
HP:
120/200  (120/200)
CP:
184/210  (184/210)
CC:
217/325  (217/325)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Ven 15 Avr - 13:45
Les choses se mettaient en marche bien simplement, et plus le temps avança, moins Saadyr prit part à la discussion qui de toute façon ne le concernait pas. Les affaires de l’amour et les avis dessus n’étaient pas pour l’intéresser réellement et là dessus, chacun divergeait et voyait les choses à sa manière. Que Nahel de la Balance ou Arbhaal se battent ou s’opposent là dessus n’était qu’un détail sur la situation réelle. Et force était de constater que le Destin promettait finalement un chemin éclairé pour le prisonnier. Un chemin à emprunter avec attention et à surmonter de ses pièges, mais un chemin qui offrait l’occasion à Arbhaal de se racheter. Ce qu’il avait souhaité en un sens, après tout. Lorsque Bélisaire eut fini de déclarer son jugement, il sembla assez évident aux yeux du jeune Bélier que l’affaire se terminait en sa faveur. Certes, la Balance continuait d’émettre des doutes, et là dessus personne ne pouvait lui en vouloir. Saadyr lui même convenait qu’il ne fallait pas encore faire confiance à Arbhaal et qu’il n’était qu’en… période d’essai. Oui, c’était le terme le plus simple pour désigner son actuelle situation. Le choix de Nahel était compréhensible, mais pas judicieux aux yeux du Bélier. Laisser un être tel que l’ancien Juge des enfers se balader loin du Sanctuaire et s’offrir à nouveau au plus offrant n’était pas fin. Quitte à le garder et risquer de le voir se retourner contre eux, autant avoir un œil sur lui, ce qui ne manquerait certainement pas d’arriver. Ce jugement n’était que la première pierre de l’édifice du renouveau d’Arbhaal et le temps montrerait si oui où non cet homme était digne de véritablement entrer au service d’Athéna, ce qui semblait être la finalité envisagé.

« Je vote pour la libération d’Arbhaal et sa libre circulation au Sanctuaire. Nous verrons ce que l’avenir nous réserve et ce que toi tu peux nous apporter. »

Dit-il en adressant un sourire amusé au prisonnier avant de sentir la présence d’un cosmos étranger au bas des douze temples. Et pas un cosmos ordinaire si l’on en jugeait la puissance qui se dégageait jusqu’ici. Il ne fut pas le seul à le remarquer, le Scorpion eut l’air de réagir lui aussi. Voilà qui était à la fois embêtant et amusant, songea le Bélier. Embêtant pour lui car le premier temple n’était point gardé, mais amusant, car comme le proposait le Scorpion, il n’était pas idiot d’envoyer Arbhaal s’occuper de l’importun pour juger de ses capacités. Aussi, Saadyr acquiesça t-il dans un sourire plus appuyé, moins taquin même.

« Ah je trouve l’idée forte intéressante, elle nous épargnerait quelques efforts tout en nous peut être les talents de notre "ami". »

Non qu’il fut contre l’idée de se battre, bien au contraire, mais il était vrai que si il y avait moyen de faire une pierre deux coups, il ne fallait pas s’en priver. Et puis nuls doute qu’Arbhaal serait enchanté de montrer de quoi il était capable pour prouver à la fois ses dires et s’échauffer de toute cette pression accumulée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t471-saadyr-chevalier-d-or-
BasileusavatarArmure :
Cronos

Statistiques
HP:
100/250  (100/250)
CP:
1000/1000  (1000/1000)
CC:
1000/1000  (1000/1000)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Ven 15 Avr - 18:08
Citation :
Information : Arbhaal est officiellement Saint mais sans armure, faudra la mériter dans le RP Wink

Le staff changera tes droits suite à ce post.

Arbhaal doit conclure ce topic avant de faire autre chose.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t41-1-creation-de-son-parch
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   Ven 15 Avr - 18:40
Citation :
Ahah merci, merci, merci !

Les dés étaient jetés.
Je sentais désormais l'espoir flamboyer en moi à mesure que les décisions s'égrenaient. Malgré l'opinion de la Balance, qui affichait sans vergogne sa méfiance à mon égard et vota pour mon exil, je reçus les avis des trois autres juges comme la main tendue dont j'avais tant besoin.
Les uns comme les autres avaient su voir au delà de mon sombre passé pour m'offrir l'opportunité de faire mieux. De combattre comme je savais si bien le faire. J'étais une arme terrible et ils ne faisaient pas mystère de leur intérêt pour ce don. Je n'en demandais pas davantage.
Les yeux embués de reconnaissance, un sourire victorieux sur les lèvres, j'inclinais le visage à leur égard. Me voilà donc face à un nouveau défi.

Je vous remercie de m'offrir cette nouvelle chance. A moi de faire mes preuves maintenant.

Brièvement, je posais un regard empli de colère et de défi sur la Balance avant de me morigéner. Certes, cet individu, présumé comme le plus sage parmi la chevalerie, venait de me déclarer officiellement la guerre, mais le mieux restait de l'ignorer. Pour le moment. Nous aurons tout le loisir de régler nos comptes le moment venu.
L'émergence d'un sombre cosmos en provenance de l'entrée du Sanctuaire me fit hausser un sourcil, en même temps que les autres chevaliers présents. Et bien... J'avais bien choisi mon moment. A priori, on pouvait croire à une attaque en bonne et due forme. L'occasion idéale pour faire mes preuves, comme le soulignaient malicieusement le scorpion et le bélier. Je leur adressais à chacun un sourire carnassier.

Toutes ces paroles échangées m'ont donner mal au crâne. Cela tombe donc plutôt bien. Je vais pouvoir me défouler pour la bonne cause. Je m'occupe du problème.

Je me relevais vivement et commençait à me diriger vers la sortie, quand soudain je me tournais de nouveau vers Belisaire. D'abord hésitant, je me décidais à m'incliner devant le Grand Pope. Malgré sa froideur et son pragmatisme affiché, je lui devais ma libération en grande partie. Un autre m'aurait fait exécuter sans autre forme de procès.
Tout sourire, faisant déjà craquer mes jointures, je quittais les lieux pour intercepter la menace. Car tel était désormais mon rôle.

Arrow Entrée du Sanctuaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
Contenu sponsorisé
Message Re: [Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Fin Juin 550] Tribunal Militaire (PV)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» René Civil devant le tribunal criminel
» superbe reportage sur notre saut du 4 juin 2010 sur FRESVILLE
» A quand le verdict du tribunal administratif (CSC/CA) ?
» Le Tribunal des référés de Fort-Liberté enjoint le CEP de surseoir à sa décision

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Pope-
Sauter vers: