Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Dim 5 Juin - 4:07

La veille, une promesse n'avait pu être tenue. Et pour cause, le Sol Occurrens avait été proclamé par Apollon en personne, balayant tout autre plan. Rien ne pouvait rivaliser avec l'ordre du Dieu-Soleil après tout. Bien d'autres choses plus importantes avaient été remises en jeu après tout. De nouvelles missions avaient été proclamées. La participation de Lykeios avait été requise pour l'une d'elle, et un entretien privé avec son père lui avait été accordé. Une requête exaucée… Mais ce à quoi il pensait pour l'heure se situait à un autre niveau. Là, ce ne sont pas les plans de son père qu'il a en tête, mais la punition vengeresse qu'il a administré à cette jeune nymphe qui lui tient désormais tant à cœur.

Et si la veille, entre la réunion, le temps passé avec Apollon et sa garde nocturne il n'avait pu trouver le temps d'aller la voir pour lui affirmer son soutien, le Dieu-Loup n'escomptait pas y déroger en ce jour. Non seulement par la volonté de tenir sa promesse. Il souhaite par-dessus tout réaffirmer sa présence à ses côtés. Qu'il serait là pour elle, malgré ce qui avait été dit. Qu'il lui apporterait son soutien et son affection. Une nouvelle fois, il tenterait de lui remonter le moral, et espérait bien y parvenir.

Aussi, cet entraînement prévu entre eux fait figure de bonne occasion. Lui permettre de penser à autre chose, ou de ne plus penser tout simplement. L'idée de lever la main sur elle lui répugnait, mais il l'avait promis après tout. Il lèverait juste le pied, et souhaitait ainsi offrir à Célestia un défouloir satisfaisant.

Il la trouverait en son temple. Le savait, le sentait. Lykeios irait donc l'en déloger. Questionnerait une nymphe au service de la belle détentrice de Boréas, qui le mènerait dès lors là où sa maîtresse se trouvait. Dans quel état serait-elle après pareille épreuve ? Avait-elle eu l'occasion de se remettre par assez que pour accepter de le recevoir ? Il n'ignorait pas que certaines personnes réagissaient à l'adversité par un brutal enfermement, se repliant sur eux-mêmes. Il ne pensait pas qu'il en était ainsi d'elle, mais difficile d'en juger. En tout cas, il ne s'attendait pas à la voir épanouie, cela était évident. Bientôt, il saurait. Quelques pas encore, et ils seraient ensemble...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
CélestiaavatarArmure :
Héron de Boréas

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
220/220  (220/220)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Dim 5 Juin - 11:26
Le silence qui régnait dans le temple, habituellement animé et plein de vie, indiqua sans ambiguïté au dieu-loup l'état désastreux dans lequel pouvait se trouver sa propriétaire. Sur son son passage, les nymphes se turent. Groupées par trois ou quatre généralement, elles se retournaient pour suivre son avancée, espéraient que le fils d'Apollon saurait quel remède apporter à leur maîtresse. Sans qu'il ait besoin de dire quoi que ce soit, elles lui indiquèrent où trouver le Héron dévasté.

La Princesse aux mille oiseaux ne se cachait pas. Au contraire même, on ne voyait plus qu'elle, assise seule face à un pan de mur. Au milieu de l'atrium empli de végétation et de lumière, elle siégeait sur le rebord du bassin qui recueillait les eaux de pluie sans bouger. Sa peau avait la teinte pâle et crayeuse qui ne l'avait plus quitté depuis l'Occurrens. Les volatiles, venus en nombre se rassembler autour d'elle et attendre son chant, formaient comme un parterre de plumes en mouvement, silencieux. Cependant, l'élément le plus captivant de la scène se trouvait sur le mur devant elle, son regard s'y perdant comme dans un vide dont elle détenait la seule clef. L'enduit était encore frais, de même que le pigment rouge qui couvrait ses mains comme du sang. Une fresque d'une intensité extraordinaire la toisait, sous la forme de l’œil d'Apollon. Le dieu y était présenté flamboyant, écrasant, majestueux et effrayant tout à la fois. Cela n'avait rien à envier aux mosaïques dans les bâtiments publiques de Rome ou à la Curée des sénateurs. Pour un peu on aurait cru que le Soleil en personne allait sortir du mur et punir tous ceux qui oseraient lui tenir tête. Un chef-d’œuvre malheureusement inspiré par le désamour et l'abandon.


Un peu plus hardie que les autres, une nymphe précéda Lykeios de quelques pas et l'annonça à son oreille, sans obtenir de réaction de sa part. La beauté, froide, de la jeune femme blonde, semblait hermétique à l'extérieur. Il n'y avait plus qu'elle et cette fresque qu'elle avait peinte de ses propres mains, guidée par la vision de son chaos intérieur. La servante alors, se tourna vers le dieu-loup et s'inclina respectueusement, puis s'agenouilla près de sa maîtresse afin de laver ses douces mains pour les empêcher de se teindre d'un rouge sang que l'on aurait du mal à lui enlever une fois sec. Célestia laissa faire.

Le seul remède que le Héron connaissait à sa peine, c'était le chant d'espoir qui éloignait les ténèbres et rendait le monde empli de couleurs, l'un de ceux qu'avaient entendu Bran et Aedan lors de leur traversée du Sidh. Hélas, elle ne possédait plus aucune voix pour se le faire entendre, et le cercle vicieux se refermait dans un claquement sec, carcan invisible autour de son cœur.

***Je ne suis que son jouet. Je mourrai si je suis inutile.***

Les timides nymphes se rapprochèrent derrière Lykeios, prêtes à exaucer le moindre des ordres qui pourrait faire revenir leur maîtresse à son état sociable et raisonnable. Leurs murmures inquiets se turent alors qu'il s'arrêtait près d'elle, les oiseaux s'écartant et s'envolant au sommet des colonnes sculptées pour mieux voir, mieux entendre, et lui laisser l'espace dont il avait besoin pour se mouvoir.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t294-celestia-la-princesse-
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Lun 6 Juin - 1:55
Il ne put s'empêcher de grimacer en la voyant, tant l'apercevoir ainsi lui déchirait le cœur. Catatonique, privée de toute joie de vivre en sus de sa voix. Célestia n'affiche aucune réaction à son arrivée. Ne tourne même pas le regard en sa direction comme il est annoncé. Ses mains sont à présent lavées de cette peinture qui macule également le mur face à elle. Lykeios y accorde un regard et reconnaît sans mal le portrait qui s'y trouve dressé.

Il s'en détourne rapidement cependant, et s'approche lentement d'elle. Les autres nymphes et les volatiles n'ont plus de substance à ses yeux, son attention entièrement focalisée sur la blonde à l'air sinistre désormais. La mission qu'il s'était donné – faire en sorte de panser son âme blessée après pareille déconvenue – risquait d'être bien périlleuse. Mais il n'abandonnerait pas tant qu'il ne serait pas parvenu à lui rendre un peu d'elle-même. Ne trouverait le repos tant que Boréas ne serait pas remis un tant soit peu sur les rails.

Devant elle, il s'accroupit. Penche la tête en tentant de capter son regard éteint. Avec tendresse, il prend ses mains fines dans les siennes, les presse, les caresse des pouces.

- Célestia… Ma sœur.

Il veut lui affirmer clairement sa vision des choses. Car les paroles d'Apollon n'y modifiaient rien. Bien sûr, il ne doutait pas que Célestia pourrait être blessée de cette seule présentation, qu'elle risquait de s'en sentir écrasée. Oh, elle ne pourrait pas protester, malheureusement. Peut-être aurait-il préféré que de la voir ainsi, sa formidable étincelle voilée, étouffée. Aussi il poursuit, par la pensée cette fois, directement d'esprit à esprit.

- Rien ne change à mes yeux. Si nous ne partageons chair et sang, nous avons en commun notre cœur et les sentiments que nous avons l'un envers l'autre. Tu restes ma sœur, et nous sommes liés pour toujours.

Il se penche plus encore à sa rencontre, son torse venant s'appuyer sur les genoux de la gardienne de l'Orient. Lykeios attire à lui les menottes fraîchement lavées de la nymphe et dépose un bref baiser dans chacune de ses paumes. Il élève également son Cosmos lumineux, tâchant ainsi de les englober tous deux. Pour la ramener à elle, il tentait juste de titiller plusieurs de ses sens. Lui faire savoir par chacun d'eux qu'il était toujours là pour elle, comme il l'avait promis. Ne lui reste pour le moment qu'à guetter, attendre une réaction. S'il n'y en avait pas, alors il passerait au plan B, avec d'autres types de mesures...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
CélestiaavatarArmure :
Héron de Boréas

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
220/220  (220/220)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Lun 6 Juin - 21:44
Il y a comme un néant dans ma tête. Je me repose, mais inlassablement une phrase résonne quand je crois en avoir oublié les échos : "Tu n'es qu'un jouet." Je ne peux lui donner tort, car la voix qui articule ses mots est celle de mon... créateur. Ni père, ni famille désormais, il m'a bien signifié que je n'étais rien. Pas même un siècle de mémoires précieuses dont il pourrait tirer usage, non. Une distraction tout au plus. Comme le dit Adalrik, je charme les personnes autour de moi par mon chant et les arts que je pratique. Peut-être est-ce là tout le but de mon existence. Divertir. J'ignore si tout notre travail d'écoute et d'observations, jusque-là, a apporté quelque chose à ce dieu qui voit déjà tant de choses à l'avance. Je ne suis pas une guerrière. Je m'occupe des jardins et des artistes parfois. J'apporte un peu de joie dans une vie remplie de complots et de guerres. On me regarde et on me dit que je suis belle. On m'envie et on me félicite parce que je suis encore jeune. On m'écoute et on salue mon talent. On me fait objet d'un fantasme et on me sourit.

"Célestia… Ma sœur."

Un trait de lumière fendit tout à coup les ténèbres. Qui mieux que Celui-qui-Garde pouvait ainsi se garder de leur emprise et louvoyer jusqu'à atteindre la mince couche de soie qui constitue sa carapace ? Il n'a qu'à écarter quelques plumes pour la voir, pour l'atteindre. Cette chaleur dans ses doigts. Sa voix qui vole directement jusqu'à sa tête sans détour pour lui murmurer ce qu'elle a besoin d'entendre, cette vérité qu'elle chérit encore.

Enfin elle lâcha du regard cette fresque qui avait détourné ses noires pensées quelques heures durant, pour plonger dans les iris de saphir de Lykeios. Elle allait parler mais se ravisa ne serait-ce que de bouger les lèvres, et se jeta -ou se laissa tomber plus exactement- dans ses bras sûrs et solides. Il était grand, mais ainsi agenouillé, elle put passer ses bras autour de sa nuque et s'y verrouiller, au grand soulagement des nymphes tout autour qui s'autorisèrent un sourire. Comme si leurs esprits partageaient la même pensée tous ensemble, elles se dispersèrent en même temps dans les salles adjacentes pour laisser un semblant d'intimité aux deux parents. Seule la plus hardie, encore, osa rester à proximité pour demander dans un murmure :

"Devons-nous préparer la chambre de Mademoiselle ? Ou peut-être le salon privé, avec un peu de vin et de quoi vous sustenter ? Elle n'a rien mangé depuis hier matin."

Avant même de connaître la réponse, elle recula cérémonieusement jusqu'à l'entrée de la pièce, prête à partir dès que le dieu aurait donné ses instructions.

Célestia pendant ce temps cherchait un moyen de se faire comprendre. Elle ne savait guère user de télépathie, ce qui rendait la punition d'Apollon particulièrement pénible et efficace en terme de privation de communication pour la nymphe. Mais au fond, elle sut qu'elle n'en aurait pas besoin. Cet homme la comprenait naturellement, et c'était à se demander comment il y parvenait puisqu'ils n'étaient pas du même sang réellement.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t294-celestia-la-princesse-
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Mar 7 Juin - 2:41
Soulagement. Le pire aurait été qu'elle ne lui offre aucune réaction, pas la moindre. La solution qu'il avait en tête aurait peut-être pu porter ses fruits, mais il préférait de loin la situation dans laquelle ils se trouvaient désormais. Entendant son appel, prenant conscience de sa présence, les émeraudes reprirent vie comme ses yeux quittèrent la fresque pour se poser sur lui. Se laissant alors tomber dans ses bras, Lykeios l'y accueillit avec un apaisement certain. Il la serre fort contre lui, un bras passé dans le bas de son dos tandis que son autre main s'applique à l'arrière de son crâne. Il enfouit son visage dans les cheveux d'or, et joue contre joue lui souffle alors doucement à l'oreille.

- Tu m'as fait peur. Quelle que soit la situation, je ne veux plus jamais te voir ainsi ! Je te l'ai déjà dit, ce visage est fait pour sourire...

Ce qu'elle ne peut voir en l'instant, c'est que le sien en arbore un. Léger et soulagé. Ses paupières se ferment, et il la garde ainsi contre son cœur, la préserve, lui offre son affection tout simplement. Des questions parviennent, mais Lykeios ne souhaite briser ce moment. Aussi se contente-t-il d'user de la télépathie pour y répondre, sans que ses ordres puissent donc parvenir à la Princesse de ce temple.

- Pas de vin, juste de l'eau fraîche. Prépare-lui quelque chose de nourrissant, mais qui peut se consommer rapidement. C'est encore mieux si elle peut l'emporter. Nous ne nous attarderons pas.

Et pendant que la loyale servante s'éclipse afin d'exécuter sa volonté, il se redresse, la porte dans ses bras, la soulevant avec la même affection qu'un père accorde à une enfant, comme si elle ne pesait rien. Ainsi, leurs visages demeurent au même niveau, les pieds nus de la belle ne touchant plus sol. Sans rompre le contact, son visage glisse jusqu'à ce qu'ils se retrouvent front contre front, dans une promiscuité qui pourrait être gênante s'il ne s'agissait de deux êtres se reconnaissant comme frère et sœur, et qui de plus s'étaient déjà enlacés à peine deux jours plus tôt, entièrement nus en l'eau chaude des thermes.

- Rien mangé depuis hier, hein ? On va régler cela. Que tu le veuilles ou non. Un entraînement nous attend, et l'on ne combat pas le ventre vide !

Son regard est intense, celui d'un Alpha imposant sa volonté à un membre de sa meute, affirmant sa dominance en un ordre incontestable. Oui, en l'état, il ne lui laisserait pas le choix. Toutefois, il s'y lit aussi une certaine bienveillance. Indiscutablement, Lykeios faisait cela pour son bien, ne désirant autre chose que la remettre sur pieds.

- Une promesse est une promesse. Et j'ai besoin de toi autant que tu as besoin de moi...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
CélestiaavatarArmure :
Héron de Boréas

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
220/220  (220/220)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Mar 7 Juin - 12:53
Un instant, elle s'oublia dans cette étreinte bienfaisante. Écouter son cœur battre sa cadence légèrement hâtive -il avait dû craindre pire- la rassura. Heureusement, songea-t-elle, qu'elle avait pu lui confier certaines demandes avant d'être privée de la parole. L'écrire lui aurait procuré un drôle d'effet. Écrire oui. Une idée à conserver. Ce serait temporaire, bien sûr, mais pour ce que les gestes ne pouvaient dire, une solution.

Si elle avait été une chatte, Célestia aurait presque ronronné, ainsi blottie contre le loup. Ses paroles ne disaient que vérité, même si présentement son visage refusait de sourire. Une importante partie de son monde s'était écroulée avec l'illusion de partager un lien plus que matériel -limité encore- avec le Soleil. Et d'un autre côté, elle suivait le second conseil de Lykeios : laisser échapper son trop-plein d'émotions sans s'y accrocher, ne pas tout conserver jusqu'à l'implosion. Difficile de concilier les deux dans un moment pareil. Refusant le mensonge, elle préférait tenir ses promesses, qu'importassent les apparences. Et cela la soulageait grandement en vérité, aidée en prime par ce torrent de larmes versées devant Asclépios. Comment la situation aurait-elle évolué s'il avait agi de son frère loup à ce moment-là ?

Coupant court à ses pensées, il la souleva sans effort, fit rencontrer leurs visages au point que leurs souffles se mélangèrent. Elle devina à l'absence de la nymphe à proximité qu'il avait donné ses ordres, d'une manière ou d'une autre, et à l'entendre évoquer la nourriture et l'entraînement, elle sut aisément ce qu'il avait choisi. Elle ouvrit la bouche pour protester, dire qu'elle n'avait pas faim, mais son regard était plus qu'explicite quant à ses pensées, et de toute façon c'était elle-même la demandeuse dans cette histoire. Il fallait qu'elle assume. Toujours accrochée d'une main à son épaule, elle acquiesça puis désigna un petit couloir dissimulé par un rideau de lierre. Il menait à diverses pièces un peu isolées où les nymphes pouvaient travailler tranquillement ou se reposer sans déranger personne. Célestia indiqua au dieu-loup le fameux salon privé, décoré d'une rigole d'eau claire alimentée par une fontaine dont le cours arrivait d'une autre pièce. Des ouvertures pratiquées près du plafond laissaient entrer la lumière sans trop disperser les sons et le mobilier semblait simple mais associé avec goût dans des tons chauds et invitant à la détente. Sur une petite table de bois précieux se trouvaient une cruche d'eau fraîche et un verre, ainsi qu'un petit ballot de feuilles dont se dégageait une odeur de noix, de fruits gorgés de soleil et d'un peu de poisson.

La Princesse aux mille oiseaux se dégagea doucement des bras du grand loup pour s'en approcher et se servit à boire avant de se tourner vers lui de nouveau. Son regard univoque l'engagea à prendre la nourriture et à défaire les minuscules tresses entre les feuilles pour avaler quelques bouchées d'une pêche délicieusement mûre. Elle souhaitait lui faire plaisir, et bientôt la faim dénoua son estomac serré d'elle-même, alors tout en marchant elle piochait dans son paquetage en le suivant, où qu'il voulût aller.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t294-celestia-la-princesse-
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Mer 8 Juin - 3:11
Il se laissa indiquer le chemin, pour finalement mettre fin à cette étreinte pour la laisser aller se servir, comme il le lui avait ordonné. Lykeios n'avait toujours pas réussi à lui décrocher un sourire, mais au moins mangeait-elle, même si elle avait paru plutôt contre l'idée dans un premier temps. L'important était qu'elle prenne quelques forces avant d'en venir à l'exercice physique. Aussi, lui passant l'espace d'un couple de seconde une main dans le dos, il la pressa à le suivre, sans que cela soit nécessaire au final puisqu'elle s'y soumettait bien volontiers. Une bonne chose. Est-ce qu'elle se forçait là aussi pour lui faire plaisir, ou bien y avait-il de sa volonté propre à vouloir profiter de cet exercice pour se défouler ? Peu importait en vérité, car la finalité serait la même.

La marche fut lente, afin de lui laisser le temps d'avaler son petit paquetage à son aise. Cela se fit en silence, la sachant incapable de répondre même si elle l'avait voulu. Il ne manquait pas chemin faisant d'accorder quelques petits regards à Célestia, s'assurant qu'elle ne laisse rien de son repas. Pendant ce temps, les îles flottantes étaient remontées une à une jusqu'à leur destination. Arrivés à la Cathédrale, une autre série de marches, menant à cette plate-forme plus haute encore et à l'écart, assez que pour servir de terrain d'entraînement en ce bastion sans risquer de détruire quoi que ce soit de crucial. Là déjà, ils s'étaient affrontés par deux fois avec Asclépios afin de tester leurs capacités. L'endroit une fois de plus conviendrait parfaitement.

Une fois arrivés, il posa sa main gantée sur le bras de la jeune femme, y appliquant une petite pression, signe de soutien.

- Tu te sens d'attaque ? Il est sans doute un peu tard pour reculer, mais je veux savoir si tu t'en estimes capable… Si tu penses pouvoir tenir la distance...

« À quel point il me faudra te ménager », s'empêche-t-il d'ajouter. Mais l'intention y est clairement. Ce n'était pas son genre de ne pas se donner à fond, mais ici… s'il pouvait éviter de la faire souffrir, il n'hésiterait pas. La belle nymphe ne méritait pas qu'il lui fasse endurer d'autres souffrances encore…

- Dans tous les cas, tu ferais mieux d'appeler ta Chlamyde, tu en auras besoin. Et voici ce que j'attends de toi… *Lui pose son autre main sur le ventre.* Je veux que tu me sortes ce que tu as là. Et je ne parle pas de ton repas !

Est-ce qu'il venait de plaisanter, de manière imagée qui plus est ? Même lui semble en tiquer, son mince sourire qui venait à peine d'apparaître s'en trouvant aussitôt balayé. De plus en plus, il prenait des attitudes et habitudes qui n'étaient pas les siennes. Tout comme cette tendance à être si tactile alors que Lykeios est de coutume d'un naturel bien plus distant et froid. Oui, cela devient difficile à nier, difficile de trouver des prétextes pour couvrir ses incartades. La raison exacte, il l'ignore, mais tout du moins venait-il en l'instant de faire un pas dans la bonne direction en réalisant que, définitivement, quelque chose ne tournait pas rond. Toutefois il reprend contenance, se focalise à nouveau sur ce qui les a amené ici.

- Tu as là l'occasion de te défouler. De te laisser aller sans craindre de répercussion. Et surtout, n'aies pas peur pour moi… Je sais encaisser.

Tout en parlant, il s'était éloigné de quelques pas, assez que pour représenter une distance minimum nécessaire en cas de combat. La Chlamyde créée spécialement pour lui apparaît alors directement sur son corps, le cuirassant de nuit. Ses crocs restent croisés dans son dos, dissimulés. Il ne sait pas encore s'il viendra à les utiliser, autant improviser sur ce point.

- Quand tu veux !

Citation :
Chlamyde : Sombre et massive, elle n'en est pas moins hautement détaillée et travaillée. Imposantes pièces d'armures et légers voiles de nuit s'enchevêtrent afin de constituer un ensemble évoquant une créature monstrueuse s'extirpant de la brume, donnant une touche aérienne et éthérée malgré qu'il soit la seule représentation terrestre des armées d'Apollon. Le casque représente bien entendu une tête de loup formidable aux canines proéminentes et acérées, ses yeux représentés par des saphirs étoilés étincelants. Au niveau des reins, ne se dévoilant que très partiellement sous les voiles d'ombre, deux épées redoutables se croisent et qu'il considère comme ses crocs. Le plus souvent, Lykeios les manie à la manière de tonfas, utilisant leurs gardes épaisses comme poignées.
Cette Chlamyde, il peut comme n'importe quel Oracle la faire apparaître et disparaître en un courant d'air.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
CélestiaavatarArmure :
Héron de Boréas

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
220/220  (220/220)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Mer 8 Juin - 21:37
Peu à peu remise de suffisamment d'aplomb pour anticiper la pensée de Lykéios, la jeune nymphe entreprit de finir son repas sur le temps qui les séparait de la fameuse plateforme plus ou moins officielle d'entraînement. Aller trop vite ne lui servirait qu'à se donner des crampes d'estomac et trop lentement retarderait leur petit affrontement. Arrivés au point voulu, elle déposa ses restes -feuilles, arêtes, miettes- dans l'herbe à la disposition des fourmis, des insectes ou des oiseaux, nettoya le noyau de pêche pour le ranger dans une de ses poches et écouta le grand Loup avec beaucoup d'attention pour bien lui signifier qu'elle comprenait ses attentions.

En réponse, elle appela aussitôt sa chlamyde par la pensée. Le Héron s'assembla aussitôt sur les membres frêles de sa propriétaire. L'ensemble était constitué de jambières et cuissardes, d'une ceinture avec des prolongements de plaques reliés entre eux par de la soie légère comme le vent qui formaient comme une queue de plumes, d'un bustier élégant et, femme oblige, d'un protège-poitrine qui semblaient légers comme l'air. Le tout finement ornementé pour rendre toute la grâce du héron, d'un blanc parcouru de veines d'or fin. Les brassards, épaulières se paraient du même style et se terminaient par de fines manches de soie protégeant les coudes, notamment du froid en vol. Le casque possédait une forme de diadème conçu pour protéger principalement les tempes, le front et le haut du crâne tout en laissant les cheveux libres de cascader le long de son dos. Enfin, clou du spectacle, deux magnifiques ailes du même blanc lumineux réagissaient à ses impulsions de cosmos comme de vrais membres. Le tout alliait finesse et une solidité inattendue, une grâce toute princière et une liberté de mouvements optimale. Cela n'avait absolument rien de comparable avec l'obscure solidité de celle de Lykeios, mais comme toute armure, chacune avait ses avantages et ses défauts.

Avant de commencer, et pour rassurer autant que possible le gardien de la Tour, la jolie blonde s'entailla la main gauche avec sa consœur, ses doigts semblables à des serres l'espace d'un espace d'un instant, puis présenta la paume blessée à son assaillant. En quelques secondes à peine, sous l'impulsion de son cosmos solaire, la plaie se referma comme si rien ne s'était produit. Elle espéra qu'il comprendrait par ce geste qu'il pouvait la malmener assez durement, ses capacités naturelles aidant à cicatriser les blessures bien mieux que chez un humain ordinaire.

Une fois son message passé, elle prit le temps de fermer les yeux. Son lien avec la Nature était bien loin de la coupure, et même sans sa voix elle saurait trouver des alliés ponctuels. Il suffisait de savoir à qui s'adresser. Rassurée sur ce point, elle releva les paupières et posa sur son frère un regard empli de concentration et de détermination. Ses pensées coupées d'Apollon et son châtiment, elle pourrait s'essayer à l'art du combat bien plus sereinement.

Puisqu'elle y était invitée, elle s'éleva aussitôt dans l'air d'un simple impulsion des genoux. Elle donna l'impression de ne rien peser, de se laisser porter par l'air sans qu'il lui résiste. C'est ainsi que, véloce, elle piqua tout à coup sur lui. Préférant ne pas rester trop prévisible, elle piqua de côté à la dernière seconde et asséna des coups avec ses pieds qu'avec ses poings. L'impact était négligeable, mais surtout destiné et lui donner un signal nerveux pour qu'il réagisse instinctivement et se protège. Elle enchaîna plusieurs impacts du même ordre sans réellement le blesser puis, une fois la première faille repérée, elle chargea l'intérieur d'un de ses genoux pour le déséquilibrer, d'un coup de serres bien plus appuyé et surtout qui chercha à faire ciller ses nerfs moteurs.

La tactique se montrait dangereuse, le corps à corps perdu d'avance face à un adversaire tel que Lykéios, toutefois Célestia possédait une vitesse suffisante pour pouvoir éviter les dommages les plus importants en cas de contre-attaque. Sur éveillé ordinaire toutefois. Il s'agissait là d'un dieu et elle n'était pas habituée ni autorisée à lever la main sur eux. En temps normal.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t294-celestia-la-princesse-
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Sam 11 Juin - 3:13
Il observa donc la jolie nymphe se parer de sa Chlamyde, pure et lumineuse tout comme celle qui la portait. Et bien sûr, ces ailes magnifiques dont tout Oracle était doté, capable de leur permettre de voguer sur les vents et de se rapprocher du Soleil… Si Lykeios n'est pas ce genre d'être à se laisser dévorer par l'envie, il ne peut s'empêcher de remarquer pour lui-même qu'il n'a pour sa part que des ailes brisées, ses crocs dont il ne s'est pas encore paré.

Le Héron se plut alors à lui faire une petite démonstration. Le message qu'elle tentait de lui faire passer était clair, mais totalement inutile. Il n'avait de crainte quant à de possibles blessures, mais plus sur la souffrance qu'elle pourrait en ressentir. Ce qu'il souhaitait surtout en cet instant, c'était la voir adopter un état d'esprit plus conquérant. Qu'elle évacue le lot de tensions qu'elle avait accumulé en se relâchant complètement. Qu'elle se défoule pour de bon, sans aucune retenue. Le Dieu-Loup en l'instant n'était même pas persuadé encore qu'il allait lui porter le moindre coup, alors sa capacité à se régénérer ne l'intéressait pas plus que cela en l'instant.

Toutefois il reste attentif, sans plus rien dire. Ses consignes ont déjà été données. Il l'observe prendre le temps de se concentrer, de se plonger mentalement dans cet entraînement. Puis elle s'envole, légère comme une plume, gracieuse et élégante. Rapide également, lorsqu'elle pique droit sur lui. Attentif, le Dieu-Loup s'y prépare. Pas le plus judicieux de l'attaquer sur son propre terrain, le Loup de Delphes étant un guerrier très adroit à proximité, doté de plus d'un instinct redoutable. Autant dire qu'il connaît la plupart des trucs en ce domaine…

Entièrement concentré sur son esquive, il en fit même de trop comme bien souvent. Adroit et véloce, il semble éviter les frappes de la belle blonde comme si de rien n'était. Juste une impression qu'il donne, l'attaque du Boréas étant bien moins frêle et prévisible qu'il ne l'aurait pensé. Puis cette frappe à l'arrière de sa jambe. Touché, le Loup Noir s'écrase alors lourdement au sol. Mais une voix résonne soudainement, provenant de quelques mètres dans le dos de la nymphe.

- Je t'ai demandé de tout donner Célestia. Est-ce là toute ta rage ? Si c'est le cas, mieux vaut en effet que tu restes en la Tour des Vents. Et même là… Tu es l'une des quatre Évêques, gardienne de l'un des Temples d'Apollon. Si c'est là le sort que tu réserves à nos ennemis… J'ai bien peur qu'une nouvelle rencontre avec Thanatos soit à prévoir !

Froid et cruel. Loin de ce qu'il pensait pourtant. Elle s'était montée adroite, plus stratégique qu'il ne l'aurait cru. Toutefois, lorsque le corps frappé disparaît, il ne demeure plus de doute possible : simple illusion alors qu'il s'était en vérité repositionné à l'abri. S'il use habituellement de cette stratégie pour contre-attaquer, là il n'en fait rien. Lykeios cherche à la faire réagir, et plus qu'une tactique, c'était sa colère et sa frustration qu'il voulait voir. La faire sortir afin de pouvoir la purger.

Il lui aurait bien dit des choses bien plus atroces afin de la faire réagir.
Qu'il est facile d'assassiner des enfants mais bien plus difficile d'affronter un véritable ennemi.
Qu'elle est inutile et qu'il n'est pas étonnant qu'Apollon ne la considère que comme un jouet.
Que se retrouver prisonnière ou morte serait son lot si c'est tout ce qu'elle était capable de faire.

Bien sûr, il n'en pense rien. Il souhaite juste que l'espace d'un instant, elle puisse le détester et faire déferler sur lui cette rage qu'il espérait voir. Quitte à ce qu'elle lui en tienne rigueur par la suite même. Mais ces mots ne parviennent pas à franchir ses lèvres. Une fois encore, l'exécuteur fait dans les sentiments, ne parvient à s'en empêcher face à elle. Impossible pour lui de faire montre d'autant de cruauté envers quelqu'un qui lui tenait tant à cœur, même s'il estimait que c'était pour son bien. Peut-être à tort, mais après tout il n'a jamais été spécialement réputé pour ses talents en psychologie…

En rajoutant encore, il écarte les bras, les traits de son visage et son casque sombre l'englobant lui donnant un air dur et intransigeant.

- Si tu essayais réellement cette fois ? Je ne pourrais considérer la possibilité de poursuivre sérieusement ce combat si tu n'es pas capable de m'affronter comme si j'étais un ennemi à abattre… Surprends-moi !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
CélestiaavatarArmure :
Héron de Boréas

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
220/220  (220/220)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Sam 11 Juin - 11:01
D'aucuns parmi les grands Hommes de ce temps prétendaient ne jamais connaître la saveur de la peur ou n'avoir jamais subi de défaites. Leurs qualités tactiques et physiques, indéniables, servaient alors d'exemple aux autres et l'on racontait dans leur sillage que cette même peur faisait office de faiblesse. Qu'il fallait écarter un sentiment aussi inutile pour parvenir à donner toute sa force à ses coups. Par son essence profondément lumineuse ou l'empathie qu'elle avait développée vis-à-vis des humains, Célestia adoptait un comportement similaire, mais envers la colère. Jamais personne ne prétendit l'avoir vue sortir de ses gonds, car là où on y puisait la rage de vaincre, elle prenait sur elle le mal du monde afin d'essayer de le changer. En lieu et place, son cœur éprouvait tristesse, amertume, ou bien courage et désir de protéger. La colère rendait aveugle, et elle en perçait l'écrin pour illuminer et rendre la raison, car son devoir consistait à entendre et voir, toujours.

Elle comprit l'illusion au moment de l'impact. Lykeios ne pouvait plier si facilement. Sa consistance s'effaça et elle reprit alors aussitôt son vol. Peut-être à ce moment-là un léger doute s'insinuerait dans l'esprit du grand Loup, en sentant que quelque chose clochait. Si le premier assaut ne parut pas impressionnant, son but secondaire ne connut aucune barrière. Il la sous-estimait par son apparence fragile et sa force de frappe, comme nombreux avant lui. Un préjugé qu'elle exploitait à loisir. Et pour un loup, la suite constituerait sans doute une mise en garde.

Sans rien perdre de son calme impassible, la belle oiselle désigna son nez. Il fallait qu'il prît le temps de comprendre, de réaliser. Et pendant ce court instant, le vent se leva autour d'eux. Le vent du Nord, froid et mordant. Borée. Vive, elle piqua de nouveau sur lui, plus vive et audacieuse qu'avant. Cette fois, de front et sans artifices, elle s'élança sur lui à la manière d'une flèche, tendue dans un seul but, focalisée sur un point précis de sa chlamyde qui, avec suffisamment d'adresse, pourrait céder sous l'impact. Elle redressa brusquement le cap alors que leurs visages se touchaient presque, sa main n'ayant plus qu'à se tendre pour toucher sa joue, et le vent fut comme relâché de sa prison, libéré en une rafale qu'elle aurait dû emporter la jeune femme au loin sans possibilité d'esquive, si seulement elle n'avait pas été l'instigatrice de cette force insoupçonnée.

Soit il pliait à la manière du roseau, soit il montrait l'étendue de son pouvoir. Et n'importe lequel de ces choix convenait à l'évêque du moment qu'il dévoilait ses cartes.



Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t294-celestia-la-princesse-
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Mer 15 Juin - 6:55
Inutile. Sa tentative n'avait pas porté ses fruits. Peut-être était-elle juste coupée de cette émotion pourtant si forte et présente de coutume en tout être, comme tout sentiment si profondément ancré et primordial ? Quoi qu'il en soit, il ne pousserait pas plus loin, toujours incapable de se résoudre à la pousser dans ses retranchements en se montrant plus cruel encore. Inutile, juste inutile, voilà comment il estimait donc l'apport et le soutien qu'il pouvait lui apporter ici s'il n'était même pas apte à lui permettre d'extérioriser ce qu'elle devait forcément ressentir – il ne peut le voir autrement, même si ce n'est le cas.

Pourtant, malgré cette compréhension, il ne change pas d'avis sur un point. Ses bras restent écartés, prêt à encaisser de plein fouet l'attaque qu'elle lui portera, quelle qu'elle soit. La sous-estimait-il pour autant ? Non. Il n'avait qu'essayé de lui procurer une motivation supplémentaire, mais Apollon ne lui aurait jamais confié une Chlamyde de ce niveau si elle n'avait été que de piètre puissance. Il n'en reste pas moins qu'elle ne peut l'égaler. Lui causer du tort sans doute, mais pas assez pour qu'il ne soit capable de gérer cet affrontement. Il a beau être doté d'un corps humain en cette ère, il n'en reste pas moins fils du Soleil, vêtu d'une Chlamyde légendaire.

Celle-ci remplit d'ailleurs parfaitement son rôle lorsqu'elle porte son coup suivant après l'avoir averti qu'un sens de plus lui serait ôté. Ah, voilà que c'était elle qui le sous-estimait, à s'estimer devoir prendre le temps de cela. Soit. Il y a peu encore, il avait rencontré Endymion du Dragon des Mers, aussi ne craignait-il pas de devoir faire face à ce type de capacité à nouveau. Mais revenons-en au principal. Ce coup de pied qui porte. La puissance du coup se répand dans son thorax, alors que sa masse est traînée, ses pieds formant des sillons sans pour autant qu'il flanche d'aucune façon. Sa Chlamyde en restera intacte… S'il est déjà un réel exploit d'entamer une armure d'Or, que dire de celle portée par un Dieu ?

Puis sous l'impact du coup suivant, sa tête pivote violemment. Son casque vole pour ricocher quelques mètres plus loin. Des filets de sang s'écoulent de son arcade et sa lèvre. Ses mâchoires se contractent, alors que qu'il a été repoussé de plusieurs mètres encore, son corps s'arquant mais tenant bon malgré tout. Un véritable effort de puissance et de volonté qu'il ne saurait reproduire à loisir. Ce n'était que le début d'un affrontement encore, et il ne saurait se permettre d'aller d'ores et déjà goûter un peu de poussière…

Sa résistance est entamée néanmoins, Lykeios ne se permet d'en douter. Sans un mot, ses mains se dirigent vers le bas de son dos. Saisissent les gardes de ses lames qu'il tire au clair. Son premier plan tombé à l'eau, cet entraînement ne pourrait avoir un intérêt que s'il se battait également. Il n'avait pourtant pas l'intention de le prolonger bien longtemps. Si cela doit être bref, autant que cela soit intense. Non, au final, il ne retiendra pas ses coups. Elle était rapide et capable d'aisément se régénérer, elle le lui avait clairement montré. Alors il testerait encore ses capacités sur ces points.

Ses crocs tenus à la manière de tonfas, il reprend contenance, lui refait face. Le fil des lames longent ses avant-bras qu'il lève à hauteur de son visage, tandis que ses paupières tombent sur ses yeux azurins. De ses épées émane alors une violente luminosité, soudaine, répondant au Cosmos qu'il venait d'y concentrer. Le Dieu-Loup se jette alors sur elle. Chacun de ses crocs aurait à faire, l'un se dirigeant vers les yeux de la belle tandis que l'autre tacherait de frapper son buste avec puissance. Advienne que pourra...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
CélestiaavatarArmure :
Héron de Boréas

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
220/220  (220/220)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Mer 15 Juin - 20:46
La Gardienne eut un pincement au cœur. Elle savait son frère solide et obstiné, cela formait une part de son charme et de sa nature, mais le voir saigner, même quelques gouttes seulement, et en prime de sa propre main, lui fit hésiter un instant à poursuivre l'offensive. Cela lui remémorait ces enfants qui n'avaient eu aucune chance de s'en sortir, ce crime commis par ces mêmes mains qui frappaient à présent son frère.

***Ne t'arrête pas. Ne me ménage pas sinon je ne pourrais pas continuer.***

C'étaient les druides noirs qui auraient dû payer, pas ces jeunes pousses ! Les larmes aux yeux, Célestia recentra son attention sur le moment présent. Il fallait rester concentrée, surveiller la contre-attaque, car Lykeios ne pouvait rester simplement à subir ses coups. Un instant, elle se revit à Kiev, au milieu du champ de bataille improvisé, où tous les humains sans distinction et même les bêtes s'étaient mises à s'entre-tuer. Elle se souvint de l'expression vengeresse de Zvezdan, du plaisir qu'elle lisait sur son visage alors que, émergeant d'une rue en plein saccage, il avait tranché une gorge sous ses yeux, l'éclaboussant d'écarlate encore chaud et vif.

Lykeios sortit deux lames qui n'auguraient rien de bon. Ils passaient donc aux choses sérieuses et elle avait fort intérêt à oublier ces images macabres avant de finir une fois de plus en statue de marbre démantelée. Elle baissa les yeux sur ses mains coupables. Il fallait les purifier. Transcender.

***Il n'existe pas de lumière sans ombre, réciproquement. Ceux-là seront donc mes crimes, mes ombres. Reposez en paix.***

Sa Lumière brilla plus intensément et elle se baissa brusquement pour échapper à la première épée. Dans un enchaînement parfait et sans geste superflu, elle ressortit de sa poche la graine de pêche qu'elle avait conservée précédemment. En quelques secondes à peine son cosmos s'épandit sur l'îlot flottant au point d'aveugler momentanément Lykeios. Ses crocs se retrouvèrent entravés, enlisés dans d'épais branchages qui grandissaient à vue d’œil. Un solide cocon naturel entoura la belle nymphe comme si la Nature elle-même souhaitait la défendre contre cette menace. Au-delà de cette barrière, Célestia disparut. Évaporée. Elle se reforma dans son dos, observant les effets du silence enfermer le grand Loup dans leur emprise.



Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t294-celestia-la-princesse-
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Dim 19 Juin - 11:29
Le verdict arriva donc rapidement. Lykeios n'était pas vraiment désireux d'en faire plus. Ce sentiment d'être ici inutile. Elle lui avait demandé de l'aider à devenir plus forte, mais il n'y avait pas vraiment lieu, la nymphe semblait en effet tout à fait capable de se défendre seule.

Face à ses attaques qui avaient déjà si souvent donné la mort, ce fut la vie qui lui fit face. Un mur de plantes dressés en un solide maillage de branches se constitua face à son offensive, renforcé par le Cosmos lumineux du Héron de Boréas. Retint ses coups pour qu'il ne puisse meurtrir la belle. Certains auraient pu s'en trouver frustrés, mais en ce qui le concernait, voilà qui lui convenait parfaitement.

Ainsi, il n'aurait pas à faire du mal à cette sœur à qui il tenait tant. Ainsi, il n'aurait pas à se questionner sur le bien-fondé d'un tel affrontement. Ainsi, il avait pu observer qu'elle serait capable de s'en sortir si combat devait avoir lieu, justifiant son statut d'Évêque d'Apollon.

Tout ce qu'il avait voulu voir, alors que désormais le silence s'imposait à lui. Ce qui ne l'empêcha bien sûr pas de prendre pleinement conscience du déplacement de Célestia, son instinct et son aptitude à ressentir les âmes étant ses principaux sens en matière d'affrontement, bien supérieurs selon lui aux cinq auxquels se limitaient bien souvent les mortels.

Lykeios arrache ses lames à la dense frondaison avant de les replacer dans son dos tandis qu'il se tourne vers elle pour lui faire à nouveau face. Privé de la parole tout comme elle, c'est donc en son esprit que la nymphe pourra l'entendre, comme ce fut déjà le cas lors de leur première rencontre, alors qu'il se mouvait en son enveloppe lupine. Il s'approche lentement, sans menace, et lui pose simplement la main sur l'épaule alors qu'il avait donné l'impression un instant de simplement passer à côté d'elle.

- J'en ai vu assez. Il m'apparaît inutile d'en faire plus. Tu m'as prouvé être capable de te défendre et de riposter également. Je crains que nous n'apprenions rien de plus aujourd'hui.

Sa Chlamyde disparaît alors, tout comme il fait quelques pas, la dépassant, se dirigeant vers les marches retournant à la Cathédrale. Alors, après s'être légèrement éloigné, il pivote le buste et la tête, tournant à nouveau ses yeux azurins vers elle.

- Viens. Je te raccompagne en ton Temple.

Il n'en rajoute pas plus. Il savait par ses nymphes que Célestia avait bien besoin de prendre un véritable repos. Le lui dire ouvertement pourrait la laisser penser qu'il en venait à cette conclusion sur base de l'entraînement, comme s'il l'estimait trop fatiguée pour se débrouiller correctement. Or ce n'était pas le cas. Elle avait su lui montrer son niveau. À présent donc, autant laisser retomber cette pression, et la laisser si elle le désirait bénéficier d'un sommeil réparateur.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
CélestiaavatarArmure :
Héron de Boréas

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
220/220  (220/220)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Dim 19 Juin - 11:57
Sans tirer aucune gloire de son esquive réussie, la nymphe remarqua sans mal le changement d'attitude de son frère. Ses gestes plus lents, sa posture détendue. Il voulait cesser le combat ici et elle se mordit la lèvre, craignant de l'avoir déçu, de ne pas représenter un défi à la hauteur de ce qu'il espérait. D'un geste du doigt, elle autorisa les branchages à relâcher les crocs du loup qui reprirent leur place initiale. Un instant elle crut qu'il s'en irait sans mot dire, l'accablant plus encore, pourtant sa main solide vint chercher le contact et il trancha d'une simple pensée.

***Tu ne devrais pas me ménager...***

L'aimait-il au point que la frapper franchement devenait une faiblesse pour lui ? Non, ce n'était pas cela. Ses sentiments semblaient confus, certains gestes indécis, comme s'il voulait dire quelque chose, comme s'il se retenait parce qu'il savait qu'elle n'aurait pas les nerfs assez solides pour le supporter. Elle baissa les yeux et soupira sans un bruit.

***Je suis désolée... et je ne peux même pas te le dire. Je trouverai un moyen mon frère. Je trouverai comment devenir assez forte pour que tes coups m'atteignent sans me faire mal. Je trouverai et tu seras libre de déployer ta pleine puissance. Je serai digne de toi comme adversaire.***

Dans un geste doux et avant que son toucher ne s'altère, elle le retint par le bras. Pourquoi retourner si vite au temple, pourquoi s'enfermer entre quatre murs quand ils pouvaient rester côte à côte à profiter de l'air pur, des odeurs charriées par le vent et du chant des oiseaux, eux qui n'étaient pas muets ? Avant toute chose, elle le ramena vers lui, battit des ailes afin de se retrouver à hauteur de visage et posa les mains sur ses joues. Une lumière auréola ses doigts et annula simplement l'effet de son propre rayonnement. Celui-qui-Garde ne pouvait demeurer affaibli par sa faute. Elle l'observa un moment encore puis lui rendit le baiser qu'il lui avait donné aux thermes. Similaire, un peu appuyé mais bref. Il s'accompagna d'un léger sourire, contrit, un peu gêné, mais un sourire tout de même.

La jolie blonde se laissa retomber au sol, ses ailes au repos, puis elle se tourna à demi pour désigner le pêcher "planté" pendant le combat. D'une belle taille, il fleurissait à présent de mille pétales odorifères comme pour exprimer la satisfaction qu'il avait à naître d'un simple noyau et de pouvoir grandir grâce à la Lumière d'Apollon.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t294-celestia-la-princesse-
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Dim 19 Juin - 21:55
Elle l'avait retenu. Célestia avait posé la main sur son bras, l'empêchait de s'écarter d'elle. Surpris, Lykeios se retourna vers la belle aux cheveux d'or, plantant ses yeux de glace dans ceux d'émeraude de celle qu'il considérait comme sa sœur. Celle-ci se servit alors des ailes de sa Chlamyde protectrice pour s'élever légèrement, semblant flotter devant lui. Ses doigts fins vinrent se poser sur son visage, et ses sens lui revinrent brutalement, en reprenant pleinement conscience.

Lorsque l'on disposait de tous ses sens depuis la naissance, l'on ne se rendait plus compte de tout ce qu'ils nous apportaient, de toute la richesse qu'ils pouvaient capter et nous transmettre. Il s'en sentit alors submergé comme lorsque son combat face à Endymion s'était achevé. Le bruit du vent, la douce odeur de la nymphe… Le goût ne demeura pas longtemps en reste, le temps qu'elle se penche et fasse se rencontrer leurs lèvres. Un baiser de remerciement jugea-t-il, tout comme celui qu'il lui avait adressé après qu'elle lui eut fait montre de ses talents pour le chant.

Le contact rompu, le Dieu-Loup glissa brièvement sa langue sur ses propres lèvres, y goûtant la saveur qu'elle y avait laissé. Y restait un parfum de pêche surtout, une nuance sucrée appréciable. Célestia se pose alors et lui indique ce pêcher qui a su la protéger plus tôt. Il comprend qu'elle ne souhaite pas rentrer et préférerait passer un peu de temps sous celui-ci. Bien. Autant en profiter en effet. Considérant à quoi servait cette île, il était peu probable que l'arbre reste là bien longtemps, sans doute sera-t-il abattu ou déplacé sous peu.

- Bien, si tu préfères. Tant que tu prends le temps de te reposer, ici ou ailleurs, cela me convient.

Pose alors sa main dans le creux des reins de Boréas, l'accompagnant jusqu'à aller s'asseoir et s'adosser contre cet arbre dont une fragrance agréable émanait. Machinalement, il s'humidifia à nouveau les lèvres de la langue, allant y chercher le peu de vestige qu'il restait du goût de ce baiser.

- Tu comptes garder ta Chlamyde maintenant que nous avons terminé ? Je ne suis pas convaincu que ce soit le plus confortable pour prendre un peu de repos.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
CélestiaavatarArmure :
Héron de Boréas

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
220/220  (220/220)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Lun 20 Juin - 7:45
L'étonnement se peignit sur son visage, puis il consentit à faire demi-tour, à la suivre. Au fond peut-être qu'il n'était pas si déçu en fin de compte, et cette simple constatation la réchauffa un peu plus. La Princesse aux mille oiseaux se laissa pousser lentement, amusée à l'idée que ce soit lui qui l'engage à avancer quand elle avait émis l'idée d'aller se prélasser avec lui. Elle songea qu'ils pourraient sommeiller l'un contre l'autre, mais peut-être le Loup de Delphes s'était-il déjà reposé à la fin de sa garde nocturne. Sa résistance à la fatigue impressionnait toujours autant la belle nymphe.

La remarque de Lykeios était pertinente. Comme vexée, la chlamyde de Boréas se détacha alors en pleine marche du corps de sa porteuse, sans signe apparent de sa part, la laissant vêtue de son habituelle robe ample, les pieds nus. Célestia attendit que son frère s'installe le premier, puis vint s'installer contre son épaule, son poids aussi léger que celui d'une plume pour cet homme bâti solidement. Après quelques minutes, elle changea d'avis et de position, glissa sur ses genoux en l'interrogeant du regard pour vérifier que cela ne le dérangeait pas. Elle se retrouvait ainsi allongée à demi sur ses cuisses et les jambes étendues dans l'herbe, le visage levé vers le soleil et son partenaire d'entraînement. Il paraissait encore plus imposant sous cet angle.

Ses paupières s'alourdirent presque instantanément. La nymphe se sentait si bien ainsi que la fatigue s'autorisait à revenir peser sur elle et à la pousser vers les royaumes oniriques. Sans quitter son visage des yeux, à tâtons elle chercha l'une des larges mains de l'homme et la ramena entre les siennes, contre son cœur, ses petites menottes fines et blanches venant se comparer aux épaisses phalanges du guerrier. Assurément ils n'étaient pas taillés dans le même bois, mais cette différence, du point de vue de Célestia, les rendait aussi complémentaires qu'intéressant. La question était de savoir à présent ce qu'elle parviendrait à lui apporter en échange de tout son soutien, tant moral et physique, le seul qui l'avait tant soutenue jusque-là.

Ses lèvres remuèrent pour former un "merci" que peut-être il réussirait à lire sans entendre les sons associés. Dans son regard brillaient l'amour et la gratitude et elle fit mine de chanter pour lui, en espérant que son âme entendrait ses échos là où ses oreilles demeureraient sourdes. Elle eut alors l'idée de l'emmener voler avec elle. A sa rencontre avec Thafnout, elle avait pu donner à l'aveugle un aperçu de Rome en l'éclairant d'une Lumière intérieure toute particulière. Elle ferma les yeux et intensifia légèrement son cosmos dans le but de reproduire l'expérience. Et tandis que son esprit s'évadait dans les airs, des images arrivèrent dans celui de Lykéios. Il voyait à travers les yeux d'un oiseau, sans savoir lequel, les sept collines de la Ville Éternelle, les grandes places de la capitale, le Colisée, les chars qui défilaient dans les rues, les marchés animés, au loin le port d'Ostie qui fourmillait de navires et de marchandises, tout cela sous un angle de vue totalement inédit.


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t294-celestia-la-princesse-
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Mer 22 Juin - 22:36
Comme s'il suffisait de le dire, Célestia avait remercié sa Chlamyde, se mettant plus à l'aise. Ils s'installèrent alors, dans le seul but de profiter d'un instant de calme. Lykeios lui accorderait donc sa journée. Serait là pour elle, jusqu'à ce que la nuit tombe et qu'il doive reprendre son rôle, sa fonction principale en la Tour des Vents.

La nymphe vint se blottir contre lui, Lykeios la soutenant d'un bras entourant sa taille et d'une main enfouie dans ses cheveux d'or, à la base de son crâne. Mais cette étreinte ne dure pas, la belle aux yeux d'émeraude se laissant basculer pour s'allonger en travers de ses cuisses. Un peu plus de distance, mais après tout s'il souhaitait qu'elle se repose, voire même qu'elle prenne quelques heures de sommeil, elle serait sans doute mieux installée ainsi.

Ses yeux courent un instant sur la belle, de son visage jusqu'à ses pieds nus avant de repartir en sens inverse. Et alors qu'elle attire l'une de ses mains contre elle, l'autre s'en va lisser sa chevelure en une caresse affectueuse. Un mot qui se lit avec aisance sur ses lèvres fines, et auquel il répond sans produire le moindre son lui non plus. « Avec plaisir » peut-on y lire.

À les voir ainsi, yeux dans les yeux, l'on serait en droit de se demander ce qu'il serait de leur relation si seulement ils ne se considéraient pas comme frère et sœur. Le Dieu-Loup avait même pu se sentir au bord du dérapage alors qu'ils s'étaient retrouvés nus l'un contre l'autre lors de leur rencontre aux thermes. Sans doute la pureté de Célestia avait alors sauvé leur relation qui se serait faite bien plus compliquée si la brève pulsion reptilienne de Lykeios s'était concrétisée.

Son regard se fixe sur le mouvement des lèvres de la nymphe, comprenant après quelques instants qu'elle réitérait le chant dont elle lui avait fait cadeau lors de cette même rencontre. Cela s'achève finalement lorsque ses paupières se ferment et que son Cosmos s'élève. Lykeios en fronce les sourcils, se demandant ce qu'elle cherchait à faire là. Puis la projection mentale qui le surprend. Sa main tenue contre le cœur se crispe, tandis qu'un petit grognement émane de sa gorge, sans toutefois qu'elle puisse l'entendre bien sûr.

Il finit par se détendre légèrement, profitant du paysage qu'elle lui offrait quelques instants. Puis après un moment, il brise ce lien et récupère sa propre vision.

- C'est aimable de ta part, mais je préfère ce que peuvent apercevoir mes propres yeux. De plus… ce n'est pas vraiment comme cela que tu te reposeras. Dors, ma sœur. Je veille sur toi...

Finit-il alors en reprenant la caresse de ses doigts dans sa chevelure, sur le sommet de son crâne.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
CélestiaavatarArmure :
Héron de Boréas

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
220/220  (220/220)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   Jeu 23 Juin - 7:54
Elle s'y attendit. Le dieu Loup ne pouvait être à l'aise s'il n'avait pas les pattes ancrées sur la terre ferme -son domaine, son aire de prédilection et de suprématie. Qu'à cela ne tienne ! Un jour, elle le ferait voler. Elle l'emporterait dans les cieux, avec son consentement bien sûr, et ils profiteraient ensemble du recul offert par cette position particulière dans le monde des mortels. Célestia retint cette crispation passagère comme le signe que même les plus grands pouvaient être anxieux face à l'inhabituel, un fait qu'elle garderait caché en sa mémoire, ou même qu'elle s'efforcerait d'oublier.

Caressant, le Gardien de Delphes lui intima de se reposer. La tentation était grande de se laisser aller à ce confort inattendu, mais elle voulait profiter encore de sa présence. Bien égoïste en vérité sur le moment, elle se raccrochait comme à un îlot de bienfaisance à son frère tant aimant, et aimé en retour pour cela.

***Merci d'être là Lykeios.***

Un peu à contrecœur, la Princesse Héron ferma de nouveau les yeux dans l'optique de chercher le sommeil pour de bon. Elle s'imagina pour cela marcher aux côtés de ses deux frères sur un chemin de Lumière, que suivraient derrière eux tous les Oracles, tous les dieux, toutes les bêtes et tous les Hommes... L'avenir que voulait créer Apollon. Petit à petit sa respiration ralentit, ses traits pour le peu qu'ils étaient tendus se relâchèrent et la douce pression de ses mains sur celle de Lykeios se desserra. Elle était belle ainsi blottie contre son protecteur, encore innocente et fragile. Abandonnée au repos le plus complet, elle savait qu'aucun ennemi ne pénètrerait la Tour des Vents, et si par hasard cela devait se produire, personne ne le laisserait progresser. Elle pouvait donc s'assoupir tranquille, et songer à de plus beaux lendemains.

Citation :
Fin du RP pour moi, sauf si tu as une idée pour rebondir :p


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t294-celestia-la-princesse-
Contenu sponsorisé
Message Re: [Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Mi-juillet 550] Dims a fading light in our souls [Célestia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une vraie guerre - Paintball - 2 juillet 2011
» Editeur light libre
» Manifestation FL, le 15 Juillet prochain
» Samedi 24 Juillet Anniversaire Yogojabi
» the light of aerendil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Italia :: Tour des Vents :: Temple de l'Orient-
Sauter vers: